L’échec scolaire, les familles et l’école

23 09 2008

DEMAIN MERCREDI 24 SEPTEMBRE 2008

Le site pour toutes les infos

Refonder l’Ecole pour G. de Vecchi

« Ce n’est pas en recherchant la culpabilité de chacun que nous règlerons le problème de l’échec scolaire ! Et celui-ci n’est pas une fatalité. Mais ce ne sont pas les aides ponctuelles qui allongent encore un peu plus le temps scolaire journalier, déjà bien rempli, qui vont régler le problème. Cela implique non pas une adaptation mais une refondation de tout le système scolaire ». Gérard de Vecchi nous y appelle et montre des pistes sur le blog de la 1ère Journée du refus de l’échec scolaire.

Rappelons que cette journée de mobilisation nationale se tient à Paris le 24 septembre. Il reste encore quelques places!

Pour participer à la journée: Entrée gratuite. cliquez ici.

Attention ! nombre de places limité.

Et si on s’y retrouvait?!

 

 

Tags : , , , , ,

Actions

Informations

29 réponses à “L’échec scolaire, les familles et l’école”

23 09 2008
CecileRay (07:21:33) :

Je viens de m’y inscrire, chère Ostiane. Je ne sais pas encore si je serai une heureuse élue. J’aurais effectivement grand plaisir à t’y rencontrer :))

Sinon, beau coup de pub de la part de Curiosphère (que j’adore, soit dit en passant)

Buenas Dias

23 09 2008
Julos (09:22:00) :

Moi itou, je viens de m’inscrire … en tant que parent d’élèves !

Ben oui, j’en ai encore deux en formation figurez-vous ;-))

J’attends de savoir s’il y a une place pour moi avant de « prendre rendez-vous avec vous… »

🙂

23 09 2008
ReJulos (09:59:55) :

OK c’est bon j’ai une place !

Et alors ?… Un p’tit mail ?

23 09 2008
Gwenaël (18:32:44) :

Peu ou pas de nouveautés… hormis que :
– « bouge-toi » est une montbéliarde pure souche…

et que

– « montelle christian » alias « moncri »
est originaire, « sans aucun doute », de la même ville que Julien Courbet, ça classe tout de suite.

Ces deux bleds* sont de très beaux ports de mer…
(* rien à voir avec Bled)

Je m’amuse, bien sûr … quoique !

SALUT LES BOBOS qui se reconnaîtront !

23 09 2008
Charly Le Prof (18:32:51) :

Les débats sont retransmis sur leur site web, alors je regarderai tes interventions Chère Ostiane 😉

23 09 2008
Gwenaël (18:57:40) :

Mais que sont les « jardiniers pédagogues » devenus ? *

Franchement ça manque (pour s’endormir tranquille) !

* Cinq épisodes à suivre en principe … Mieux que desperate housewifes

23 09 2008
Gwenaël (18:58:47) :

housewives…

23 09 2008
Ostiane (21:02:29) :

A demain donc pour celles et ceux qui seront de la partie!

Pour les autres…on vous racontera, et puis selon Charly il y aurait même une redif des débats sur leur site web.

@+

24 09 2008
bouge-toi (14:33:24) :

@ Gwenaël

Montbéliarde ??? Pas du tout…Même département, mais « région » très différente ! Aucun port chez moi( ni même aéroport)…
Les seules montbéliardes visibles ici, ce sont les vaches ..Vous n’oseriez tout de même pas ?! Si ?

@ Ostiane et Julos

Dommage, je ne pourrai pas vous rejoindre…

24 09 2008
Gwenaël (16:49:40) :

Magnifiques boucles d’oreilles….
Il n’y avait plus grand monde en 2e partie et plus personne pour l’apéritif !
Ah tiens, la déléguée aux affaires scolaires du 20e a le même prénom que ma fille … mais pas les mêmes opinions !

24 09 2008
Gwenaël (17:01:09) :

Bon, je vais être positif, il y avait des choses fort intéressantes mais l’histoire du « tableau magique » de Cohn-Bendit, Gaby, c’est too much !

24 09 2008
Julos (19:40:33) :

Histoire de dire, puisque j’y étais…

J’ai eu l’impression d’avoir déjà entendu plusieurs fois ce que j’ai entendu (à propos de la relation parents/enseignants, famille/école, le non-respect des rythmes de vie, l’abus de télé, la confusion entre tâche et apprentissage etc…)Mais c’est peut-être que je suis déjà trop vieux.

Ça devenait intéressant sur la fin, à propos des usages de l’internet mais j’étais un peu crevé après 5h de débats…
Et puis j’étais en si bonne compagnie que je ne vais quand même pas me plaindre ! Quant aux gens de l’AFEV ils font du bon travail, qui mérite d’être connu, soutenu et amplifié.

25 09 2008
Ostiane (06:39:31) :

Pas de grandes nouveautés effectivement…

J’ai cependant retenu trois idées, ou plutôt trois actions intéressantes qui contribuent au jour le jour à lutter contre l’exclusion.

Le travail d’ATD quart monde en Bretagne. ( http://www.atd-quartmonde.asso.fr/sommaire.php3 ) Un travail sur le long terme avec les familles les plus isolées du cadre scolaire. « Aller chercher ces familles, ne pas attendre qu’elles viennent d’elles-même »

L’engagement de ces étudiants de l’AFEV ( http://www.afev.org/ ) aux côtés des enfants en marge de l’école. Présence, accompagnement, soutien; des « passeurs » comme Philippe Meirieu les appelle.

Une expérience menée avec des étudiants d’un lycée professionnel et des séniors ++ dans une maison de retraite. Deux générations côte à côte. Les jeunes livrent les clés des nouveaux savoir-faire, les anciens transmettent les savoirs d’hier. Jolie démarche autour de l’utilisation d’internet.

Pour le reste, j’ai trouvé que le regard porté sur les parents d’élève n’avait guère évolué, il demeure à mon goût trop infantilisant…Certes le mot de partenariat a été évoqué ici et là. Mais qui dit partenariat dit besoins évalués de part et d’autre, compétences partagées, cahier des charges, engagement commun autour d’actions communes…

L’école continue de rêver du parent d’élève idéal, comme l’enseignant rêve de l’élève idéal…

Tant que l’on considérera les parents comme des sujets (au même titre que leurs enfants…) tant qu’ils ne seront pas associés en amont et en aval aux projets…la relation ne sera pas une relation, juste une conséquence, celle d’être le père ou la mère d’un élève.

D’ailleurs, dans la salle, combien de parents non enseignants hormis les représentants d’associations?

Une première journée nationale contre l’échec autour du thème « lien école-famille » OUI!! Mais sans familles et sans élèves…c’est un peu dommage et triste. C’est sans doute un premier pas, mais il faudra y penser…pour l’année prochaine!

Mais assise entre Julos et Gérard de Vecchi…je vais arrêter là de me plaindre!! (J’ai même serrer la pince de Môssieur Meirieu, bon, vite fait bien fait, mais quand même..)

Et Cécile, tu y étais?
As-tu peu obtenir une place?

Pour Charly…Désolée, encore trop timide pour prendre le micro…mais je me soigne au karoké, alors peut-être qu’un jour…

25 09 2008
Julos (10:06:57) :

« …[Tant que l’on considérera les parents comme des sujets (au même titre que leurs enfants…) tant qu’ils ne seront pas associés en amont et en aval aux projets…la relation ne sera pas une relation, juste une conséquence, celle d’être le père ou la mère d’un élève.]…
**************
C’est là que la réflexion/provocation de Gaby se justifie : l’expression « parents d’élèves » est et restera un abus de langage tant que l’immense majorité des parents ne seront QUE des « parents d’enfants », les leurs, je veux dire !
Seule une minorité de parents entre dans l’école pour participer, s’investir, intervenir, donner son avis sur les choix et les projets de l’école. Ceux-là sont des partenaires à part entière des enseignants. Des parents de tous les élèves aussi, voire avant tout. Un idéal ? Sans doute. Mais tellement prometteur !
Cette idée de parent intervenant dans une école autre que celle de son enfant, je l’ai entendue exprimée une autre fois, c’était dans la bouche de Françoise Dolto. Elle avait même eu une formule terrible en disant : « Les parents d’élèves dans l’école ? c’est une catastrophe ! »
Sacrée Françoise ! Une vraie rebelle ! Comme Gaby !

25 09 2008
Gwenaël (18:51:52) :

Il me semble que vous n’avez pas encore compris … nous sommes devenus des prestateurs de services *… pas la peine de se prendre la tête ! Je note :

– « … D’ailleurs, dans la salle, combien de parents non enseignants hormis les représentants d’associations ? »

– « Une première journée nationale contre l’échec autour du thème “lien école-famille” OUI!! Mais sans familles… »

– « Seule une minorité de parents entre dans l’école pour participer, s’investir, intervenir, donner son avis sur les choix et les projets de l’école.  »

Les temps ont changé, vous êtes très retros… un peu de réalisme !

* garderie, cantine, sport, voyages scolaires, informatique… accessoirement français, maths, éveil(s)…
J’exagère, à peine !

25 09 2008
Gwenaël (19:01:31) :

je note quand même que l’essentiel a été de pouvoir (enfin) serrer la main (trop brièvement) de Philippe Meirieu… quelle belle journée !

25 09 2008
Ostiane (19:48:45) :

Non, non, Gwenaël, pas l’essentiel…Et si cela vous rassure, si vous aviez été là, je vous aurais également serré la pince! Et de bon coeur! Allez, ne faites donc pas votre jaloux…

Bon, et ma devinette alors, « fleur, insecte et problème »…cela m’étonne de vous, un petit effort voyons!

25 09 2008
Ostiane (19:53:26) :

Dites donc…prestateurs…mwais, c’est pas plutôt « prestataires de services »?
Hi, Hi…Ne m’en voulez pas Gwenaël, c’est mon côté chipie!

25 09 2008
Gwenaël (19:55:05) :

Quels sont vos commentaires sur mon post précédent ? Réflexion faite…

25 09 2008
Ostiane (20:26:41) :

Mes commentataires? Quels commentateurs? Je ne vous suis plus très bien…ce doit être l’heure ou l’air ambiant…Il fait chaud chez nous ce soir!

25 09 2008
Julos (20:58:26) :

« Les temps ont changé, vous êtes très rétros… un peu de réalisme ! »

***************

Que voulez-vous dire par là Gwenaël ? Que l’investissement des parents est désormais optimum ?

Vraiment ? J’en reste pantois !

Ou bien alors c’est pire que jamais ?

Ça me semblerait plus compatible avec le contexte actuel…

J’attends vos précisons l’ami.

26 09 2008
Gwenaël (07:21:06) :

C’est pire que jamais… vous le savez aussi bien que moi ! Je disais que nous étions de plus en plus des prestataires de services… il n’y a qu’à voir le mal fou que les têtes de liste ont pour recruter (au moment des élections) des parents qui veulent s’investir ; 3 types:
– les associatifs plein pot (type FCPE,PEEP)
– les parents d’enfants à problèmes (qui croient que cela va résoudre les pb du gamin…)
– les suivistes, copines de l’un des deux groupes précédents…

Me trompé-je ?

26 09 2008
Ostiane (08:11:34) :

Oui, Gwenaël…ces élections…moi-même maman, et moi-même enseignante…je ne me sens pas concernée par ces élections…C’est vous dire! Non, je crois que c’est l’école qui est rétrograde, ou plutôt, qui ne s’est pas adaptée aux besoins réels, les siens, et ceux des familles.

C’est là à mon sens qu’il y a un énorme effort à produire. L’école doit inventer un nouveau mode de communication autour d’actions ciblées qui prendraient en compte les besoins des familles et donc des élèves, et donc des enseignants!

Sortir d’une relation de consommateur/prestataire

Eviter la seule communication émetteur/récepteur

Entrer dans la reconnaissance des besoins communs, des compétences complémentaires, des projets concertés, des actions partagées…

CO-Education. Ni superposition des rôles, ni frontières infranchissables…

26 09 2008
Julos (09:35:00) :

Nous sommes donc bien d’accord, Gwenaël : c’est de plus en plus difficile d’imaginer un partenariat effectif parents/enseignants.

Mais du coup, je ne vois pas en quoi nous serions « rétros » Ostiane et moi ?
Tout juste idéalistes voire utopistes ?
Est-ce un défaut à vos yeux ?

26 09 2008
Gwenaël (10:56:53) :

J’ai déjà fait une remarque sur ce point (l’utopie)…est-ce un défaut ? je ne sais, je ne suis pas juge, mais certaines utopies ont mené loin …
Je voudrais dire qu’il faudrait aussi arrêter de culpabiliser tout le temps… »On ne fait pas assez de ceci ou cela, etc. » Ce n’est pas non plus se trouver face à ses égoïsmes… mais un peu de réalisme ne fait de mal à personne !

26 09 2008
Christian Montelle (12:18:23) :

Mes enfants ont fréquenté une école Decroly, à Casablanca. Les parents avaient le droit d’assister aux cours qu’ils voulaient, quand ils le voulaient, sans prévenir et d’animer des clubs du soir. Jamais aucun problème ni d’incident.
Les parents voyaient que ce n’est pas si facile d’enseigner. Les profs (surtout les jeunes !) voyaient que ce n’est pas si facile d’être parent.

Quand verrons cela banalisé, dans notre vieil hexagone ?!

Je crois que le plus gros travail à entreprendre avec les parents, c’est de leur montrer combien leur responsabilité (et celle de la société) est primordiale dans l’échec ou la réussite de leurs enfants. En particulier, dans la somme d’amour, de temps, de paroles et de jeux qu’ils leur donnent.

26 09 2008
CecileRay (12:45:18) :

Hello todos,

Avec un peu (beaucoup) de retard, je réponds à la question posée plus haut par Ostiane : non, je n’y suis finalement pas allée. J’avais reçu 2 mails contradictoires concernant, et impossible d’en avoir le coeur avant le début des festivités. Je l’ai jouée « zéro risque » et ne m’y suis pas rendue.

Quand je vois les commentaires, je me dis que j’ai apparemment loupé (un petit) quelque chose.

Maintenant, effectivement, vu de ma fenêtre, les parents non enseignants ne sont pas suffisamment associés en amont. Je ne connais pas suffisamment le fonctionnement des associations de parents d’élèves, et ne sais dire si elles vont dans ce sens. Je sais que j’ai été élue membre du bureau des parents d’élèves de l’association du collège de mes enfants, mais que l’exercice m’a plus que déçue.

Par contre, je trouve le témoignage de Christian extraordinaire sur la proposition faite aux parents de « voir sur pièce ». Je prône de telles attitudes/démarches, mais j’ai l’impression que c’est un tabou monstrueux.

Pour information, il a fallu à l’industrie une vingtaine d’années avant que le tabou « sondage client » soit entièrement levé………..

JE VOUS SOUHAITE UN EXCELLENT WEEK END A TOUS.

16 02 2009
Sébastien (18:39:07) :

Bonjour,

juste un petit mot pour réagir à ce qui se dit ici.

C’est un vaste débat que celui de l’échec scolaire et de façon plus générale de « l’éducation ».

Je crois comme le dis l’auteur de ce post que chercher des responsables n’est pas ce qui fera avancer les choses.

Il est clair qu’aujourd’hui beaucoup de parents, de professeurs, d’élèves se sentent insatisfaits de ce qui est proposés en France en terme de scolarité et pour aller plus loin, sur ce qu’elle offre comme perspective d’avenir.

Car de plus en plus de personnes sont conscientes que « réussite scolaire » n’est pas synonyme de « Vie épanouie ».

Aussi il est intéressant d’observer que certains débats sont relancés.

Personnellement, je crois que c’est le signe que les choses avances.

Même s’il est vrai qu’elle avance doucement. Mais, lorsqu’on vit en France, je crois que c’est une habitude à prendre.

D’ailleurs, j’ai vu récemment sur M6 que certains parents font le choix de s’installer en Finlande pour que leurs enfants reçoivent une certaines éducation.

Comme quoi, il y a toujours des solutions…

Cependant tous les parents n’ont pas forcément l’envie de partir aussi loin. Il est vrai que cela représente un sacré bouleversement dans la vie d’une famille.

Néanmoins, il existe des modes d’éducations différentes comme on peut le constater avec les écoles Freinet ou Decroly pour reprendre celle-cité dans ce post.

Peut-être est-ce l’avenir de nos écoles ?

Personnellement c’est tout ce que je souhaite pour les futurs élèves.

Des classes qui puissent se rapprocher des besoins des enfants pour leur redonner le goût d’apprendre et surtout pour redonner du sens aux apprentissages.

En attendant, je crois que c’est le rôle de chacun d’entre nous de faire ce qui est en son pouvoir pour faire avancer les choses.

Je crois que c’est ce que chacun essaye de faire ici en ajoutant sa participation.

Alors voici la mienne :

http://enfantsparents.wordpress.com/

Ce n’est qu’une page de blog, mais j’espère qu’elle pourra aider des parents à accompagner leurs enfants dans leurs apprentissages.

Bonne continuation à tous.

17 02 2009
Ostiane (10:45:17) :

Merci Sébastien pour votre contribution.
D’autres modes d’éducation, d’autres façons d’entrer dans les apprentissages, voilà ce à quoi notre école doit faire face. Sans peur ni honte ni culpabilité, oui, il nous faut repenser l’école, comme l’ont fait en leur temps, Freinet ou Decroly ou Montessori, et tant d’autres. Et si les temps changent, et certaines données évoluent, le FORMIDABLE exemple apporté par ces pédagogues, plus encore que celui des méthodes, reste, à mes yeux, celui du devoir qui est le nôtre, et de la capacité de chacun à innover, chercher, repenser l’école au delà les querelles partisanes et les enjeux politiciens.

A bientôt!

Laisser un commentaire