Si j’étais…

21 11 2008

Si j’étais un loisir,

               je serais la lecture

Si j’étais un livre,

               je serais un livre de contes

Si j’étais une peur,

              ce serait la peur du noir

Si j’étais un cauchemar,

              je serais le loup

Si j’étais un trait de caractère,

             je serais la timidité

Si j’avais une soeur jumelle,

             elle s’appellerait Grétel

QUI SUIS-JE?

Un personnage, mais qui donc?

 

Tags : , , ,

Actions

Informations

9 réponses à “Si j’étais…”

21 11 2008
Christian Montelle (20:05:41) :

Un jeu poétique amusant, doublé d’un auto-portrait involontaire.
Choisis 7 noms qui te font particulièrement rêver et note-les. Ajoute à chacun des expansions : adjectifs, compléments, relatives, appositions.
Place ces expansions derrière : Je suis….
Cela te décrit assez bien, si tu as été sincère.
J’ai eu un petit sixième qui avait un :

Je suis la colère de Dieu

Et une quatrième romantique :

Je suis une minuscule boule de poil
qui lape son lait
avec sa petite langue rose framboise

Je suis un flocon de neige
qui tombe dans une tasse de café

Je suis un baiser
donné au clair de lune
qui fait jaillir de la mer
ses vagues rougeoyantes

Je suis l’odeur d’un parfum délicat
laissé à l’abandon

Je suis un pétale de rose pâle
qui diffuse une douce odeur de printemps

Je suis l’ombre
qui découpe une silhouette fine
là-bas, au loin.

22 11 2008
bouge-toi (11:50:52) :

Ah la poésie !

Je suis un lever de lune flamboyant dans un paysage tourmenté.
Je suis à la recherche d’un horizon lointain qui déborde de beauté.
Je suis l’Afrique qui chante et pleure dans un même cri.
Je suis une aventure dissimulée dans un rêve d’hiver.
Je suis la sérénité endormie au centre d’un volcan.
Je suis l’avenir en point d’interrogation.
Je suis une couleur chaleureuse qui cherche sa place sur une vaste toile.

A qui le tour ?

22 11 2008
Christian Montelle (12:38:37) :

Mon préféré tant il est chez lui dans le Haut-Doubs :

« Je suis une aventure dissimulée dans un rêve d’hiver. »

Ce portrait me semble très ressemblant !

Première neige ce matin dans la vallée de la Loue.

Un haïku d’une jeune Sharazad de 15 ans :

Neige dans le jardin
Perce-neige sur le chemin

Mon cœur saigne

22 11 2008
bouge-toi (17:34:48) :

« Qu’il est doux, qu’il est doux d’écouter des histoires,
Des histoires du temps passé,
Quand les branches d’arbres sont noires,
Quand la neige est épaisse et charge un sol glacé ! »

Alfred de Vigny

Alors ce soir,après une ballade dans la campagne enneigée, pourquoi pas « histoires du temps passé » bien au chaud ?

22 11 2008
Christian Montelle (20:51:53) :

Avec un bon pousse-nion ! Après avoir chaussé les cafignons bien chauffés dans la cavette !

http://www.retrotrame.ch/JeuxMots/VocChxFds.htm
Vous savez parler comme à La-Chaux-de-Fonds naguère ? Pire que du joual, le suisse antique ! Mais ça a du goût !

23 11 2008
bouge-toi (10:33:29) :

Non, je ne parle pas comme à la Chaux-de-Fonds naguère, mais plutôt avec des traces du patois local, qui est assez proche.
D’ailleurs, chaque village avait un peu son patois ( d’après le témoignage de mes parents).
Christian tu sais certainement que dans le Haut-Doubs on ramasse le chni avec la pelle à feu, qu’on va chez « la » Marie, que « il » est souvent transformé en ‘y’ et j’en passe des meilleurs. Autre petite histoire patoisante sur ce site:
http://maiche.free.fr/histoire/patois.htm

23 11 2008
Christian Montelle (11:19:03) :

Avec mes élèves, il y a bien longtemps, nous avons établi un lexique plus riche que celui-là et exempt de chouilla et de bézef.
Afin que les enfants sachent quelle était l’aire linguistique de validité des expressions employées alors journellement par leurs parents. J’y ai découvert des réminiscences de verbes anciens et beaucoup de poésie.
De nombreux germanismes iont été importés du canton de Neuchâtel, longtemps prussien : « comme que comme » est directement traduit de « so wie so » (comme si, alors que cela a pris le sens de irgendwie, de toute façon). « Il veut plus pleuvoir » vient de « es will nicht mehr regnen », etc.
Les parlers régionaux pourraient être la mine d’or des néologismes, en lieu et place de l’acculturation qui désole nos amis québécois.

24 11 2008
bouge-toi (20:01:00) :

Pour ce qui est de l’expression « comme que comme », je me rappelle avoir reconnu ce lien avec la langue germanique en étudiant l’allemand au collège.Mais j’avoue que l’utilisant régulièrement ( je suis comtoise de souche ), j’ai mis longtemps à me rendre compte qu’il s’agissait d’une expression du Haut-Doubs…

Et pour ce qui est de « on a meilleur temps de », as-tu une explication ?

Es-tu déjà allé sur le site http://www.cancoillotte.net ?
Il contient un dictionnaire du patois comtois, une petite mine pour qui s’y intéresse…

Le travail mené avec tes élèves devait être intéressant…J’aurais aimé être ton élève : tu ne te serais certainement pas moqué de notre accent et de nos expressions… de plus je suis sûre que le fait de s’intéresser à l’origine de ces mots patois a pu permettre un travail historique ! Cela m’aurait donné de nouveaux sujets de discussion avec mes grands-parents aujourd’hui décédés…

25 11 2008
Christian Montelle (14:19:00) :

Je ne sais pas d’où vient « tu auras meilleur temps ». « Besser Zeit » donne : « meilleur moment ». « Besser Wetter » est météorologique.
J’ai passé mes jeunes années dans le Bas-Dauphiné, pays de Mandrin (près de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs). On y parlait encore patois. J’ai gardé la saveur et la verdeur de ces parlers si bien adaptés à leurs contextes.
Peut-être y ai-je gagné mon amour immodéré des mots.

Laisser un commentaire