Une histoire de cartable…

18 09 2008

Mais pourquoi n’y a-t-il JAMAIS ce qu’il faut dans ton cartable!?

Dans chaque classe, chaque année j’ai une irréductible, un réfractaire du cartable, un « jaipamoncahiermaijaifaimontravail » une « ilèrestésurmonburo »…Et ça, ça me rend folle parce que je sais que cela va durer toute l’année…

Je ne parle pas des oublis naturels, des problèmes de gestion de garde alternée, ou des actes manqués bien ficelés, non, non. Je parle de cet élève ou de cette enfant qui a TOUS LES JOURS un truc qui manque. La trousse, le livre, l’agenda, la règle, la tenue de sport…

On a beau apprendre en classe à faire son cartable, on a beau accompagner de loin ou superviser de près, on a beau lister en couleur le matériel nécessaire selon le jour, on a beau avertir les parents pour qu’ils soient vigilants…non, cet élève là ne veut pas de cette règle du jeu. Il s’obstine inconsciemment. Elle refuse inlassablement.

Et pourtant, ce n’est pas par plaisir. Ce n’est pas par défi. Ce n’est pas par mauvaise volonté. Leurs petits ongles sont souvent rongés jusqu’au sang; derrière leur sourire de façade l’angoisse ne les lâche pas car ils savent dès qu’ils arrivent à l’école qu’il leur manquera quelque chose…

Pour ces enfants, chaque jour est une lutte, et pour moi, un constat d’impuissance…Alors j’essaie de penser à autre chose…Et je me dis, comme pour me consoler que dans leur cartable, au moins, il y a…             

                     Mon cartable

                                Mon cartable a mille odeurs,
                                      mon cartable sent la pomme,
                                           le livre, l’encre, la gomme
                                                  et les crayons de couleurs.

                                   Mon cartable sent l’orange,
                                         le bison et le nougat,
                                               il sent tout ce que l’on mange
                                                           et ce qu’on ne mange pas.

                                      La figue et la mandarine,
                                           le papier d’argent ou d’or,
                                                      et la coquille marine,
                                                              les bateaux sortant du port.

                                       Les cow-boys et les noisettes,
                                                la craie et le caramel,
                                                     les confettis de la fête,
                                                             les billes remplies de ciel.

                                          Les longs cheveux de ma mère
                                                   et les joues de mon papa,
                                                            les matins dans la lumière,
                                                                      la rose et le chocolat.

Pierre Gamarra