Expression écrite et histoire vraie

25 03 2008

                   MON PERE                                

Mon père est voyageur intersidéral

Mon père est astronaute

Mon père est savant international

Mon père est espion secret

Mon père est navigateur 

Ma mère a peur

Je la connais La vérité

Mon père est mort   

                            Sylvain ( 9ans )

 

Avant l’écrit, il a fallu gérer l’expression orale.

Avant l’oral, il a fallu gérer le silence.

 

Une année particulière, comme toutes les années.

Un enfant particulier, comme bien des enfants.

 

Un élève comme aucun autre. 

Mais chaque élève a son histoire. Et chaque histoire est unique.

 

Tags : , ,

Actions

Informations

6 réponses à “Expression écrite et histoire vraie”

26 03 2008
PMB (15:27:37) :

Il a su dire que son père, un père prestigieux, était partout mais loin.

Il a pu dire la vérité, mais à la fin seulement.

Sa majuscule à La est-elle un choix d’écrivain, ou une simple faute mais révélatrice ? De plus, ce deuxième « la » est une bonne répétition.

« Ma mère a peur » : voilà un absolu. Votre Sylvain ne dit pas de quoi : le sait-il, refuse-t-il de le dire ?

Cet enfant sait d’instinct qu’un bon texte, un bon roman surtout, c’est celui qui ne dit pas tout.

Il serait intéressant (mais pas pour nous, que cela ne regarde pas) de savoir si c’est vrai ou si c’est une
fiction. Beaucoup d’enfants imaginent, pour x raisons, la mort d’un parent ou d’un membre de leur fratrie. Et sont anéantis quand la vie les prend au mot…

26 03 2008
ostiane mathon (15:58:57) :

Plusieurs années déjà se sont écoulées. Et pas un phantasme. Une révélation faite en classe en dépit d’un secret de famille. Trop lourd à porter par un enfant. Le net permet de garder l’anonymat. Sylvain, c’est Stéphane, c’est Sullivan, c’est Sébastien. Peu importe, c’est un jeune homme aujourd’hui, quelque part. Je ne sais où. S’il tombe un jour sur BLOG bLEU PRIMAIRE, il se reconnaîtra.
Ostiane

26 03 2008
drheybrigitte (17:37:14) :

Félicitation pour l’originalité et la
pertinence de votre blog!

brigitte drhey

26 03 2008
ostiane mathon (18:02:13) :

Merci Brigitte!
Je vois que vous venez d’ouvrir votre propre blog. N’oubliez pas lors de votre prochaine visite de nous laisser votre lien. Les blogueurs sont des curieux, ils viendront certainement vous découvrir!

Bon démarrage à vous. Vous verrez, c’est une belle aventure. Très chronophage, mais…le temps est une donnée que chacun tente de s’approprier comme il peut!
A bientôt Brigitte!

26 03 2008
PMB (18:25:23) :

Oui, la fonction libératrice de l’écriture. Ce garçon qui me parlait tous les huit jours de son grand-père mort. Qui, le jour où on devait écrire une lettre, demanda au grand scandale du reste de la classe (« Mais on n’écrit pas à un mort, puisqu’il est mort ! – On peut, si on n’oublie pas qu’il est mort.) », « Mais il ne va pas répondre ! – Non, mais c’est d’avoir écrit qui vous donnera la réponse ! ». Ils furent trois à l’imiter. Et, si on continua à parler, ce ne fut plus jamais de son grand-père.
(J’ai le droit de la reproduire)

Cher Papi,

Je t’écris cette lettre pour te déclarer ce que je n’ai pas pu te dire quand tu étais vivant. Tu es le plus grand des papis.
Tu me manques, tu étais à l’écoute quand j’avais besoin de toi. Depuis que tu es parti dans l’autre monde, ta présence me manque, tu seras toujours dans mon cœur.
A l’approche des fêtes de Noël, ce ne sera plus pareil pour tout le monde. Je t’aimais au plus profond de moi.
Depuis que tu es mort, tu resteras toujours gravé dans mon cœur.

Voilà, je t’ai dit tout ce que j’avais à te dire, (…), au revoir et à bientôt, sur d’autres lettres ou dans mes rêves.

D…

« à bientôt (…) dans mes rêves » : je sais plus d’un écrivain qui crèverait de jalousie devant cette trouvaille du cœur !

27 03 2008
ostiane mathon (09:18:49) :

Oui PMB, l’écriture libératrice…

Mais pour trop d’entre eux encore l’écriture, demeure une impossible car trop improbable issue.

C’est là où les limites de la pédagogie sont douloureuses à admettre.

L’école et le maître ne parviennent pas toujours. L’élève, ou plutôt devrais-je dire l’enfant, résiste souvent. Entre ces deux pôles, des interactions invisibles.

Merci pour votre témoignage PMB!

Laisser un commentaire