caméra cachée

31 01 2008

Allez, je vous fais cadeau de quelques indiscrétions glanées, ça et là entre l’ascenseur de la maison, la grille du jardin, le trottoir de l’école, et la salle des profs…Oui, oui, je vous ai suivis…du Nord au Sud et d’Est en Ouest!

CAMERA CACHÉE

ENTRE MAISON ET SALLE DES PROFS…

Toute ressemblance avec des situations potentiellement vécues n’est pas le fruit du hasard, veuillez m’en excuser !

– Bon, la sempiternelle réunion de début d’année, cette fois, je sèche. De toutes façons, je connais le programme par cœur.

– Ca y est, ce soir, c’est mon grand rendez-vous de rentrée avec les parents, combien seront présents ? Et jusqu’à quelle heure vont-ils me tenir ?

– C’est incroyable, l’instit de CP utilise une méthode de lecture* semi-globale!

– Dis, tu l’as eu Pedro en CE2 ? On m’a dit que sa mère n’arrête pas de discuter les énoncés de mathématiques !

– Je ne comprends pas, je croyais que les devoirs à la maison étaient interdits et Marine, en CMI travaille une heure tous les soirs.

– Je dois annuler ma sortie au musée, je n’ai pas de assez de parents accompagnateurs.

– La nouvelle grammaire, en CE1, un vrai casse-tête ; moi, je lui apprends ma bonne vieille méthode.

– La maman de Maya vient tous les jours à la sortie alors qu’elle n’a pas le droit de garde, c’est navrant, mais légalement, je ne peux la laisser s’approcher de sa fille.

– Le maître de Walid se fait tutoyer, comment veux-tu qu’il se fasse respecter par ses élèves ?

– Julian est tous les matins en retard de dix minutes, quels parents irresponsables !

– La dernière leçon d’histoire, une vraie tribune politique, c’est lamentable !

Le père de Moujid me dit raciste car j’ai puni son fils. Il a écrit au directeur.

– La maîtresse veut faire redoubler mon fils, pas question ! De toutes façons, elle ne l’a jamais aimé et je vais le changer d’école.

– Le père de Léa a fait signer une pétition contre mes méthodes pédagogiques, je suis effondrée.

– Madame Bernard est encore malade… trois fois depuis le début d’année. C’est insupportable l’absentéisme des profs !

– Yohan n’a jamais ses affaires de sport le mardi. Je dois le laisser regarder ses camarades sans participer ! Quel dommage !

– La nouvelle maîtresse est si jeune… Va-t-elle être capable de gérer une petite section de maternelle ?

Les Vincent sont encore partis en vacances anticipées, pas question de donner le travail à rattraper.

Pourquoi est-ce que les enseignants n’organisent pas des groupes de soutien, c’est leur travail de mettre les élèves à niveau !

– Les contrôles de Victoria ne sont jamais signés par ses parents…Qu’ils ne s’étonnent pas des conséquences !

Les divisions à deux chiffres, c’est au programme et ma fille ne sait toujours pas ses tables ! La classe est vraiment en retard !

– Camilia est encore arrivée en classe avec des bleus sur le ventre, je ne sais pas quoi faire.

– L’orthographe, une calamité, je fais des dictées tous les soirs à ma fille.

– Malika est toujours absente, sans mot d’excuses, je me demande si il n’y a pas un souci familial ou de santé.

– De toutes façons, je vais prendre rendez-vous avec la directrice car le maître de grande section n’a pas voulu me recevoir cinq minutes ce matin au pied levé.

J’ai fait signer un règlement en début d’année, à se demander si les parents de Baptiste l’ont lu.

Je n’ose pas prendre rendez-vous avec la maîtresse, elle est, paraît-il extrêmement sévère.

J’ai suggéré aux parents de Chloé de rencontrer une orthophoniste*, mais pour eux c’est ma responsabilité d’apprendre à compter à leur fille.

Mon fils est rentré de l’école avec le nez cassé, je vais porter plainte !

-Céline a encore souillé sa culotte à la sieste, je ne peux tout de même pas changer les élèves, chanter des comptines, découper des cartes de fêtes des mères et lacer les 31 paires de chaussures !

Monsieur Dubreuil ne note « pas assez sec », les résultats de Julien sont trop bons, ce n’est pas normal!

– Simon a de véritables problèmes de comportement. Depuis deux ans nous en discutons avec ses parents, mais à leurs yeux, nous ne savons pas nous y prendre avec lui et manquons de fermeté.

– Le maître nous propose un rendez-vous à 16h30. On travaille, nous. On n’a pas des horaires de fonctionnaires……………………….  »

Vous riez ?

Nous sourions ?

Vous pleurez ?

Nous nous lamentons ?

Vous vous sentez visés ?

Nous nous reconnaissons ?

J’en suis fort aise. Le but est atteint. C’est le début d’une prise de conscience véritablement honteuse mais tellement nécessaire!

Oui, nous en sommes tous réduits à ces navrantes joutes verbales. Oui, un jour ou l’autre, nous avons pensé tout haut ces choses là. Oui, la dureté des mots peut être douloureuse. Pour ma part, je pressens, dans cette apparente discorde, le signe d’un puissant désir de communiquer à ce jour maladroit car ponctué de répliques certes légitimes mais souvent erronées.

De ce dialogue de sourds inefficace et indigne de nos aspirations, doit émerger un échange pour le moins respectueux s’il n’est pas consensuel, pour le moins constructif s’il n’est pas immédiat.

Ayons ce courage de débattre sans tabou mais dans un langage commun et laissons à la rue la pensée unique et les polémiques infructueuses. Transformons ce cahier de doléances en un cahier des charges réaliste pour un projet d’École ambitieux.

Car nos (vos) enfants le valent bien !

Partager