Merci

2 02 2008

Ce qu’il y a de formidable dans l’aventure du net, c’est qu’elle rend palpables et vivantes des relations invisibles entre les individus. La réflexion des uns au service de l’action des autres. Et vice et versa.

Merci pour vos nombreuses réactions. Elles m’invitent à davantage de rigueur, et toujours plus d’innovations.

Un certain nombre d’entre vous, lecteurs exigeants, m’ont fait remarqué, à très juste titre, qu’il manquait à mon article sur le rapport Attali, le dit rapport en question.

Vous avez parfaitement raison, la probité intellectuelle exige d’un bon chroniqueur qu’il se réfère toujours à un document source. Sans quoi, l’information ne demeure que partielle et le propos devient pensée unique plutôt que dialogue.

Merci pour ce rappel à l’ordre!

Mon « coup de gueule » du 30 janvier concernait donc plus particulièrement la décision 2 du chapitre 1 concernant l’économie à l’école primaire. Voir p 26

                    (  Texte intégral du rapport Attali )

Tags : , ,

Actions

Informations

5 réponses à “Merci”

2 02 2008
christophe ni, ni,ni,ni, de Marseille (09:27:42) :

alors madame l’instit en colère!
je vous trouve bien chatouilleuse lorsque le « systême » dans lequel vous évolué est remis en cause!!! avouez qu’il est archaïque et en panne le Mammouth! je comprend d’autant moins votre colère, qu’après lecture du fameux rapport, nous pouvons y lire les références à l’épanouissement personnel, l’attention portée aux plus faibles, la remise en cause de la selection par les mathématiques. simplement, l’abandont d’un système qui broie ceux qui n’arrive pas à s’y insérer!
je suis surpris que quelqu’un, qui a tant voyagé, qui est allé à la rencontre de tant de gens, ne soit pas plus au fait de la réalité de notre monde, et soit si peu ouverte au changement. nous pourrions y voir un refus du monde dans lequel vous vivez, qui vous abrite bien chaudement! ah!le vilain mot que l’économie! pourtant, à moins de remettre en cause l’ensemble du monde capitalisme, qui, je vous l’accorde, est une course permanente vers une perte probable, nous sommes obligés de nous préparer et surtout de préparer nos enfants à ce monde. leur donner des armes ne veut pas dires les contraindre. pour ma part, ce rapport est pour moi une véritable bouffée d’air frais! je tiens à attirer votre attention sur le fait que ce rapport ne fait pas état de la pensée de Monsieur Attali, mais d’un groupe de personnes! alors ne stigmatisons pas ce monsieur!(dont je me fous complétement)
la chose la plus importante dans tout çà, c’est que des contradictions et des discussions jaillissent toujours la lumière. alors longue vie à Bleu Primaire! et surtout madame l’instit ni de, ni, ni etc… ne changez rien on vous aime comme çà!

2 02 2008
ostiane mathon (10:08:27) :

J’aime cette dernière phrase, cher Christophe de Marseille,  » que des contradictions et des discussions, jaillisse toujours la lumière. »

Le système est, c’est une évidence, par certains aspects très archaïque. Je partage ce point de vue.

Et n’est pas le système « éducation nationale »‘que je défends.

Ce sont nos, vos enfants. Certes les réalités économiques, la mondialisation, l’avenir de la planète sont des problématiques majeures. Les enfants en parlent classe. Et nous en débattons très largement, par devoir de citoyen et par respect pour leur curiosité de petits d’hommes.

De là à imposer l’économie comme matière à enseigner et à évaluer, au primaire j’entends, cela me paraît prématuré d’une part et contre-nature d’autre part.

Prématuré car mieux vaut, en premier lieu, apprendre à lire et écrire pour, dans un deuxième temps, comprendre et s’exprimer sur un sujet aussi complexe.

Prématuré encore car mieux vaut savoir compter et se confronter aux fameuses « situations problèmes »avant de s’initier de façon institutionelle à mettre en relation des chiffres et des concepts.

Car c’est bien cela l’économie?

Contre nature enfin car il me semble que ce n’est pas à l’école primaire d’être au service de l’économie. Le contraire me paraît plus honorable (plus dangereux aussi…car alors, l’adulte n’est plus tout-puissant, et le modèle économique n’est plus l’unique référent).

Oui, à mes yeux, mon cher Cristophe, c’est à la société, aux hommes et aux femmes qui la composent de se mobiliser au service de l’éducation. L’éducation au sens large. Penser et dire pour agir et réagir librement. Comme nous le faisons ici.

Merci Christophe de Marseille et revenez quand vous voulez!

2 02 2008
whimper (18:50:37) :

Christophe nous dit :
« pourtant, à moins de remettre en cause l’ensemble du monde capitalisme, qui, je vous l’accorde, est une course permanente vers une perte probable, nous sommes obligés de nous préparer et surtout de préparer nos enfants à ce monde. leur donner des armes ne veut pas dires les contraindre ».
Il faut donc préparer nos enfants à une perte probable!
Les armes doivent être le sens critique, l’intelligence, le choix. Qu’est-ce que le capitalisme, qu’est ce que l’altermondialisme ? La croissance et la décroissance ? Qui est Attali et que dit Patrick Viveret ?
La culture, c’est le débat : la querelle des anciens et des modernes, Kant ou Heigel ? l’important n’est pas d’apprendre une pensée mais l’histoire de la pensée, une économie mais les sciences économiques.
Sinon c’est le communisme, le totalitarisme,…. le capitalisme qui veux nous faire croire qu’il n’y a pas d’issue sans lui puisque c’est lui qui gagne toujours à la fin.
Nos enfants doivent comprendre comment faire autrement. Que gagner ce n’est pas avoir plus d’argent que l’autre mais suffisement pour être digne dans son environnement. Comment faire cela ? En leur faisant confiance peut-être. Et on leur donnant les outils nécessaires à la compréhension d’un monde de plus en plus complexe, en leur apprenant aussi à dire non!

2 02 2008
ostiane mathon (19:22:49) :

Bienvenu whimper! La confiance…Joli sujet…

Faire confiance, c’est ne plus avoir peur de l’autre?

Avoir confiance, c’est ne plus avoir peur de soi?

Ne faut-il pas toute une vie pour cela.

C’est vrai, l’école doit y veiller. Avec exigeance et bienveillance.

Mais…

Et les parents avant l’école?

Et les générations passées avant les parents?

La confiance une histoire intergénérationelle.

La confiance, une relation, un lien.

La confiance, la liberté de rompre ce lien.

La confiance…vaste sujet

Merci whimper!

4 02 2008
Joelle (11:01:16) :

L’économie à l’école primaire: non! il y a mieux à faire. Je suis d’accord avec les autres propositions de la décision 2 du rapport, comme renforcer la deuxième langue.
Je recommanderai votre blog chez moi au bureau et dans mon réseau. Super! Merci Ostiane!

Laisser un commentaire