A comme Autonomie

2 04 2008

Développer l’autonomie en classe…

Un travail sur la méthodologie au service des capacités de l’élève.

Un investissement essentiel du maître qui ne doit ni s’effacer, ni s’imposer.

Une présence de l’adulte incontournable sans être toute puissante.

Une réflexion globale et transversale axée sur:

1/ les consignes, pour que l’élève lise et comprenne ce qu’on attend de lui.

2/ les objectifs par paliers, pour que l’élève réalise les différentes étapes d’un apprentissage.

3/ les ressources et les outils à la disposition de l’ élève, pour qu’il s’y réfère librement.

4/ la démarche par tâtonnement, pour que l’élève intègre la prise de risque dans sa recherche.

5/ l’auto évaluation, pour que l’élève soit capable de se rendre compte de l’efficacité de sa méthode.

6/ l’échange et l’esprit de groupe, pour que l’élève repère son propre rôle et les compétences de chacun.

7/ la prise de parole et l’écoute réciproque, pour que l’élève prenne conscience de l’importance de la juste formulation.

8/ le travail personnel et le contrat individuel, pour que l’élève soit capable, momentanément, de travailler sans référent adulte.

Une méthodologie au service du savoir faire et du savoir apprendre.

Des capacités au service des savoirs dans les différents contenus disciplinaires (les fameux fondamentaux essentiels).

Des savoirs au service de l’émancipation de l’individu.

Ce qui ne m’empêche pas d’aimer et de respecter la tradition.

Ce qui ne m’empêche pas de lire et d’étudier avec mes élèves les « beaux textes« .

Ce qui ne m’empêche pas de rester fermement ferme sur l’orthographe.

Ce qui ne m’empêche pas d’étudier l’Histoire de France.

Ce qui ne nous empêche pas de remonter jusqu’au latin et au grec.

Ce qui ne nous empêche pas de prendre au sérieux le passé antérieur et le futur proche.

Pourquoi cette guerre incessante et sans issue entre soi-disant anciens et soi-disant novateurs? N’est-ce pas dans le mouvement spiral que nous dépasserons ces clivages nauséabonds?

Les premières victimes, vous les connaissez, ce sont nos élèves, nos enfants.

REUSSITE SCOLAIRE ASSUREE?

Non.

Le SAV ( Service Après Vente) de l’enseignement et de l’éducation n’existe pas. Pas encore.

Tags :

Actions

Informations

3 réponses à “A comme Autonomie”

2 04 2008
Loki (09:51:27) :

Bonjour Ostiane,

Je suis arrivé sur votre blog en suivant un lien trouvé sur le site d’E. Charmeux.
Je dois vous dire que votre approche est intéressante, car, loin des parti-pris idéologiques (de droite comme de gauche, vous l’avez très bien remarqué), vous avez fait votre petit mélange, en fonction de ce qui marche et de ce qui ne marche pas, en fonction de ce que vous estimez être votre devoir d’apprendre à vos élèves (les ‘beaux textes’, ‘remonter jusqu’au latin et au grec’, ‘étudier l’histoire de France’, …etc.).
Bravo.
Vous avez réussi à passer le cap du lavage de crâne IUFMesque.
Puis-je vous conseiller la lecture de
« Journal d’une institutrice clandestine » de Rachel Boutonnet?
Vous connaissez certainement déjà ce livre.
Bonne continuation.

2 04 2008
L. Fillion (10:42:47) :

si par là, Loki, veut comparer Ostiane à Rachel, c’est faire beaucoup d’honneur à la seconde et est plutôt méprisant pour la première.

Il me semble qu’ostiane a surtout « réussi à passer le cap du lavage de crâne » des porte-parole du populisme scolaire.

2 04 2008
ostiane mathon (15:01:59) :

Chers Lofi et Loki,

Sans entamer de danse du ventre déplacée, j’accepte bien volontiers les encouragements de l’un et de l’autre! (Pourquoi m’en passerais-je?)

Mais je me souviens aussi de ce cher La Fontaine et de son pauvre corbeau…
Moi, mon fromage, vous l’aurez deviné, c’est ma liberté.

Quant à Rachel, je ne la connais pas. Pas encore.

Et vous Loki, êtes-vous prof, parent, ou les deux? Ou simplement badaud du net?

A bientôt!

Laisser un commentaire