Quelles alternatives au redoublement?

4 05 2009

Quelles alternatives au redoublement? ?

Une rencontre organisée par le CRAP-Cahiers pédagogiques et la FCPE le mercredi 6 mai 2009, de 16?h?30 à 22 h, à Paris, mairie du XIIe

À l’approche des conseils de classe du 3e trimestre, nous souhaiterions poser une nouvelle fois cette lancinante question du redoublement? : alors que de nombreuses études ont pointé ses limites, son inefficacité, son coût, pourquoi continue-t-on à y recourir? ? Est-il tout de même, dans certaines circonstances, utile? ? Et surtout comment faire autrement, sans se résigner à des parcours scolaires qui ne soient que des éjections par le haut, faute de mieux? ? En fin de 3e et au lycée, comment construire des orientations positives en évitant l’alternative entre répétition à l’identique par le redoublement ou affectation plus ou moins contrainte dans une filière perçue comme de relégation? ?

Une rencontre qui concerne tous les cycles de l’enseignement, et ouverte à tous les enseignants, personnels éducatifs et parents d’élèves.

Programme

Ouverture (16?h?30)? : Florence Castincaud, rédactrice en chef des Cahiers pédagogiques

Première table ronde (16?h?45 – 18?h?30) : Comment faire autrement, aux différents niveaux du système éducatif ?
Animation : FCPE
- Patrick Clerc, Florian Degrain, Rémi Guyot (écoles du Val d’Oise, qui travaillent par cycles)
- Stéphane Ducrest, proviseur du lycée Corot à Savigny-sur-Orge (91)
- Christiane Allain, FCPE

Buffet convivial, échanges informels

Deuxième table ronde (20 h – 21?h?45)? : Quoi de neuf sur le redoublement ?
Animation : Crap
- Christian Forestier, administrateur général du CNAM, ancien président du Haut conseil de l’évaluation de l’école
- Gilbert Longhi, proviseur du lycée Albert Einstein à Sainte-Geneviève des Bois (Essonne) , auteur notamment d’ouvrages sur le « décrochage »
- Claude Seibel, ancien directeur du service des statistiques au ministère de l’Éducation nationale

Conclusion : Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE.

Entrée libre et gratuite


Sur le sujet, on pourra se reporter à un texte de Jacques George publié dans les Cahiers pédagogiques en mai 2005 : « Une régression : le redoublement« .

Tags : , , , ,

Actions

Informations

7 réponses à “Quelles alternatives au redoublement?”

4 05 2009
Ostiane (06:32:57) :

Mercredi 6, si je sais toujours compter…c’est dans 2 jours! A vos agendas donc!

4 05 2009
P (07:22:54) :

sujet passionnant.. dommage qu’on bosse… (ce qui me rend indispo sur le sujet !) le redoublement est il une spécificité hexagonale ? vu de ma fenêtre de parent, il me semble inefficace tant pour la construction psychologique que pour l’efficacité des résultats : a t on vu un reboublant devenir « bon élève » ? j’en doute…
Bon, on aura une autre occasion d’attraper Ostiane pour se faire dédicacer son précis 😉

4 05 2009
Julos (16:40:32) :

Concernant le primaire (je ne me prononcerai pas pour le second degré, collège et lycée), il serait sans doute utile de rappeler que les cycles, instaurés par la loi d’orientation de 1989, ont été inventés, expérimentés et évalués avant d’être « généralisés » par un réseau d’une quarantaine d’écoles expérimentales travaillant en lien avec l’inrp. Le principal objectif visé était la suppression du redoublement entre deux cycles.

La généralisation fut un fiasco, pas seulement par rapport à des pratiques alternatives au redoublement mais notamment sur ce point ! Quels formateurs savaient, à cette époque, former les enseignants à la pédagogie des classes multi-âges ? qui sait le faire aujourd’hui ?

;-(

4 05 2009
Ostiane (16:50:22) :

Et oui Julos…les cycles…une belle loi, jamais ou si peu mise en application et qu’on juge aujourd’hui inefficace! Encore aurait-il fallu former les équipes sur ce sujet! Pour cela nous aurions eu besoin d’une forte mobilisation de la hiérarchie, de l’administration, des centres de formations…bref une réforme sans cohésion, sans accompagnement n’entraîne que peu d’adhésion…Et maintenant on fait quoi avec nos élèves qui tirent la langue parce que ça va trop vite, parce qu’ils n’ont pas le temps, parce qu’il faut boucler le programme??
Allez, on se calme et on se retrouve autour d’une table pour envisager justement les possibles alternatives. Une chose est certaine en pédagogie, rien n’est impossible quand on se donne les moyens de travailler en équipe! EQUIPE!

4 05 2009
Philippe Watrelot (21:00:03) :

Merci de répercuter l’info
La mairie du 12eme arrondissement (de Paris !) est accessible par le métro Daumesnil ou Dugommier
http://tinyurl.com/cmpw8c

6 05 2009
Ostiane (13:29:14) :

Et bien Philippe, je crois qu’il est l’heure d’y aller! Merci pour l’info guidage et à tout de suite!

http://tinyurl.com/cmpw8c/

7 05 2009
Ostiane (08:23:07) :

Petit retour synthétique sur la rencontre. Quoi de neuf dans ce domaine?…malheureusement encore beaucoup trop de freins, de croyances et d’automatismes…

La grande et douloureuse question que j’ai envie de poser haut et fort ce matin:

Et si le problème du redoublement cachait une problématique totalement inversée…

En d’autres termes, le recours au redoublement n’est-il pas, pour les équipes éducatives et l’institution toute entière, un moyen efficace, consensuel, organisé, encadré, voire même légalisé d’éviter soigneusement toute remise en question pédagogique…

Cruelle question, je l’avoue. Cruelle car révélatrice de nos peurs, de nos habitudes de nos petites et grandes lâchetés individuelles ou collectives…

ET POURTANT ON PEUT FAIRE AUTREMENT!

Oui! Lorsque des équipes travaillent en EQUIPE, lorsque des projets d’établissement misent sur le collectif et le coopératif, lorsque les familles sont associées au pacte éducatif, lorsque la hiérarchie soutient des postures alternatives, lorsque la compétition est remplacée par la dynamique promotionnelle, lorsqu’à la place de la contrainte on suggère l’investissement, lorsque…Bref lorsqu’on propose de placer le savoir comme médiateur humain, et l’élève comme acteur de cette médiation…les choses changent. Oh…point de grands miracles certes, mais tout de même:

– Une nette amélioration du climat scolaire
– Des résultats scolaires en légère mais constante hausse
– Une baisse de l’absentéisme
– Une quasi disparition de la violence

Des enseignants du primaire qui travaillent au sein d’écoles en cycles multi-âges sont venus témoigner…Des proviseurs qui appliquent « l’obligation de passer en classe supérieure » sont venus témoigner. Des parents qui ont vécu, subi ou refusé le redoublement sont venus témoigner.

Oui on peut faire autrement…Alors qu’est-ce qu’on attend??

A débattre et à méditer…

Laisser un commentaire