L’école et la Shoah (Ter)

28 02 2008

La Shoah, oui, les enseignants ont à coeur, et depuis bien longtemps, d’en transmettre la mémoire. Certains n’ont pas dû s’en apercevoir, alors hip hup barbatruc, ils nous pondent une nouvelle circulaire. Eh oui, c’est ainsi, les enseignants s’évertuent dans le silence de leur classe, et les classes politiques, elles, reprennent et transforment à leur manière l’action éducative en textes officiels. C’est sûr, cela fait joli dans un press-book ministériel ! « Vous voyez, là, la circulaire n° 3 554 799 876 930 087 665, c’est Môa »

L’exemple en est ici flagrant: (mes petites incursions)

Extrait d’un article du Monde du 27 février:

Le ministre de l’éducation, Xavier Darcos (Mr Môa ci-dessus cité), a souligné pour sa part que les membres de la mission (y a-t-on invité des instits’?) s’étaient efforcés d’harmoniser leurs analyses et d’appréhender l’ensemble des difficultés pour prévenir tout « refus de ce travail nécessaire » (pardon?) par les professeurs. Il a insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’appliquer « un formatage unique » (oh la bonne idée) à toutes les classes mais de proposer « des démarches diverses adaptées aux circonstances » (quel pédagogue inspiré!) et de « respecter la liberté pédagogique » (démagogie bonjour!) des enseignants. Pour le ministre, ces travaux permettront de faire en sorte que « la bonne idée du président de la République soit transformée en démarche pédagogique ». (Non mais je rêve!)

Mais laissons la polémique aux polémiqueux et revenons à notre propos. Et surtout, revenons en classe…Vous savez, là où il y a tout plein de petits élèves teigneux et d’enseignants grincheux…(Mais non, je blogue, enfin je blague quoi…)

Voici donc, plus sérieusement, quelques pistes et quelques liens (où cliquer) qui peuvent donner des idées aux enseignants nouvellement nommés en CM2. (La fiche de voeux…c’est en ce moment!)

1/La littérature offre de merveilleux témoignages :

a/ (Primo Lévy) bien sûr.

b/ (Le journal d’Anne Franck) évidemment.

2/La culture cinématographique, avec deux coups de coeur, pour ce qui me concerne:

a/ Le film majestueux de Roberto Bénigni (« La vie est belle »)

b/ Et encore « la colline aux 1000 enfants » de Jean-Louis Lorenzi.

Automne 1941, quelques mois avant la rafle du Veldhiv, les juifs sont en danger en France. Au même moment, dans un petit village, Clara vient demander asile au Pasteur. Le dimanche, il lance un appel à la charité, entendu par tous. Des dizaines d’enfants débarquent alors au village…

3/Également, au service le l’accompagnement des enseignants, il existe des centres de ressources très instructifs.

Un lieu aujourd’hui incontournable, le Mémorial de la Shoah.

Je vous propose de (visionner )cette vidéo, enregistrée par le Web pédagogique, auprès d’un de leurs formateurs, au salon de l’éducation en novembre 2006. (Et oui, avant la dite circulaire!)

Un autre site  (France 5 )aujourd’hui rebaptisé Curiospère TV, contribue lui aussi, à l’information par la connaissance et à la formation pédagogique par l’accompagement.

Le Mémorial de la Shoah offre de nombreuses et précieuses documentations, et notamment pour ce qui concerne le primaire, une initiation à l’enseignement de la Shoah, grâce au ( grenier de Sarah.)

Autre centre de ressources, ( la fondation) on trouve également une mine d’informations, de témoignages, de textes de références.

Et puis n’oublions pas les mairies et les registres. Une manière de travailler avec sa classe en chercheur, en abordant ce travail comme un historien guidé par la démarche scientifique.

Alors voilà, ces enfants de la Shoah, on ne les a pas oubliés. On ne les oubliera pas. Ils sont inscrits dans notre mémoire collective. La transmission de cette mémoire me semble effectivement un devoir d’homme, un devoir de citoyen, un devoir d’humaniste. Il est certain que le lien générationnel qui nous reliait à cette période sombre de notre Histoire s’estompe du simple fait du temps qui passe. Les témoins disparaissent. Les victimes et enfants de victimes vont disparaître. Nous avons donc à rester vigilants afin que les générations futures ne se retrouvent jamais dans la position de dire « Mais nous ne savions pas! ».

Pour autant, prenons garde aux mots, aux images, aux traces. Il ne peut être non plus question de  sortir ces enfants de leur tombeau, de leur voler leur histoire au nom de l’Histoire. Ils ont droit au repos. Certains désirent même peut-être restés anonymes? Qui sait?

Voilà, une petite contribution personnelle.

Et vous?

Quelles sont vos sources et vos ressources?

Tags : , ,

Actions

Informations

3 réponses à “L’école et la Shoah (Ter)”

28 02 2008
journal (08:38:21) :

Où l’on voit avec cette contribution que les professionnels sont radicalement plus efficaces qu’un président qui semble croire qu’il sait tout …

28 02 2008
L. Fillion (16:40:27) :

Ostiane,

en plus de mon blog « élèves » sur el web pédagogique, j’anime le « blog education et politique » http://educpol.over-blog.com/

à te lire, ici je pense qu’on partage pas mal de points de vue communs

à bientôt

28 02 2008
Hugo Billard (20:42:18) :

Merci Ostiane de remettre les enjeux à leur niveau. Il ne sera pas dit que les profs mourront sous l’injure mais qu’ils se sont battus pour rappeler ce qu’ils sont et ce qu’ils font.

Le papier de Marie Lavin repris par le blog educpol de Laurent Fillion est à lire aussi.
http://educpol.over-blog.com/article-17079537.html

A bientôt!

Hugo Billard
Blog « Le Jardin des Retours »

Laisser un commentaire