16h30…sortie de classe

20 05 2008

PARENTS, CHERS PARENTS…C’est quoi, pour vous l’heure de la sortie?

Le compte rendu, heure par heure, de la journée d’école?

Le décompte anxiogène des bonnes et mauvaises notes?

Un instant convivial où vous retrouvez d’autres parents?

L’occasion de glisser un message à l’enseignant?

Un rendez-vous avec votre enfant, petit goûter et sourire en coin?

La possibilité de voir la tête de ses camarades?

Une grand moment de solitude car vous ne pouvez pas y être?

Un passage obligé mais franchement, vivement qu’il rentre seul à la maison!

POUR MOI CE SOIR, UN MOMENT DE GRANDS DOUTES ET DE REMISE EN QUESTION.

Tags : , ,

Actions

Informations

8 réponses à “16h30…sortie de classe”

21 05 2008
L. Fillion (08:29:37) :

La principale qualité d’un enseignant c’est de savoir se remettre en question. Non ?

21 05 2008
JMD (11:02:07) :

Revenu des « rives du Golfe »… deux surprises :
– il fait froid
– le prix du baril a franchi un nouveau record

A bientôt !

21 05 2008
ostiane mathon (12:00:27) :

Heureuse de vous retrouver JMD!
Vous « nous » manquiez, si, si…je vous assure! Dans tout débat qui se veut à la hauteur d’un vrai dialogue, il faut au moins un noble et courageux contradicteur.

Comme dit L.Fillion très justement…se remettre en question est une nécessité première pour un enseignant; d’où qu’il vienne et où qu’il enseigne.

Mais à cela, notre formation ne nous y prépare pas vraiment. On nous apprend à réfléchir sur la classe et les élèves, sur les théories et les pratiques, sur les auteurs et les penseurs, mais on ne nous apprend pas à réfléchir sur nous-mêmes, sur nos motivations, et sur le nécessaire engagement d’une pratique réflexive qui n’est pas tout à fait la même chose que la formation continuée, même si elle en découle.

Mais exite-t-il une formation qui prépare à absolument tout?

Heureusement…non…

21 05 2008
JMD (12:30:34) :

Les doutes ne sont sans doute pas là où « les autres » pensent qu’ils s’y trouvent chez vous…
C’est sans doute un peu confus mais je suis certain que vous savez lire entre les lignes !
(J’ai beaucoup de flair…)

21 05 2008
entredeux (14:00:26) :

Hello les fidèles du Blue Club !

La question posée par Ostiane s’adresse aux parents. COmme j’en suis (bon d’accord, les miens sont au collège maintenant……) et que je prends un plaisir certain à participer aux débats tenus ici, je me lance !

la sortie de l’école ?

1) la soupape de sureté entre la vie professionnelle et la vie à la maison.

2)le petit pincement au coeur « c’était si chouette l’école, les soucis d’après sont si durs….. »

3) le grand moment de solitude : « comment m’assurer d’une bonne continuité entre ce qu’ils auront reçu en ces murs et ce qu’ils recevront de leurs parents ? »

4) le petit sourire à la maîtresse, mais rien de plus : « elles aussi ont leur vie perso, si je dois leur parler, c’est formellement via rdv »

En synthèse : le symbole des transitions que tout parent est sensé accompagner tout au long de l’enfance de ses enfants.

PS1 : au collège, c’est pareil :)) mais à distance.

PS2 : Welcome back to JMD !

21 05 2008
ostiane mathon (15:35:29) :

« 4) le petit sourire à la maîtresse, mais rien de plus : “elles aussi ont leur vie perso, si je dois leur parler, c’est formellement via rdv”

Le sourire, le clin d’oeil, le petit mot en passant…oui Cécile, c’est tellement important. Merci d’y penser.

Mais aussi, quand on a quelque chose sur le coeur, je ne pense pas qu’il soit souhaitable de différer systématiquement la rencontre. Il faut éviter de laisser trop de temps s’écouler avant de demander un rendez-vous formel. Eviter l’enkystement d’une situation que le maître ou la maîtresse n’a tout simplement pas vu venir.(De boule de cristal…nous n’en avons pas encore trouvée)

Tout dépend de l’enseignant bien sûr,et de ses contraintes perso comme vous dites si justement, mais il me semble important de laisser aussi la possibilité d’un mini échange spontanné à la sortie de la classe.

Si le parent en ressent la nécessité, il ne faut pas le brusquer derrière des protocoles de gestion d’agenda. Après tout, notre travail ne s’arrête pas à 16h30, à la porte de l’école. Notre champ d’action ne se limite pas à l’enceinte de la classe. Il se passe bien des choses en amont et en aval. Vous parlez de « transition ». J’aime ce mot.

Entre l’école et la maison, il ne devrait pas exister de frontière, mais bien des espaces de transitions. Oui Cécile.

C’est aussi à partir de ces petits échanges quotidiens, qu’on établit plus facilement un état d’esprit favorable à des entretiens plus approfondis, sur rendez-vous.

A 16h30, on peut établir les bases d’un partenariat, me semble-t-il.

21 05 2008
Catherine (16:17:37) :

Chère Ostiane,

Il y a quelques jours j’étais très inspirée mais mon message a disparu …
Pour ce soir ce sera:
Le doute est le signe de la certitude.
Alain (Propos sur l’éducation, p.44, P.U.F 1969)

Le doute n’est pas au-dessous du savoir, mais au-dessus.
Alain (Propos sur l’éducation, p.147, P.U.F 1969)

Et pour moi ce soir une sénace de Yoga du rire car nous n’apprenons bien qu’avec nos émotions.
Notre mémoire fonctionne alors à fond:
1″L’attention est le burin de la mémoire »,
2 L’état émotionnel lors d’un événement peut influencer grandement son souvenir,
3 Apprendre est plus facile lorsque le sujet vous passionne,
4 Par conséquent, si l’on a un trou de mémoire, on peut s’aider en se remémorant le lieu de l’apprentissage ou encore l’endroit dans le livre où était l’information.

http://lecerveau.mcgill.ca/flash/a/a_07/a_07_p/a_07_p_tra/a_07_p_tra.htm

Ce site est génial !
A nous de montrer l’example en continuant à apprendre …

J’ai dévié du sujet … qq idées pour un autre jour ?
Et le matin ? Ostiane, quand on donne un petit bisou à nos enfants, à quoi pensons nous ? A quoi pensent-t-ils ?
Bonne soirée.
Catherine

21 05 2008
ostiane mathon (16:53:47) :

« Et le matin ? Ostiane, quand on donne un petit bisou à nos enfants, à quoi pensons nous ? A quoi pensent-t-ils ? »

Touché-coulé…Oui catherine et RE-oui…

Quand l’enfant entre à l’école il ne se métamorphose pas subitement en élève. C’est un enfant-élève qui entre en classe. C’est un élève- enfant qui en sort le soir.

Catherine a raison de soulever le moment de séparation.

Au revoir maman, ou papa, ou mamie ou tantine…mais « au revoir ».

Un « au revoir » parfois douloureux, parfois joyeux, parfois serein parfois brutal.

Cet « au revoir » conditionne bien évidemment la journée de classe.
Quand mes élèves poussent la porte de la classe, ils n’accrochent pas leur « au revoir » au portemanteau…ils le gardent en eux, Comme un petit quelque chose d’intime qui leur colle à la peau…et au cerveau!

Oui, le matin, j’ai avec moi 32 « au revoir » plus ou moins bien vécus…et nous devons faire avec. Eux comme moi. Dans le même bateau.

un joli sujet en effet pour un autre jour.

Merci Catherine!

Laisser un commentaire