Les majuscules, une histoire personnelle.

11 03 2008

mathis a dix ans. une écriture rythmée par les pulsations de ses poings. ses mots guillotinés n’adhèrent pas à la page. le regard bas pour cacher des yeux trop vifs. assis dans un coin. élève récalcitrant, enfant désemparé.

Contrôle de copie. lettres électriques entrecoupées de tâches d’encre. mathis n’aime pas les majuscules. les belles anglaises ne sont pas pour lui et les bâtons lui font peur.

le texte est illisible pas de ponctuation aucun sens même sans produire  mathis est incapable de reproduire

Et puis un soir, merci monsieur Pennac, je lis votre chagrin d’école. Je pleure et je ris. Merci pennachionni!

Le lendemain: « Mathis au tableau ».

Sa voisine lui dicte une phrase (vous savez une suite de mots ayant un sens, qui commence par une majuscule et qui finit par un point.)

Sur l’estrade, le rythme mal cadencé de Mathis égratigne le joli tableau blanc.

« Maîtresse, y la oublié la majuscule!

Et le poing final aussi!

C’est vrai Mathis, regarde. Mais tu sais, je vais te dire quelque chose. Hier soir je lisais un beau livre. Un livre qui parlait de toi. »

Rire dans la classe. Haussements d’épaules. Regards incrédules.

« Tu vois, il existe un Monsieur très connu aujourd’hui. Il écrit des romans, des livres pour adultes et pour enfants. Tu te souviens L’oeil du loup?

Et bien vois-tu, ce Monsieur, il s’appelle Pennac, avec un P majuscule. Mais quand il était petit, il était comme toi. Jamais de majuscule. Il n’était qu’un pennachionni minuscule. Tout en minuscules.

Alors, Mathis, tu peux bien avoir zéro en contrôle de dictée ou de copie, dis-toi que cela ne t’empêche pas d’être Mathis, d’être quelqu’un avec un nom aussi propre que le meilleur des élèves. Et puis, qui sait, toi aussi tu écriras peut-être tes chagrins d’école! »

Que vous le croyiez ou non, depuis ce jour Mathis n’a plus jamais oublié d’habiller son prénom et son nom d’une jolie majuscule. A l’anglaise s’il vous plaît!

La notation ne prend en compte que l’adéquation immédiate d’une réponse à une question relative à une norme fixée par la règle. Cette notation ne doit pas exclure l’évaluation qui, elle, intègre dans son statut, le processus d’apprentissage, voire de résistance à l’apprentissage. Une toute autre affaire!

Des « garçons manqués » qui ne connaissent pas le féminin, des jumeaux séparés qui n’intègrent pas le pluriel, des enfants uniques qui mettent des « s » partout….oui oui, ça existe!

L’ORTHOGRAPHE, plus qu’un ensemble de règles, l’orthographe, l’expression de soi, du plus profond de soi.