Une brève histoire du temps…

14 05 2008

       » Si tu as un projet à un an, plante une graine ;

Si tu as un projet à dix ans, plante un arbre ;


Si tu as un projet à cent ans, éduque tes enfants. »

                                                              Tradition orale africain

                 Mon @nnée au Collège   

Qu’on soit des villes, qu’on soit des champs

Un site très beau  pour grands et moins grands!

Un univers à découvrir, l’univers du Vivant

Pour mes élèves, des vidéos fumantes de volcans

Des insectes en 3D et autres bébêtes coassant

Qu’on soit des villes, qu’on soit des champs! 

A VOIR ABSOLUMENT!

mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm


 
.

Tags :

Actions

Informations

2 réponses à “Une brève histoire du temps…”

14 05 2008
Crégut (05:40:55) :

Merci !!!
FC

15 05 2008
montelle (07:02:29) :

Magnifique proverbe dans notre monde de l’immédiateté. Merci Ostiane.
L’univers du vivant, de la nature dirais-je plutôt, oui, cet univers merveilleux dont nous procédons au plus profond de nous-mêmes. L’aborder par degrés, par étapes, avec curiosité et émerveillement.
L’inventaire nominatif, tout d’abord. Qu’est-ce que c’est ? Un papillon, certes.
Et ce site donne une photo, ce qui n’est qu’un début. Préférons la rencontre in vivo et la photo après. Dimanche dernier, les aurores (anthocaris cardamines) se livraient une cour inlassable, après les escarmouches des mâles. Un spectacle qui commence une histoire. L’histoire incroyable, fantastique, passionnante qui va mener des œufs au papillon, en passant par le nid douillet de la cardamine (cardamines, justement) qui était là dans le champ. Naissance, chenille, chrysalide, renaissance, envol, vol aléatoire, survie hivernale, migration… Les petits auditeurs sont accrochés ? Un petit conte étiologique qu’ils ont à inventer : pourquoi les mâles ont-ils des taches de couleur orange au bout des ailes ? Nicolas cherche des causes scientifiques. Flore va plus vers le merveilleux. Chacun écrira son récit.
Plus tard, beaucoup plus tard, viendra l’étude anatomique et éthologique, la classification, les inter-actions avec les insectes, les plantes (fécondations…) et aussi les menaces écologiques. Mais si on veut une attention soutenue et une rétention véritable des savoirs, il est nécessaire, je crois, d’accrocher tout ce contenu scientifique à des récits qui serviront de patère, de tiroir à classer, de repères. Récit du moment de la découverte, récit de la vie du papillon (un autre récit que les enfants peuvent écrire), récit merveilleux ou étiologique.
Ensuite, l’enfant, sera un passionné des papillons et il ira vers les sites spécialisés pour identifier ceux qu’il rencontrera, pour étudier leurs vie et leurs mœurs, ne serait-ce qu’à un niveau modeste.
Il ne s’agit pas d’étudier tous les papillons d’un coup, au départ, mais d’entrer dans la vie d’un papillon particulier qui nous invitera dans l’univers enchanté des lépidoptères. Idem pour tous les autres êtres qui partage cette planète avec nous, en commençant par les plus proches. Et là, le maître est infiniment supérieur à tous les médias !

Si on commence par :
« Un papillon est un insecte holométabole, portant à l’état adulte quatre ailes membraneuses couvertes d’écailles microscopiques colorées…. »
on est vraiment à côté de la plaque et l’on ne sait vraiment pas ce qu’est un enfant !

Laisser un commentaire