Une bonne leçon!

13 06 2008

« L’école de la République est celle de tous les enfants sans aucune discrimination, quelle que soit leur déficience ou la maladie qui les atteint » : tel est le premier article de la charte Handiscol…

L‘humour au service des vraies questions.

Le rire pour désamorcer les peurs…

Les peurs de l’enseignant:

« Serai-je soutenu ?

Faut-il que je change ma pédagogie ?

Quel regard porter sur cet élève ?

Existe-t-il des formations ?« 

Autant de questions pour l’enseignant chargé d’accueillir dans sa classe un ou plusieurs enfants handicapés et auxquelles ce guide tente de répondre.

Et vous parents…

Si votre enfant est enfin scolarisé…vos peurs ne sont jamais très loin…

« Quelles étapes aurai-je encore à franchir?

Quels seront mes nouveaux interlocuteurs?

Comment accompagner mon enfant? »

Comment construire une relation de confiance avec son enseignant?

Pour tous, quand handicap et quotidien partagent les bancs d’école, quelques pistes à suivre sur ce magazine.

Partager

Tags : , , ,

Actions

Informations

8 réponses à “Une bonne leçon!”

14 06 2008
Ostiane (13:23:31) :

Je suis étonnée par le silence des commentaires.

Le sujet dérange-t-il à ce point?

Ou bien dois-je lire là la marque d’un si profond respect qu’aucun mot ne semble à la hauteur?

Je suis perplexe.

14 06 2008
Julos (13:52:54) :

Pas facile de réagir en effet.

« On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui » a dit un célèbre humoriste aujourd’hui disparu.

Le scénario de cette vidéo porte à rire, en effet, on est amusé et content que ces élèves aient réussi à se débarrasser de ce mauvais prof, de la plus astucieuse des manières !

Quant à penser que cette approche humoristique « serve » à mieux aborder les vraies questions… peut-être, comme entrée en matière, histoire d’arriver détendu. Le silence nous montre que ce n’est pas si simple, sans doute.
Les vraies questions, Ostiane, vous en énumérez une bonne partie dans votre texte sous la vidéo. Versant enseignant, versant parents. C’est de cela dont on peut souhaiter des réponses de la part de celles et ceux qui passent par ici et qui, se sentent à la fois concernés et en bonne compagnie !

14 06 2008
Ostiane (14:55:08) :

Merci Julos d’avoir rompu ce lourd silence.

Je suis consciente du caractère délicat de l’article et de sa vidéo, et si j’ai choisi ce média pour introduire le sujet c’est avant tout pour rendre hommage à ces enfants différents certes mais ingénieux, rieurs, fiers, demandeurs, et lucides.

Comme vous julos, je me sais ici en bonne compagnie, et si tel n’était pas le cas, aucun commentaire douteux ne franchirait la barrière de l’administration de mon blog. Mais j’ai la grande chance de n’avoir jamais eu à censurer.(si ce n’est une seule fois pour éviter à des personnes de mon entourage d’être nommées.)

Le silence, les enfants des « toiles enchantées » n’en veulent pas. Ni de charité, ni de pieux mensonges. Ils veulent participer, vivre pleurer et et rire. Ils veulent continuer d’apprendre et de partager. Ils veulent faire partie du monde.

Il n’y a rien de pire que la loi du silence. Toutes les mauvaises consciences s’y cachent.

Bien sûr, quand on s’exprime, il peut y avoir maladresse, malveillance même, mais le silence…c’est l’oubli, c’est la négation, c’est le refus…c’est la mort.

Voici des liens qui vous présentent l’association:

http://www.lestoilesenchantees.com/html/dessins.html

http://www.lestoilesenchantees.com/html/association.html

Pour eux, continuons…L’école dans ce domaine a tant à mettre en oeuvre. C’est loin d’être facile, ça ne doit surtout pas être impossible.

C’est pourquoi, là encore, je crois fermement au dialogue bienveillant qui doit amener chacun de nous à mieux comprendre en osant poser les questions difficiles.

14 06 2008
bouge-toi (16:23:43) :

Vous avez raison, le silence n’est pas de mise… Mais difficile de parler d’un sujet si important quand on n’y a pas été confronté.
Toutes les questions que pose Ostiane ont trotté dans ma tête : et si un jour un enfant avec un handicap était scolarisé dans ma classe, comment en effet je gérerais son handicap ? Sûrement comme on gère les disparités de niveau entre les élèves, en cherchant des solutions, en mettant en place une pédagogie différenciée, adaptée…
Je n’ai reçu aucune formation dans ce domaine et ma peur viendrait surtout du fait de ne pas réussir à faire évoluer cet enfant…
J’ai souvenir d’une enfant trisomique qui était scolarisée à temps partiel en CP avec moi : une chose est sûre, elle faisait partie de la classe autant que nous. Mais j’étais enfant moi-même et mes souvenirs sont flous!
Enfin si cela arrivait, je privilégierais ( je pense )le dialogue avec les parents et les éducateurs qui ont entouré l’enfant avant son intégration et…j’irais demander conseil à une tante qui travaille avec des enfants de l’ADAPEI…

De même, en tant que parent, je me suis déjà demandé : et si c’était ton enfant ? Que souhaiterais-tu ?
J’aimerais bien que des parents et des enseignants qui ont été confrontés au handicap témoignent ici.. Ce serait tellement enrichissant !

14 06 2008
JMD (18:49:56) :

Vous êtes vraiment « comique »… nous sommes samedi… tout le monde décompresse et vous écrivez -car « personne » ne vient sur votre blogue ! :

« Je suis étonnée par le silence des commentaires.

Le sujet dérange-t-il à ce point? »

Le sujet n’a rien à voir et il n’y a pas que des obsédés de pégagogie ou de pédagogisme sur votre blogue…
Je note qu’il n’y a que des passionnés de Phil. et de ses affidés !
Désolé, je dérange … mais je n’aime pas beaucoup les personnes qui crachent dans la soupe , surtout lorsqu’ils sont nés avec une cuiller en argent dans la bouche…

14 06 2008
Ostiane (19:07:28) :

Le sujet est sorti vendredi matin JMD et je m’étonnais, rien de plus. Il n’y a pas de quoi vous exciter.

1/ c’est quoi Phil et ses affidés?
2/ Qui crache dans quelle soupe?

Vous êtes hors sujet JMD!

Retournez à vos recherches sur internet…ça semble vous passionner plus que tout le reste!Et quand vous êtes de mauvaise humeur, vous êtes aussi fade qu’un potage sans sel!

15 06 2008
Ostiane (11:11:56) :

Enfant scolarisée je n’ai aucun souvenir de camarades handicapés en classe. Depuis que j’enseigne, je les vois peu à peu entrer dans l’école. Peu à peu mais encore trop peu.

Je me rapelle Mélanie, lors d’un de mes tout premiers poste en maternelle. Née sans bras droit, ses parents depuis toujours l’avaient élévée « à la dure », ou plutôt comme n’importe quel autre enfant.

Résultat, une petite fille bien plus autonome que les autres, fière avec un caractère de cochon mais qui laçait ses chaussures toute seule et m’aidait à dénouer les lacets de ses camarades; Mélanie, une petit fille différente côté bras droit mais pleine de vie.

Je repense aussi à Charles, qui devait être déscolarisé car sourd de naissance. Il entrait en CM1, n’arrivait plus à suivre, non pas les apprentissages, mais les évaluations qui étaient proposées en fin de CE2.

Après discussions avec la famille et l’équipe éducative, nous avons décidé de continuer avec lui. Avec ses parents, j’ai établi une espèce de cahier de route. Une fois encore, je me souviens d’une maman très à l’écoute et de son fils, et de mes contraintes.

Charles lisait sur les lèvres. Il me fallait donc sans cesse être face à lui et articuler pour faciliter sa lecture…Mais il n’y avait pas que moi…tous les autres élèves de la classe ont compris que Charles nécessitait une attitude particulière. Attitude qui finalement apportait à chacun d’entre eux de nombreux bénéfices, tant sur le plan humain que sur le plan des apprentissages. Je n’ai jamais travaillé autant le rôle des consignes que cette année là. Merci Charles! Là aussi un caractère de cochon…mais des yeux ouverts à en écouter tous les bruits de la terre!

Voilà, deux petites expériences mais deux grandes années.

Sans pédagogie, sans dialogue et sans soutien, je n’y serais jamais arrivée.

Le plus difficile, me semble-t-il, car très déstabilisant pour l’ensemble du groupe, ce sont les enfants souffrant de handicaps neurologiques. Trisomiques, autistes, hyperactifs…

A l’étage au dessous, une toute jeune collègue, premier poste en classe à double niveau accueille l’un d’entre eux. Chapeau! Pour commencer dans le métier…elle n’a pas une tâche aisée. Mais je suis certaine que cette année là représentera pour elle un sésame en matière de relation pédagogique et de gestion du groupe classe.
Ses « vacances », elle ne les aura pas volées!

18 11 2009
Kids Songs (11:48:21) :

Interesting Video!!

Laisser un commentaire