Spleen

8 01 2009

Malgré le ciel clair, ce soir, le bleu ne m’inspire pas.

Image de prévisualisation YouTube

Quand j’écoute ces paroles, je pense à cet enfant qui, à l’école, entend tomber les bombes; je pense à ce père qui cherche une ombre d’espoir sous les décombres; je pense à ces millions de tombes blanches qui entachent le monde, je pense à ces canons qui crachent la folie des hommes; je pense à cette femme ronde qui porte en elle le plus beau matin du monde; je pense à la peur du noir, à l’odeur du rouge, au silence amer de la neige blanche qui recouvre en hiver le cimetière des terres en guerre; je pense à tout cela et j’ai froid de honte, d’impuissance et de colère.

Tags :

Actions

Informations

14 réponses à “Spleen”

8 01 2009
Christian Montelle (18:16:15) :

Les paroles méritent aussi d’être lues !

A Saint Petersbourg
La neige tombe
C’est Dieu qui pleure
L’histoire du monde
Des perles qui tombent
Comme si le sang du ciel
Couvrait le siècle rouge
D’un drapeau blanc

A Saint Petersbourg
La neige tombe
Pour panser de coton
Le pauvre monde
Mais le monde c’est les hommes
Les pays, les bons dieux
Et les perles qui tombent
Et qui vous montent au yeux

A Saint Petersbourg
On a perdu la guerre
Pas celle des canons
Mais celle des idées
Y’a Olga la blonde
Celle qu’on appelle espoir
Et celle qui espère
De refaire le monde
Un monde fait de lumière
Et de neige en été
Et de soleil d’hiver
Et de nuit d’amour

A Saint Petersbourg
Moi je n’irai jamais
Plus je te regarde
Et plus je sais
Que je t’aime
Ma princesse
Mon ailleurs
Mon Amour
Puisque l’âme est la richesse
A Saint Petersbourg

A Saint Petersbourg
La neige tombe
C’est Dieu qui pleure
Le sang du monde
Mais y’a Olga la blonde
Celle qu’on appelle espoir
Et celle qui espère
De refaire le monde
Un monde fait de lumières
Et de neige en été
Et de soleil d’hiver
Et de nuit d’amour

8 01 2009
Christian Montelle (18:25:32) :

Un poème de Rhodine pour te dire que je ressens la même honte , le même dégoût, la même colère que toi :

Bourdonnement

Je possède
Tu possèdes
Il possède
Nous possédons
Vous possédez – Ils volent

Je caresse
Tu caresses
Il caresse
Nous caressons
Vous caressez – Ils frappent

Je marche
Tu marches
Il marche
Nous marchons
Vous marchez – Ils écrasent

Je parle
Tu parles
Il parle
Nous parlons
Vous parlez – Ils ordonnent

Je t’embrasse
Tu m’embrasses
Il t’embrasse
Nous nous embrassons
Vous vous embrassez – Ils étranglent

Je contemple
Tu contemples
Il contemple
Nous contemplons
Vous contemplez – Ils surveillent

Je t’aime
Tu m’aimes
Il t’aime
Nous nous aimons
Vous vous aimez – Ils violent

Je vis
Tu vis
Il vit
Nous vivons
Vous vivez – Ils tuent

Je me révolte
Tu te révoltes
Il se révolte
Nous nous révoltons
Vous vous révoltez
ILS DISPARAISSENT !

8 01 2009
bouge-toi (21:29:25) :

Je sors d’un site qui mérite le détour et pourrait vous intéresser :
VIVRE ENSEMBLE
http://vivreensemble.lalibreblogs.be/archive/2009/01/01/poeme-pour-la-paix-la-colombe.html

9 01 2009
Ostiane (20:56:20) :

Merci pour le lien Bouge-toi! Je suivrai le détour…Tous les chemins mènent aux hommes, non? Il y a une phrase de Martin Luther King que j’aime particulièrement: « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots. »

10 01 2009
Christian Montelle (08:06:09) :

Luther King :
“Either we will live together as brothers and sisters, or perish together as fools. »

N’oublions pas nos sœurs !!!

« Fool » a aussi un sens archaïque de dupes. Je crois que notre tâche la plus urgente est de rester lucides, de ne pas nous laisser manipuler par la « communication » : l’art de mentir, de duper, de « mafe fools of us ».
Je boycotte totalement les outils de propagande sarkozyenne et je cherche mes informations ailleurs. Cela me semble être la première mesure de prudence.

10 01 2009
Christian Montelle (08:22:24) :

Aie ! pas « mafe, mais « make ».
« make a fool of somebody » : tromper quelqu’un de façon à ce qu’il ait l’air d’un crétin. Le faire passer pour un …
Le cynisme de ceux qui manipulent l’opinion est total : ils trompent le peuple en le méprisant totalement, comme on mène un troupeau à l’abattoir. Seul leur intérêt et leur pouvoir comptent. Comme ils ont les moyens de mobiliser les meilleurs cerveaux, ils sont très efficaces et ils anesthésient tout sens critique, tout bon sens même. Martelée inlassablement leur propagande devient dogme.
Plus que jamais, nous devons apprendre aux enfants à lire le monde, à déceler les mensonges et manœuvres grâce à une interprétation informée. C’est pour cela que j’insiste sur l »importance de l’interprétation. Déchiffrer, c’est bien ; établir le sens littéral, c’est mieux ; mais interpréter est l’essentiel. Et cette faculté n’intéresse pas que les signes écrits, mais aussi les messages oraux, les décisions d’autrui, les comportements, tous les signes du monde qui nous entoure.

11 01 2009
bouge-toi (21:33:34) :

« Je boycotte totalement les outils de propagande sarkozyenne  »
Parles-tu du site auquel je renvoie ? Parce qu’il parle plutôt d’initiatives de rapprochement entre des cultures différentes, des religions différentes ( conférences, poème, rencontres interreligions,…)…Pas de trace de propagande sarkozienne… même si le titre du site peut porter à confusion…

Donc pas d’interprétation trop rapide…

Si tu ne parlais pas de ce site, excuses-moi…

12 01 2009
Christian Montelle (05:56:47) :

Je ne visais absolument pas le site remarquable que tu nous as signalé et que j’ai consulté avec beaucoup d’intérêt.
Je parlais des journaux et des médias totalement aux ordres car ils sont la propriété des ploutocrates qui ont financé la campagne de notre président. Hélas, les services médiatiques publics glissent de plus en plus vers l’obséquiosité et la nouvelle loi sur la télé va étouffer encore plus la liberté de s’informer.

La fricasse qui nous gèle en ce moment te porterait-elle sur le moral ? Viens faire un petit plongeon à la piscine d’Ornans : 29 à 30 °C, du bleu-lagon à gogo, des bulles, un hammam et un sauna vous requinque le moral !
Hier, je suis allé dans les gorges du Doubs, à Chaillexon : sept kilomètres de patinoire dans un décor de rêve, à -15°, et après plouf, dans l’eau tiède. Divin !!!

12 01 2009
Ostiane (08:46:01) :

Humm…un hammam, un plouf dans les bulles et une fricassée de boules de neige, voilà qui me paraît un excellent remède contre la bise noire et le spleen glacé de ces dernières semaines!

Pour en revenir au sujet du jour « guerre et paix », hier soir, l’émission Ripostes traitait du conflit israëlo-palestinien. Je n’en ai visionné qu’une petite partie, mais j’y ai entendu des intervenants de qualité, divers, clairs et modérés. Bien sûr, ce sont des conversations de salon, bien abritées , médiatiques et chargées de faire de l’audimat, mais j’en ai apprécié le ton et le contenu. Une ou deux phrases captées au passage « Il faut parler avec ses ennemis » « Nous sommes tous frères en humanité ». N’est-ce pas là formulé ce qui nous permet d’espérer?

12 01 2009
Christian Montelle (18:18:17) :

1948-2008 : soixante ans – soixante ans ! – que des centaines de milliers de Palestiniens chassés de leur pays vivent dans des camps.
Trompés, massacrés, humiliés.
Où est l’espoir ?

12 01 2009
Ostiane (20:17:13) :

Oui Christian…trompés, massacrés, humiliés. Mais l’espoir, ou plutôt l’espérance est un devoir d’homme et la première des solidarités humaines. Sans espoir, il n’y a ni présent ni avenir. Sans espoir il ne reste que la résignation, l’oubli, la disparition. Sans espoir nous tuons une seconde fois chaque victime, nous endeuillons à jamais les familles et rayons de la carte humaine des peuples entiers. Sans espoir, nous acceptons l’inacceptable. Alors il semble sans doute bien dérisoire d’écrire tout cela derrière un clavier, bien au chaud. Mais les mots et les idées ont un rôle à jouer, celui de la solidarité. Bien sûr ils ne remplacent ni l’engagement sur le terrain ni l’action, mais ils participent à la solidarité, à la fraternité, au nécessaire devoir de rester en éveil.

Je crois profondément que garder espoir est une forme de lutte active et vitale à laquelle il faut s’accrocher avec obstination et sans concession. Elle aide à surmonter la tentation de la haine et de la violence. Certains parmi les plus opprimés y croient encore. Alors si nous autres n’y croyons plus, c’est comme si nous les abandonnions à leur propre sort, comme si à l’humiliation et à l’horreur nous ajoutions l’indifférence!

Oui Christian, l’espoir est là, tant qu’il y aura des hommes pour le porter. Ne me dis pas que tu te défiles…je n’en croirais pas seul un mot!

13 01 2009
bouge-toi (17:50:51) :

Je partage ton avis Ostiane : « l’espoir fait vivre » ,paraît-il, non ?
Si l’espoir disparaît, que restera-t-il ?
En 1914, les gens pensaient-ils possible de vivre en paix durablement avec nos voisins allemands ? Imaginez que tous aient baissé les bras, perdu tout espoir…
Tant qu’il y aura des hommes et des femmes pour croire à une paix possible entre deux pays libres,nous devons les soutenir…même si nos mots ne sont qu’une goutte d’eau…des milliers de gouttes peuvent former une vague…des milliers de vagues un océan…

Si une lumière même très faible éclaire le tunnel interminable dans lequel vous vous trouvez, la laisseriez-vous s’éteindre ?

13 01 2009
Christian Montelle (20:38:15) :

Oui, bien sûr, l’espoir…
Connaissez-vous des Palestiniens ? Ils ont été mes collègues, au Maroc, victimes de la diaspora palestinienne. Et leur sort a gardé une place dans mon esprit, sans interruption depuis. j’ai assisté à leur lente agonie, à Septembre noir, à Sabra et Chatila, à la guerre du Liban, aux luttes fratricides, aux innombrables et impitoyables répressions, aux constantes humiliations, couvre-feu, contrôles.
L’espoir, oui, je veux bien garder espoir, mais la guerre de 14 n’a duré « que 4 années, alors que les Palestiniens attendent depuis 60 ans. Peut-on comparer ? Pouvons-nous seulement entrevoir le désespoir qui pousse des jeunes gens, de jeunes femmes à mourir dans des attentats-suicides ? Un excellent ouvrage sur le sujet : L’attentat de Yasmina Khadra.
Et aussi tous les autres ouvrages de cet auteur, surtout ceux consacrés à l’Irak et l’Afghanistan.

15 01 2009
bouge-toi (11:25:35) :

Oui, certes, on ne peut pas comparer… peut-être davantage à l’Apartheid qui a sévi en Afrique du Sud où tout n’est pas complètement règlé encore aujourd’hui…

Je ne connais pas de Palestinien, ni d’Israélien, mais des libanais et une amie a sa soeur en Syrie (elle a suivi son époux syrien et enseigne là-bas).
Je n’ai pas la prétention de pouvoir entrevoir lucidement le désespoir de ces jeunes gens, juste de l’effleurer…à travers les témoignages que je peux lire ou entendre.
Et le désespoir, je le connais sous d’autres formes qui me permettent un peu d’imaginer…

Oui, 60 ans c’est long, trop long…

Laisser un commentaire