D’hier à aujourd’hui

2 06 2008

D'hier à aujourd'hui, un espace temps différent.

Comment faire sans et pourquoi lutter contre?

Apprenons à mieux apprendre avec.

Aujourd'hui, enseigner, c'est plus que jamais apprendre pour mieux partager.

Les commentaires sont ouverts!

Tags :

Actions

Informations

15 réponses à “D’hier à aujourd’hui”

2 06 2008
montelle (09:35:33) :

Beaucoup de ces outils veulent aider les enfants à étaler leur ego. Le travail du pédagogue est d’apprendre à l’élève à les utiliser pour découvrir et non pour s’exhiber. Découvrir l’autre proche ou lointain qui les aidera à s »élever, découvrir le monde et ses merveilles.

2 06 2008
Ostiane Mathon (17:16:48) :

Effectivement, mal utilisés, l’image vidéo, internet, tout comme le mot, peuvent réduire le message à la seule exposition du moi.

L’éducateur, qu’il soit parent ou enseignant doit donc aider l’enfant à prendre possession des outils mis à sa disposition pour les utiliser à bon escient.

Pour que l’adulte y parvienne, faut-il encore qu’il n’aie pas peur de s’en servir, qu’il sache le faire et qu’il soit en mesure, non pas d’initier les élèves, ils le sont déjà, mais de les aider à dépasser cette tentation primitive de tout individu à se cantonner à son seul « je ».

Là encore, nous en revenons à cette idée essentielle de projet.

Intégrer l’image dans la durée, dans l’attente, dans l’espace. Intégrer la spontanéïté de l’outil dans une dimension plus large de communication, pour comme dit Christian, aller vers l’autre et découvrir le monde.

Quand deux adultes, assis ensemble à une terrasse de café, avec chacun un portable voire deux dans les mains, se livrent à un tête à tête à 4 voix, on peut se poser la question de leur aptitude à communiquer, et de leur vision du vivre ensemble…

Quand dans un train, deux adultes assis côte à côte dans un espace « carré », installent leur mini cinéma, branchent leurs cables et, ne s’entendant pas parler, hurlent de rire ou d’épouvante devant leur projection privée, sans la moindre considération pour le reste de l’assemblée, on peut certes se demander quel modèle de civisme ils offrent aux plus petits qui les dévorent d’envie.

Quand l’écran devient une barrière, quand le clavier sert de déballage, quand la vidéo est réduite à un média véhiculant toutes sortes d’horreurs filmées sur le vif, oui on se dit qu’il est grand temps d’insérer ces outils dans une véritable démarche éducative.

Aux adultes de se montrer à la hauteur…

2 06 2008
JMD (18:14:50) :

Beau discours… particulièrement creux ! Tout cela ne veut rien dire… vous êtes un pur produit de la génération post soixante-huitarde ! Comment faites-vous pour faire le grand écart avec votre mode de vie ?

2 06 2008
JMD (18:48:19) :

Un site intéressant :

http://www.apprendre-en-ligne.net/blog/index.php/La-vache

histoire de remettre mathématiquement les faits dans leur réalité !

2 06 2008
Ostiane Mathon (18:50:49) :

Le grand écart, cher JMD, une question de souplesse…

2 06 2008
JMD (18:53:26) :

Vous êtes particulièrement souple…félicitations !

2 06 2008
JMD (19:16:56) :

Que du blabla pédago sur ce bog… pas assez de maths…
http://www.youtube.com/watch?v=rLprXHbn19I

2 06 2008
Ostiane Mathon (20:16:21) :

Vous avez le chic pour dénicher des perles JMD…
Allez, fâchez-vous encore! C’est tellement drôle!

2 06 2008
mamazon (22:09:30) :

Qu’est-ce qu’il veut dire, JMD, quand il dit que tout cela ne veut rien dire?

Mamazon
mère d’élève, qui s’interroge sur le rôle des machins dans l’avenir

3 06 2008
montelle (06:30:41) :

JMD remplace l’intelligence et l’analyse par l’imprécation, avec une favorite chez ce genre d’individu : soixante-huitard ! Un peu comme « le poumon » chez Molière.
Il y ajoute l’attaque personnelle : « comment faites-vous pour vivre…. ». Peu intéressant.

La mère de famille a raison de s’interroger sur le rôle de tous ces machins et de toutes ces machines. Il est extrêmement difficile, voire impossible d’en réguler l’usage à la maison. Certains parents laissent ce domaine à leurs enfants et préfèrent l’ignorer. Il vaut beaucoup mieux y entrer, le partager et tenter d’orienter (doucement et diplomatiquement, leurs intérêts de façon positive. Sans s’imposer de façon ostentatoire, demander à l’enfant une aide pour une recherche ou l’initiation à un outil ; l’accompagner dans l’exploration d’un domaine ; partager ses enthousiasmes musicaux ou autres, même en serrant un peu les dents, de façon à aiguiser discrètement son esprit critique. La tâche est difficile, mais essentielle, car les risques d’aliéniation, de désocialisation et de crétinisation sont très présents.
Un petit exemple personnel ? Celui de la musique. Je ne sais si vous connaissez le site :
http://www.shoutcast.com/directory/index.phtml?sgenre=Jazz
et les logiciels (peu onéreux : Radio Love ou Audio Hijack). Ils permettent de découvrir, d’écouter en streaming et de télécharger gratuitement des musiques du monde entier, à partir de radios innombrables. Les adolescents aiment beaucoup se mettre en valeur en exposant des découvertes personnelles. J’ai montré un site de musique chinoise à de jeunes gens, musique très planante et extrêmement agréable à écouter. Ils en raffolent ! Et il y a des milliers de sites radiophoniques à explorer, tester : oriental (c’est en anglais), reggae, russe, rock de tous les pays, classical de toutes sortes. On peut essayer ce genre de démarches au lieu de dire  » Tu nous lâches un peu avec ta tecktonic ! « . Je n’ai rien contre la teck, bien sûr ; c’est marrant à danser, mais c’est un horizon musical bien réduit.

[On pourra parler de 1968, si vous le voulez. Le 68 de droite, venu des Etats-Unis, (de Californie plus exactement) qui a pour objectif de détruire tous les liens moraux, sociaux, culturels, afin de livrer chaque individu sans défense aux appétits du marché de la consommation. Ses épigones étaient de droite (ou extrême) et ont fini, logiquement dans les états-majors de la finance.
Et le 68 de gauche qui a obtenu une amélioration considérable du sort des travailleurs. La décrépitude intellectuelle et morale, à votre avis, c’est Sarkozy et Bolloré ou Buffet et Besancenot ?]

3 06 2008
montelle (07:27:41) :

J’ai oublié de donner le site de streaming de la radio de musique chinoise : Chinese Classic Music (à taper dans SHOUTcast).

3 06 2008
mamazon (16:01:53) :

Tiens, vous me faites réaliser, « montelle ». Je vois bien que je me précipite pour comprendre toutes les nouveautés technologiques (les nouveautés d’usages, plutôt). C’est une obsession.

C’est un complexe de « digital migrant », comme on dit je crois (et qu’on n’a pas traduit, à ma connaissance), face aux « digital natives » que sont mes enfants.

Je disserte de Facebook et Second life comme j’aurais, en post-68, mis les seins à l’air pour ne pas devenir plus vieille que mes filles.

3 06 2008
montelle (17:11:29) :

Mutante digitale errant, la nuit, de Facebook en Second Life, vêtue du simple appareil d’une Amazone. Vous me faites rêver, mamazon :-)))

Mais ces sacrés gosses ont toujours une longueur d’avance !

4 06 2008
entredeux (16:06:12) :

Bonsoir à tous

Cela faisait un bout de temps que je ne m’étais prononcée sur ce site…..

Ce soir, Ostiane, j’ai envie de dire CHAPEAU.

QU’en un seul post tu ais pu générer tant que commentaires est fabuleux en ce site.

Il n’est pas de réponse à ce dilemne que rencontrent les parents : je sais mais ne maîtrise pas tant que mes enfants. Si notre génération est en situation de malaise je pense que cette fracture digitale en est une des causes, similaire à toutes les autres : l’écart est tel que nous n’avons AUCUN bagage à transmettre qui nous viennent de nos propres parents. Et une telle situation, aucun de nos parents, grands parents, grand grand parents, ne l’a vécu.

Alors oui, Ostiane, continue à générer le débat. Car si les extrêmes se prononcent en ce lieu, c’est pour qu’ensemble nous trouvions des solutions médianes, dont sauront se satisfaire nos enfants. Et enfin, leur reconnaissance adviendra.

Pouf, pouf, trois fois poufs.

Je vous souhaite une bonne soirée. J’ai encore 3 aller retour activités/médecins à faire ce soir et là je sors d’une dure journée de labeur……

Cécile

4 06 2008
Ostiane Mathon (17:48:48) :

Salut Cécile, toujours entre deux clics. Le mercredi…le jour infernal pour les mamans. Jardins ou squares pour sortir nos chers bambins de devant leurs écrans, activités culturelles et sportives, courses alimentaires pour ventres affamés, dernières lignes d’un rapport à rendre côté boulôt, soins élémentaires, dentaires et sanitaires, machines à laver à remplir, à désemplir, coup de fil à belle maman pour donner des nouvelles du cher époux qui lui n’a pas le temps pour des bavardages inutiles, détour par la poste, redétour pour aller déposer un petit copain de Julie chez la tante de sa soeur qui passera le prendre après son cours de sport, retour à la maison, ouf…une pause…mais le téléphone sonne et là, c’est bon papa qui demande quand comment et avec qui on a prévu de venir cet été en vacances. Ah, j’oubliais entre chaque aller retour, les 25 mails qui attendent et les 10 commentaires avisés des lecteurs assidus qui réclament un peu de distance pour ne pas prendre à la lettre des remarques d’ordre général…

Le mercredi, c’est vraiment infernal!Et les mercredis de mai et de juin, c’est l’enfer aux confins de l’éternité! Ca ne veut rien dire pour certains, mais je suis certaine que nombreuses vous êtes à comprendre l’implicite de cette dernière réplique…

Le diner brûle et le bain déborde sur ma pile de copies!

Au secours Cécile!

Laisser un commentaire