PETIT COMPLEMENT D’ENQUÊTE SUR LE METIER D’ENSEIGNANT

5 02 2008

Livre vert, livre blanc, blog bleu primaire, aujourd’hui, c’est mardi gras! 

L’occasion est trop belle pour que je ne la saisisse pas.

Un rapport Attali (voir dans « archives » l’article du 30 janvier),

Une commission Pochard hier.

Un bal masqué ce matin.

Mais qui sont-ils donc ces enseignants pour qu’on parle autant d’eux?

Cliquez-donc sur le lien orange ci-dessous et amusez-vous bien!

                      (  JEU DE RÔLE TRES DRÔLE )

Tags : ,

Actions

Informations

6 réponses à “PETIT COMPLEMENT D’ENQUÊTE SUR LE METIER D’ENSEIGNANT”

5 02 2008
Whimper (21:07:50) :

Chère Madame Bellanger

Vous faites donc un métier très difficile ! Mais bien d’autres professions demandent les qualités que vous décrivez. Quel chef d’équipe n’a pas besoin d’être pédagogue, psychologue, éducateur ou instructeur ? L’esprit est libre et lorsque la passion l’anime ce n’est pas un chef de service compréhensif ou un salaire insuffisant qui pourra le désactiver sur commande à la sortie du bureau. Le bénévolat fait donc bien souvent partie du salaire de bien des professions. Mais combien de métiers offre 4 à 5 mois de vacances par an ? ( Et le temps de réaliser et d’animer un blog ? Et en pleine période scolaire en plus….). Les autres qualités requises (médecin, compensateur ou providence) sont aussi nécessaire dans d’autres métiers. Et si ce ne sont pas les mêmes qualificatifs qui conviennent à chaque métier il me parait évident que chaque individu progressent dans son milieu professionnel grâce à des qualités qui ne font pas forcément partie du cursus classique de sa formation initiale. Finalement le seul élément qui m’impressionne dans votre liste est, comme pour les pédiatres, le fait de s’occuper d’enfants toute la journée. Cela nécessite effectivement la grâce d’une vocation. Mais sans cette passion qui vous accompagne visiblement combien de professeurs en arrêt maladie pour un mal de dos ou une grippe ? Combien de dépression en arrêt longue durée ? Combien de cours ennuyeux et répétés d’une année à l’autre sans tenir compte de l’enfant en face, de ces difficultés et de ces différences ? Combien de parents en attente ou d’enfant en échec ?
Bien sûr que les parents ne sont pas là à faire le compte des difficultés inhérentes à votre métier et des qualités nécessaires au meilleur déroulement des études des enfants. Ils veulent seulement que leur enfant soit content d’aller en classe et qu’il en retire quelque chose de positif. La difficulté est probablement lié au fait que chacun a sa propre perception de ce positif !!!
Ils veulent aussi je pense simplement sentir que le professeur est motivé et impliqué dans le développement de leurs enfants.
Et c’est peut-être injuste mais il suffit qu’une fois ce ne soit pas le cas pour que bien souvent la confiance s’en aille. Et c’est la que les difficultés commencent !

5 02 2008
ostiane mathon (21:51:29) :

Eh whimper, vous voilà bien inspiré!
Beaucoup de remarques justifiées dans votre commentaire et qui d’ailleurs font l’objet d’un livre à paraître…prochainement. J’y aborde sans tabou un grand nombre de questions que vous soulevez. Alors patience, dès qu’il est publié…je vous en envoie un exemplaire dédicacé! En attendant, revenez quand il vous plaira, vous trouverez j’espère au fil des articles, quelques réponses ou quelques pistes de réflexion.

Pour ce qui est du temps que je consacre à ce blog, il fait parti, pour moi de mon métier, et je vais vous faire une confidence…je suis insomniaque! Une bonne manière d’utiliser mes heures sup en nocturne!

A bientôt, vous êtes mon invité!

13 02 2008
Caro (17:51:43) :

Je suis fort peu surprise par la réaction de Monsieur ou Madame Whimper , ce sont les éternels reproches que nous entendons matin, midi et soir et surtout pendant nos 4 mois de vacances ainsi que pendant les innombrables journées que nous prenons pour soigner (soi-disant) nos enfants et nos dépressions. Rien ne change, sauf la rancune de plus en plus tenace … Rancune qui gagne les esprits des élèves plus âgés, plus en difficultés et qui rend notre métier si difficile à exercer. Il n’y a pas de vocation, il n’y a que la volonté farouche de croire au droit à l’instruction pour tous. Madame ou Monsieur Whimper, nous n’avons pas face à nous des adultes déjà engagés dans leur vie mais des êtres en construction (en devenir dirait mon inspecteur) : il me semble que cela change la donne du tout au tout et rend toute comparaison radicalement impossible et surtout impensable. Avec tout le respect que je vous dois.

13 02 2008
ostiane mathon (18:06:53) :

Les vacances des instits, tiens voilà un joli à traiter…j’y penserai en mars, je veux dire aux prochaines vacances!

Merci Caro pour cette contribution active!

A qui le tour maintenant?

2 02 2009
Francis M (19:41:16) :

Euh, tout ça, est-ce que ça veut dire que je peux partir en vacances demain ?
😉

2 02 2009
Ostiane (19:58:58) :

Bonsoir Francis!
Tiens j’en profite pour vous dire qu’un de mes élèves est un vrai fan de votre blog! Et la classe de neige???

Vous êtes allé pioché dans les archives dites moi! Une de mes toutes premières expériences de blogueuse…Qu’en j’y pense…ça fait un an et ça me fait tout drôle!

Ben pour les vacances, ch’crois bien qu’il va falloir encore attendre un peu non? Faut bien faire avancer le programme quand même!

Dites, votre mascotte, vous l’emmenez en classe? A bientôt Francis!

Laisser un commentaire