La semaine de la presse à l’école

13 03 2008

Un sujet lancé sur le forum du webpédagogique:

« En 2007, la 18e édition de la semaine de la presse a réuni 4 334 488 élèves de la maternelle à l’université et 392 579 enseignants issus de 13 040 établissements.Le thème proposé cette année aux enseignants et aux élèves est « Une info, des médias ». C’est l’occasion pour aider les élèves à comprendre le système des médias, à former leur jugement critique, à développer leur goût pour l’actualité et à forger leur identité de citoyen.


Vous pouvez voir le site
http://www.clemi.org ) pour avoir plus d’informations.

Certains de nos quelques blogueurs ont déjà traité cet événement dans leurs blogs !
Découvrez ce qu’est une bonne couverture de magazine avec Florence Travers ici :
(
http://lewebpedagogique.com/cdiardilliers/2008/03/05/quest-ce-quune-bonne-couverture-de-magazine/)


ou bien ce qu’a prévu de faire le CDI de Saint Michel des Batignolles à cette adresse :
(
http://lewebpedagogique.com/cdismdb/2008/01/14/semaine-de-la-presse/)

Et vous, qu’allez-vous faire dans votre établissement ?« 

avatar Ma petite bafouille

Bon, je vais être un peu directe et très provocatrice…la semaine de la presse, la semaine de la poste, la semaine du goût, la semaine du recyclage, la semaine des métiers, la semaine du poil à gratter et des coccinelles. Tout cela est bien joli, mais dans la vie, je veux dire la vraie vie…les choses fonctionnent-elles ainsi? Imagine-t-on la semaine de la douche, la semaine du bonjour/merci, la semaine du sport et bientôt la semaine de l’école! Y’en a qui vont être contents!


Non, plus sérieusement, l’école a évidemment besoin de ces ouvertures sur le monde et sur toutes ces réalités externes à l’institution scolaire. Mais pour que ces ouvertures aboutissent à un semblant de réels apprentissages, elles nécessitent bien davantage qu’un simple slogan hebdomadaire. Seul un véritable travail de cycle et de projet peut accompagner l’enfant-élève à la prise en compte de toutes ces données sociétales. Et le temps… N’oublions pas l’incontournable inscription dans la durée, l’expérimentation, la latence, la maturation que réclame tout apprentissage.

Empiler des semaines thématiques comme on enfile des perles à un collier, le visuel peut s’avérer agréable certes, mais l’essentiel ne réside-t-il pas à savoir assortir la parure au reste du vêtement et plus encore, le vêtement à la situation concrète?

Néanmoins, pour être juste, il faut savoir accueillir sans le fustiger, ce qu’il y a de positif dans ces démarches: l’information diffusée auprès des professionnels de l’école, le partage des connaissances et les pistes pédagogiques qui s’y rattachent sont autant d’outils fort appréciables pour des enseignants qui ne peuvent tout savoir sur tout mais à qui on demande de tout enseigner….

Il faut donc le reconnaître, ces semaines thématiques offrent, à l’adulte avant tout, une visibilité sur certains domaines ou secteurs particuliers dont il ignore tout ou presque. A lui, à nous, adultes-enseignants, par la suite, en fonction de notre classe, de nos projets et de nos priorités, de les mettre à portée de nos élèves; ce qui passe nécessairement par un véritable travail d’exploitation de ces données avec l’objectif in fine, non pas d’évaluer en la matière, le niveau de connaissances des élèves, mais bien de permettre à ces élèves-citoyens de mieux discerner, mieux se distancer, mieux appréhender un monde dans lequel ils doivent apprendre à évoluer en toute autonomie, en toute liberté…et cela demande bien plus qu’une semaine, c’est à dire 4 jours!

Si l’enseignant se contente, si je me contente d’un affichage-bricolage sur le sujet à traiter en imaginant une seule seconde que le sujet est traité…c’est ici que j’émets des réserves quant au bien-fondé de ces apprentissages « clés en main. »

Apprendre à l’élève à comprendre, assimiler, réutiliser, transférer ces enseignements en dehors de la classe de manière à ce qu’il s’en empare à juste titre et dans un cadre adéquate, tel est l’enjeu…telle est la mission éducative de l’école hors de l’enceinte sanctuarisée de ses murs. Le savoir se partage. Sans ce partage il est voué à l’idéologie. Mais je sors du sujet…déformation passionnelle et professionnelle!

Pour synthétiser, je dirai:

Oui à la complémentarité des acteurs entre l’école et la société dans son ensemble.

Oui pour un partage des savoirs et savoirs-faire au niveau des adultes.

Oui à l’introduction à l’école de ces données sociétales.

Oui pour un travail de projet par cycle* dans l’enceinte des établissements.

Non à la compilation névrotique de ces semaines thématiques.

Non au QCM systématique « vu, pas vu » ou bien « acquis, non acquis » pour ce qui relève de ces apprentissages.

Enfin, pour terminer cette analyse, une suggestion toute personnelle:

Pourquoi ne pas introduire, au sein même de la formation initiale des maîtres, un cursus particulier relatif à ces thématiques et qui, de fait, introduirait inévitablement le concept de PEDAGOGIE DE PROJET et la mise en route effective de la réforme des cycles, laquelle, il faut l’avouer ne reste encore, à ce jour, qu’une belle idée sur une nième circulaire.

Un peu de pratique, alliée à beaucoup de théorie, elle-même fondée sur l’acte pédagogique, soulagerait et éclairerait bien des enseignants au sortir de l’IUFM.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Tags : ,

Actions

Informations

Une réponse à “La semaine de la presse à l’école”

30 05 2008
Bernert (20:43:48) :

ENFIN DE RETOUR
LEXIDATA, jeux éducatifs et dagogiques
de qualités, pour enfants à partir de 3 ans, employés par des millions d’enfants dans le monde, les enfants sont en net progrès scolaire, grâce au système LEXIDATA. Dans les écoles et maison. http://www.lexidata.be

Laisser un commentaire