La Pentecôte

12 05 2008

La Fête de la Pentecôte  C’est quoi au juste?

Un pont de mai pour certains.

2 jours fériés pour beaucoup.

Une fête religieuse pour les chrétiens.

En effet, pour les croyants, le jour de la Pentecôte célèbre la venue de l’Esprit Saint sur les apôtres 50 jours après la résurrection du Christ. (Fête de Pâques)

Le Livre des Actes des apôtres (2,1-13) donne le récit de la Pentecôte: « Quand le jour de la Pentecôte fut arrivé, ils (les apôtres) se trouvèrent tous ensemble. Tout à coup survint du ciel un bruit comme celui d’un violent coup de vent. La maison où ils se tenaient en fut toute remplie ; alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s’en posa sur chacun d’eux. Ils furent tous remplis d’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues ».

Le jour de la Pentecôte inaugure alors la fondation de l’Eglise.

                      

Pour découvrir d’autres icônes de la Pentôte.

Pour essayer d’en savoir plus.

Tags : , ,

Actions

Informations

2 réponses à “La Pentecôte”

13 05 2008
montelle (05:24:01) :

Je pense que tu enseignes à tes élèves la signification des fêtes religieuses : Noël, Pâques, Pentecôte, Aïd el Kebir, Aïd el Seghir, Achoura, le Chabatte, etc.Cela me semble très important pour abaisser les barrières qui séparent musulmans, juifs et chrétiens, les gens du Livre. C’est cela la véritable laïcité : tout présenter aux enfants de façon à ce qu’ils puissent effectuer librement leur choix de vie.
Raconter aussi les mythes fondateurs des religions qui permettent de comprendre tant œuvres qui, sinon, restent obscures.
Les temps ont changé, maisnaguère j’ai reçu beaucoup de reproches de collègues laïcs sectaires (ce qui est un bel oxymore !). Alors que j’étais connu pour être un athée pur sucre, je racontais les mythes et les fêtes religieuses!
Il y a une vingtaine d’années, j’ai eu l’occasion de discuter longuement de ce problème avec Philippe Joutard, qui a lancé l’idée, au ministère, de pratiquer l’enseignement de l’histoire des religions. Ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit, car il me semble difficile d’adopter une attitude d’historien en respectant les convictions de chacun.
Par contre, les récits légendaires ou mythiques constituent un ciment entre les enfants.

13 05 2008
ostiane mathon (15:21:41) :

Je ne suis pas une spécialiste en matière d’enseignement du fait religieux.

Dans ma classe( comme dans la majorité des écoles, privées ou publiques ) beaucoup de religions différentes, beaucoup de questions, pas toujours de réponses…Mais il me semble nécessaire et très enrichissant de saisir les nombreuses occasions de parler des différences (et des points communs!) quelles qu’elles soient.

La vie est faite de cela et les enfants nous invitent régulièrement à parler de « ces choses là ».

Ce n’est pas toujours facile mais il me semble que l’école ne peut se soustraire aux questions posées.

Avec ou sans Shoah au programme, on en parle. Avec ou sans Dieu(x) au programme, on en parle, avec ou sans esclavage au programme, on en parle.

Laisser un commentaire