Le 8 Mai 1945

8 05 2008

Pour une date historique, rien ne vaut une belle fiche chronologique

Pour un fait historique, rien ne vaut le blog d’un prof spécialisé en la matière! J’ai nommé, Jérôme Pick!

Un autre site riche, très riche…celui de Bruno Sentier.

Bonne journée!

Tags : ,

Actions

Informations

13 réponses à “Le 8 Mai 1945”

8 05 2008
jmdaigrefeuille (11:16:43) :

Bien entendu vos liens sont intéressants… mais ne croyez-vous pas que tout cela soit « un peu » loin des préoccupations de vos élèves du primaire ?
Restons sur terre !
(je sais, je dérange !)
Cordialement JMD

8 05 2008
jmdaigrefeuille (11:30:19) :

Je le sais, aucun rapport avec votre post sur l’anniversaire… Je ne résiste pas cependant à vous joindre ce copié-collé qui pourrait faire réfléchir les pédaogos de « l’école Vitruve »…
« Les exemples concrets sont loin d’être la meilleure méthode pour comprendre les mathématiques, selon une étude publiée jeudi aux Etats-Unis qui privilégie une approche d’assimilation abstraite.
« Il est très difficile de faire comprendre des principes mathématiques à partir d’un exemple concret », affirme Vladimir Sloutsky, co-auteur de l’étude et directeur du centre pour la Science cognitive de l’Université d’Etat de l’Ohio (nord). « Les exemples concrets peuvent être de bons moyens pour tester la maîtrise des connaissances acquises mais ce sont de mauvais instruments d’enseignement », ajoute ce chercheur dont les travaux paraissent dans la revue américaine Science datée du 25 avril. Les étudiants qui apprennent une règle mathématique à travers un ou plusieurs exemples concrets auront en effet plus de mal à la réutiliser dans un nouveau contexte comparativement à ceux l’ayant acquise seulement de façon abstraite, selon ces chercheurs. C’est ainsi qu’un grand nombre d’étudiants pouvant résoudre le problème de savoir à quelle heure le train A va croiser le train B, seront incapables d’appliquer cette solution à d’autres exemples s’ils n’ont pas acquis la formule de manière uniquement abstraite, explique Jennifer Kaminski, principale auteur de l’étude.
Les chercheurs ont testé leur théorie sur un groupe de 80 étudiants de niveau Deug-Licence qu’ils ont répartis en quatre sous-groupes. Ils leur ont enseigné un principe arithmétique simple illustré par un, deux et trois exemples concrets pour les trois premiers sous-groupes alors qu’ils se sont contentés d’une simple explication abstraite pour le dernier groupe. Ils ont ensuite soumis l’ensemble des 80 étudiants à un questionnaire à choix multiples pour tester la compréhension du principe de calcul enseigné.
Le meilleur score (80% de réponses exactes) a été réalisé par le groupe d’étudiants ayant appris ce principe de calcul de manière purement abstraite.Les autres sous-groupes n’ont obtenu que 51% et 43% de réponses justes respectivement, dont une grande partie attribuée au hasard. Les exemples concrets pourraient même distraire les étudiants en les empêchant de se concentrer sur le concept lui-même, explique Vladimir Sloutsky.
Selon lui, « ces conclusions remettent en cause une croyance de longue date en pédagogie ». « Nous avons vraiment besoin de présenter ces concepts par des représentations très symboliques », insiste Jennifer Kaminski. « Les étudiants sont ensuite mieux préparés à les appliquer dans une variété de situations », dit-elle. »

Cordialement JMD

8 05 2008
jmdaigrefeuille (16:04:39) :

Merci pour la censure… je vois que vous êtes vraiment très ouverte. Lors de ma prochaine visite au Sporting d’Houlgate je vous en parlerai…
Cordialement JMD

8 05 2008
jmdaigrefeuille (16:07:29) :

Désolé mais je croyais que mes commentaires avaient été effacés… Sans doute ne sont-ils tout simplement pas validés ?
Mille excuses…

8 05 2008
ostiane mathon (17:37:29) :

Bon, j’accepte vos excuses. Je sais je suis « sympa » (ça énerve)

Voyez-vous j’occupais mon temps à profiter de ma famille et de mes amis, pas à Houlgate cette fois-ci.
Je vois que bientôt vous saurez tout sur moi…Mais, n’hésitez pas à me le demander en direct…Parfois les renseignements qu’on trouve sur le net ne sont plus d’actualité…et je n’ai rien, mais alors rien à cacher…( comme tout le monde…) La seule chose peut-être, c’est que ma vie privée n’intéresse ici personne. Ce n’est pas le sujet du blog. Peut-être, lorsque je serai à la retraite, écrirai-je mes mémoires, et peut-être y figurerez-vous?

Bon, passons aux commentaires

1/ Ce blog n’est pas un blog de classe ou d’école.
C’est un blog généraliste sur les questions d’éducation.
Mes élèves y ont toute leur place, mes parents d’élèves aussi mais si mon « domaine d’expertise » oserai-je dire ainsi, reste le primaire, j’ai choisi d’y aborder toutes sortes de sujets. Et ce jour anniversaire, même s’il n’est pas « au programme » du CM1, reste un jour anniversaire!

2/ Votre texte sur l’école de Vitruve, si vous me le permettez, je vais le lire tranquillement pour tenter de vous dire ce que j’en pense. Et ce que je pense n’est pas parole d’Evangile, vous en conviendrez! Sans doute dans un prochain article. Restez en éveil!

3/ Je transmettrai vos remarques à ma direction quant au document que vous m’avez transmis. Effectivement, la chose est navrante!

4/ Ah oui, j’oubliais, notre projet d’école…ah, la question qui fâche…nous y travaillons…pas facile…

Nous avons choisi cette année de travailler sur le thème de l’autonomie. Vous savez, les pédagogues adorent ce mot!

L’année prochaine, notre axe de réflexion sera « les parents et l’école »…Vaste sujet!

Avez-vous des idées sur ce deuxième thème?

Vous JMD et tous ceux qui participent au débat!

5/ A suivre…

8 05 2008
jmdaigrefeuille (18:52:12) :

Sachez avant tout que je n’ai aucune animosité… même si mes propos peuvent, parfois, être un peu provocateurs…(je l’avoue). Que voulez-vous c’est ma nature et je pratique également la dérision et l’auto-dérision…
NON ! votre côté « sympa » ne m’énerve pas. Je sens que vous êtes ouverte, pleine de bonnes intentions -ce qui vous honore-, je vous en félicite sincèrement.
Je suis un vieux routard, style « free lance », arrivé dans l’enseignement par les hasards de la vie : recruté un mercredi et en classe le mardi suivant dans un CM2 en remplacement avec un bac en poche…
Beaucoup d’expériences en particulier à l’étranger (de la pleine brousse aux écoles super élitistes)… ça forme !
Vous voulez réconcilier « enseignants-familles »…c’est bien ! Je constate simplement que peu de parents postent des commentaires… Les seules choses importantes pour eux :
– dates des vacances
– horaires de la piscine
– poids des cartables
– dates des sorties scolaires et classes (vertes, blanches…)
– qualifications du chauffeur de car
– horaires de BCD
– projet informatique
– qualifications de la prof d’anglais
… tout à l’avenant.
RIEN sur votre projet français-maths ni sur le programme de l’année en cours !
Amicalement JMD

8 05 2008
ostiane mathon (19:36:29) :

« arrivé dans l’enseignement par les hasards de la vie : recruté un mercredi et en classe le mardi suivant dans un CM2 en remplacement »

Idem pour moi, (avec bien sûr un e en plus à arrivé et recruté) mais en CP! Et à l’étranger, à Lisbonne. Mes premiers petits élèves: 5 Français, 15 Portugais et 5 d’origines diverses.

Quand nous sommes arrivés au jour tant redouté du son « ch », j’ai découvert l’ampleur de la problématique sur les méthodes de lecture! b et a ba…pas si évident!

« Beaucoup d’expériences en particulier à l’étranger (de la pleine brousse aux écoles super élitistes)… »

2ème point commun! Décidément…
Grèce, Iran, Vietnam, Portugal, Danemark. Elève et/ou enseignante
J’ai passé davantage de temps à l’étranger qu’en France. Entre mère patrie et voyages exotiques,j’ai fait l’expérience de la pension. De là, peu de bons souvenirs d’école mais une rude et formidable découverte: l’autonomie. Tu as douze ans,ma fille, débrouille toi avec ça…

Ces confidences ont leur importance car on enseigne et on élève comme ou contre ce que l’on a connu. Sans être pédagogo, comme vous dites, nous pouvons être d’accord là-dessus, n’est-il pas?
Heureusement, la professionnalisation et l’expérience permettent peu à peu de se dégager de cet héritage…encore que!

« Vous voulez réconcilier “enseignants-familles”…c’est bien ! Je constate simplement que peu de parents postent des commentaires… »

Ca, c’est vrai!
Alors les parents, coucou, où vous cachez-vous?
Je suis certaine que vous n’êtes pas si loin…
Embusqués?
Timides?

8 05 2008
jmdaigrefeuille (19:46:20) :

Vous voyez bien que nous avons des atomes crochus !

11 05 2008
Laurent Carle (16:46:50) :

CITATION ET CITATION DE CITATIONS

“Les exemples concrets peuvent être de bons moyens pour tester la maîtrise des connaissances acquises mais ce sont de mauvais instruments d’enseignement”,

“Nous avons vraiment besoin de présenter ces concepts par des représentations très symboliques”, insiste Jennifer Kaminski. “Les étudiants sont ensuite mieux préparés à les appliquer dans une variété de situations”,

« J’ai fait toute ma carrière sans avoir jamais ouvert un seul livre de pégagogie (excepté pour mon CAP, j’avoue, pour avoir des références…). Je n’ai “pondu aucun livre pseudo-pédago” (c’est facile à faire avec le net…). Je me suis tj. éclaté en classe, mes élèves aussi. Pas besoin de Piaget, Meirieu, Bentolila et je ne sais qui ! et franchement je n’en ai rien à faire ! »

14 05 2008
CecileRay (12:30:01) :

Bonjour à tous.
J’avais déjà posté une (tout) petit commentaire, mais là j’ai envie de me lâcher.
Je trouve que l’échange JMD/ostiane touche du doigt ce qu’un blog doit permettre de faire : choc des cultures, confrontation des opinions.
Tout d’abord, cher JMD, sachez que je suis parent et qu’aucun des points que vous citez ne figure dans mes priorités en regard de l’éducation de mes enfants.
Ensuite je pense que beaucoup de représentants du corps professoral se concentrent sur les spécificités de leur enseignement et non sur celles de leurs élèves.
C’est le pluralisme qui manque à mes yeux même si je sais que c’est un coup d’épée dans l’eau que de formuler cela.
Quoiqu’il en soit, j’ai souhaité réagir car si je trouve en Ostiane la démonstration qu’il est possible de rencontrer des professeurs ouverts, riches de culture et donc disposés à enseigner de manière spécifique, je vois bien par la réaction de JMD que cela heurte la majorité des autres, dont je regrette le trop grand nombre.

Excusez ce coup de g….., mais je souhaitais le formuler

Ps : je songe à monter un blog « de parents », sur ce thème-là. Si vous avez des bonnes adresses, que je puisse benchmarker, je suis preneuse !

BIEN CORDIALEMENT A TOUS.

Cécile

14 05 2008
ostiane mathon (13:47:25) :

Ca fait du bien de « se lâcher » hein cécile!

Le blog pour parents, en voilà une riche idée!

Avez-vous lu mon petit billet sur le sujet? (voir le lien en fin de commentaire)

Une chose m’étonne mais peut-être pourrez-vous m’éclairer?

Les parents sont assez peu présents sur BLOG BLEU PRIMAIRE, en tous cas s’ils viennent lire, et je l’espère, ils ne se manifestent pas beaucoup…Merci à vous d’avoir rompu le silence et surtout revenez en nombre pour me faire mentir!

Un de mes objectifs de départ reste de créer, à ma petite échelle, un espace de libre échange au sein de la communauté éducative. Et les parents en font intégralement partie! Il faut leur dire de prendre la parole, de prendre toute leur place. Pourquoi, à votre avis, cette timidité? Est-ce la forme, le contenu ou les commentaires qui feraient « peur » aux parents?

Des blogs, il en existe des milliers. Il faut trouver ceux sur lesquels on se sent bien (en accord ou non)et ne pas hésiter à s’y exprimer librement.

L’école et les familles ont un milliard de trucs à se dire! Et pas seulement entre « son » école et « son » parent. Il me paraît naturel de parler de « soi », de « son » enfant, de « sa » classe; mais en s’exposant à un plus large public, on sort de la querelle individuelle.

Et le Blog est une manière de sortir de chez soi, d’aller voir ailleurs, d’appréhender la multitude des individualités. Une façon en quelques sortes de partir pour mieux revenir!

En réponse à votre PS
Vous pourrez très facilement ouvrir un blog sur lewebpedagogique. Il existe également des blogs gérés à plusieurs.

Alors, n’hésitez plus!Et bon courage!
Un petit clin d’oeil pour finir car je ne désespère pas d’y parvenir!

http://lewebpedagogique.com/ostiane/2008/04/21/la-classe-des-parents-blogueurs-saison-1/

28 05 2008
JMD (18:47:18) :

@ Cecile Ray,
Je réponds tardivement à votre post…désolé.
Je crois que vous vous méprenez complètement… les rapports enseignants/parents sont -et je le crie-, de la plus haute importance.
Beaucoup de personnes pensent comme vous et moi… MAIS !
Quels sont les parents qui s’occupent réellement de leur progéniture ? Toujours les mêmes !
Si vous voulez « sortir » un enfant de sa situation, il vous faut « en face » des parents réceptifs et qui vous font confiance… (ils ne sont pas nombreux …).
Que de « combats », de palabres pour que la petite S… vienne en classe de neige,aidée financièrement. Mes trois mots d’arabe n’ont pas été inutiles…
Prière de ne pas enfermer les gens dans un carcan… Merci

29 05 2008
Ostiane Mathon (09:21:53) :

Si vous voulez, “en face” des parents réceptifs, il faut en amont des enseignants ouverts. Sont-ils nombreux?

La poule et l’oeuf…

Une fois le diagnostique posé, quelles stratégies mettre en place afin d’arrêter ce jeu de cache-cache?

La formation des enseignants doit prendre en compte cette dimension relationnelle et contractuelle. Travailler sur cet axe dans l’esprit d’un pacte éducatif.

On voit de plus en plus émerger, chez les familles, un réel besoin d’aide à la parentalité. L’école ne peut en effet porter toute la responsabilité du destin d’un élève. Cet élève est avant tout enfant, fils ou fille de… L’implication des parents est incontournable.

Peut-être faudrait-il développer le concept d’écoles de parents. Des groupes associatifs existent ça et là. Comment les fédérer, les mutualiser? Colloques, groupes de parole, conférences, séminaires, stages…

Mais il restera toujours que les familles qui ont le plus besoin d’aide ne se feront que rarement présentes. A moins d’instaurer un véritable climat de confiance et un travail effectif de terrain, via des projets collaboratifs. « Intra muros ou hors des murs ». Toutes les options sont envisageables. Encore faut-il l’envisager!

Voilà deux, trois pistes.
et vous autres, parents…qu’en dites-vous?

Laisser un commentaire