Symphonie en noir et blanc

7 02 2009

De la mélodie sonore au rythme graphique, de l’oreille à la main, du son au geste…

Après le passage en classe, l’année dernière, d’un papa chef d’orchestre (découvrez l’article ici!), les élèves encore tout remplis d’une émotion vivante, avaient souhaité graver sur le papier un moment, il faut l’avouer, unique en son genre. Ces chefs d’œuvres, je les avaient enregistrés depuis dans la mémoire de mon ordi…sans pouvoir, par manque de technique, vous en faire profiter. Voilà l’erreur rattrapée…Il m’aura fallu du temps…

Partitions imaginaires

Do

Mi

Fa

Sol

La

Si

Do

Si

La

Sol

Fa

Mi

Do

Depuis trop longtemps, je garde pour moi des trésors d’élèves. Ils sont pourtant bien là, classés au fond de ma mémoire numérique, attendant qu’un clic les libère de leur prison silencieuse. Aujourd’hui, Je suis heureuse de les partager avec vous. D’autres suivront…

Tags : ,

Actions

Informations

7 réponses à “Symphonie en noir et blanc”

8 02 2009
Carmen et Chantal (19:44:06) :

Bravo !
Superbe !
Quel talent les enfants !
Carmen&Chantal

8 02 2009
Ostiane (20:30:48) :

Ah Carmen…Demandez-lui de réciter un poème, et vous comprenez immédiatement qu’un texte, ça ne se récite pas, ça se dit, ça se vit, ça se donne, ça se partage.

Un autre grand moment, la visite de Jean-Pierre. Hein Carmen? C’était chouette non? Papa à l’école!

http://lewebpedagogique.com/ostiane/2008/06/28/forum-des-metiers/

Bon vent à toi Carmen et à tes parents!
Avec mes meilleurs souvenirs!

9 02 2009
Julos (11:13:10) :

Trois Petites Notes De Musique…

Trois petites notes de musique
Ont plié boutique
Au creux du souv’nir
C’en est fini d’leur tapage
Ell’s tournent la page
Et vont s’ en dormir
Mais un jour sans crier gare
Ell’s vous revienn’nt en mémoire
Toi,tu voulais oublier
Un p’tit air galvaudé
Dans les rues de l’été
La la la la la Toi
Tu n’oublieras jamais
Une rue un été
Une fill’ qui fredonait

La la la la je vous aime
Chantait la rengaine
La la mon amour,
Des parol’s sans rien d’sublime
Pourvu que la rime
Amène toujours.
Une romanc’ de vacances
Qui lancinant’ vous relance.
Vrai, elle était si jolie
Si fraîch’ épanouie
Et tu n’l’as pas cueillie,
Vrai, pour son premier frisson
Elle t’offrait un’ chanson
A prendre à l’unisson.

La la la la la tout rêve
Rim’ avec s’achève
Le tien n’rime à rien,
Fini avant qu’il commence
Le temps d’une danse
L’espac’ d’un refrain.

Trois petit’s notes de musique
Qui vous font la nique
Du fond des souv’nirs,
Lèv’nt un cruel rideau d’scène
Sur mill’ et un’ peines
Qui n’veulent pas mourir.

(Paroles d’Yves Montand)

9 02 2009
Ostiane (12:10:13) :

Tiens bonne idée Julos, et si je corrigeais mes copies ce lundi en compagnie D’Yves Montand?!

http://www.deezer.com/track/1180772

24 02 2009
Ostiane (18:20:40) :

Flûte alors, toutes les œuvres de mes élèves viennent de s’évaporer!
Aaarrrg!!!

24 02 2009
Ostiane (19:20:44) :

Tiens, le magicien du web a dû passer par là…merci Julien!

25 02 2009
bouge-toi (18:48:41) :

Ben chez moi , tout reste blanc ! Plus d’images ! snif!

Laisser un commentaire