Médiations éducatives 1

28 05 2009

Traiter la violence comme un symptôme plutôt qu’une cause,

sonder le fond du problème autant que colmater des brèches,

considérer les jeunes comme des révélateurs plutôt que des catalyseurs…

Trois principes essentiels qui permettraient d’entamer un travail en profondeur. Le vrai générateur de violence est ailleurs, au cœur et en amont de la société toute entière et du système scolaire en particulier. C’est avant tout ce système qu’il parait urgent de remettre à plat. Pour cela, il faut du courage et de la volonté politique, professionnelle, citoyenne. Le gouvernement seul n’y parviendra pas, les enseignants seuls n’y parviendront pas les familles seules n’y parviendront pas, la répression seule n’y parviendra pas…

Mais alors par où commencer?

Ayant beaucoup entendu parler du primaire, du lycée et de l’enseignement supérieur cette année, et si nous évoquions un peu le Collège ce matin…Voici quelques réflexions générales que je mettrais volontiers au cœur d’un projet de réforme si j’étais conviée à y réfléchir…

1/ Concevoir l’enseignement au Collège comme un acte pédagogique:

– Injecter de la pédagogie dans la formation initiale des enseignants

– Favoriser la polyvalence disciplinaire

– Renforcer la formation continue

Impact sur la violence?

Davantage de connexions entre les disciplines et de cohésion dans les apprentissages permettent de réduire l’écart entre le savoir et l’élève. En le rendant plus concret il devient plus accessible.  Si le savoir-savant est transformé en savoir mobilisable et disponible, la projection redevient possible, le sentiment d’exclusion intellectuelle et culturelle diminue, la colère diminue, la violence diminue.

Le savoir, médiateur éducatif et prétexte aux mises en relations, un premier pas vers l’apaisement…

2/ Concevoir l’enseignement comme un acte collégial:

– Repenser la mobilité professionnelle et le système de mutation à l’ancienneté.

– Nommer des coordonnateurs pédagogiques externes aux établissements.

– Alléger les mégalopoles scolaires.

Impact sur la violence?

En consolidant l’équilibrage des équipes éducatives, en stimulant la mise en place et le suivi des projets pédagogiques,  en travaillant au sein de groupes humains à taille humaine, on pérennise les efforts, on renforce le statut des adultes aux yeux des élèves, on gagne en légitimité et en force d’action. Plus les élèves sentiront une cohésion forte entre les adultes,  moins ils auront d’occasion de s’engouffrer dans les failles du système.

La cohérence, médiatrice éducative et architecte du cadre scolaire, un deuxième pas vers l’apaisement…

3/ Développer l’idée du partenariat dans l’acte éducatif

– Intégrer les familles les plus isolées

– Mettre en place des jumelages entre établissements

– Développer des réseaux associatifs via les collectivités locales

Impact sur la violence?

Parier sur la complémentarité des compétences et associer les différents acteurs de la société génèrent du lien, du sens, de la solidarité, du respect. A l’école, dans la rue, ou bien à la maison, quand les jeunes sentent qu’une même volonté s’exerce et que chacun est reconnu comme un des maillons de la chaine éducative, ils sont moins sujets à la dérive, à l’absentéisme, à l’exclusion.

La co-éducation, partenaire officielle de la médiation éducative, un troisième pas vers l’apaisement…

Voilà donc en guise d’introduction et pour inaugurer cette série d’articles sur la violence scolaire. Pas de mesures miracles, mais l’ébauche d’une réflexion générale aujourd’hui urgente et incontournable si l’on souhaite entamer un véritable travail sur le moyen et le long terme.

Évidemment, en attendant que tout cela se mette en place, il conviendra de penser des modalités plus immédiates et concrètes pour éviter que les actes de violence se répètent et protéger élèves et enseignants.

4 exemples pour terminer ce billet et illustrer chacune des parties:

1/ Mettre en place des projets pluridisciplinaires centrés sur un travail de recherche collaboratif et des réalisations concrètes. Par exemple, en 3ème, en histoire en abordant la Résistance, faire intervenir les derniers témoins, transférer les apprentissages à la prise d’engagements réels: aider les élèves à collecter des fonds pour permettre à certaines colonies indiennes de racheter des parcelles de territoires. Un travail de mémoire, un travail sur les valeurs humaines, un travail dans l’action, un travail pour la survie de l’espèce et de la planète. DÉJÀ VU et donc TRANSFÉRABLE.

2/ Cesser de placer systématiquement nos jeunes collègues à des postes dont personne ne veut car trop exposés. Le privilège de l’ancienneté réserve aux moins affutés les postes les plus complexes! Quelle incohérence et quelle violence! Violence infligée au enseignants et dont les jeunes s’emparent intuitivement. Lutte des territoires…c’est tellement évident qu’on a du mal à comprendre que ce système fonctionne encore! TROP SOUVENT VU et  pourtant INACCEPTABLE!

3/ Motiver des associations d’étudiants dans les quartiers pour accompagner et soutenir l’aide au devoir ou l’entraide au quotidien. Voir le site de l’AFEV. Favoriser les échanges inter-générationnels. DÉJÀ VU et donc TRANSFÉRABLE.

4/ Et pour commencer, transférer le budget prévu pour l’installation d’un portique de sécurité à celui du recrutement immédiat de personnel d’encadrement éducatif. Surveillant, assistant social ou conseiller principal d’éducation. Voir les 3!

Ce sera tout pour aujourd’hui…

D’autres articles parus sur BLOG BLEU PRIMAIRE en lien  le même thème

Partager

Tags : , , , , , , ,

Actions

Informations

7 réponses à “Médiations éducatives 1”

28 05 2009
devanssay (15:30:49) :

Tout à fait d’accord !
Il y a aussi tout un travail, à faire dès l’école élémentaire autour de l’expression de soi (apprendre à mettre des mots sur ce que l’on ressent), du règlement des conflits sans violence (médiation par les pairs), développer les conseils d’élèves… Cela pourrait rentrer dans le cadre de l’éducation civique, d’autres pays le font comme la Belgique par exemple.

28 05 2009
Ostiane (15:46:37) :

Oui, Stéphanie, la pédagogie ça commence au primaire, on est bien d’accord, mais ça ne devrait pas s’appliquer qu’au primaire!

Et pourtant à en juger les prochaines réformes de la formation des profs …on est en droit de se demander à quoi on pense la haut, très haut, tout en haut!!

30 05 2009
P (04:51:20) :

Ces débats passionnés m’inspirent 2 commentaires vu de ma fenêtre de maman :
-OUI pour développer la connaissance de soi dès le plus jeune âge. je veux dire des tests de personnalités etc au plus tôt on sait avec qui on va devoir passer toute sa vie, au mieux on en fait usage ! il me semble que cela permet dès le plus jeune âge d’avoir un regard sur soi plus horizontal (atouts, points à développer, talent non révélé, champs des possibles, orientation… ) que vertical (quelles notes je vaux).sous réserve d’éviter la dérive sectaire !

– NON je ne suis pas d’accord avec la réticence au portique. désolée, mais je trouve parfaitement normal que les cartables puissent être fouillés et tout à fait évident que sécurité doit être la règle dans l’école comme en dehors. j’avoue, je suis même étonnée qu’il puisse y avoir débat. pourquoi l’enceinte des écoles serait livrée à l’anarchie ?la violence est dans la nature du genre humain, aucune fomation n’en viendra totalement à bout. le minimum est que la loi s’applique partout.

30 05 2009
Ostiane (11:58:56) :

Je vais te dire P pour quelles raisons ces histoires de portiques et de fouilles de cartables me font aujourd’hui BONDIR.

– on supprime des postes éducatifs sous prétexte qu’ils sont couteux et inefficaces.

– on supprime peu à peu la pédagogie du cursus de formation des enseignants

– on réforme à tour de bras par ici et par là histoire de déstabiliser un peu plus les enseignants et leurs élèves

– on pratique l’évaluation à haute fréquence histoire d’injecter du stress supplémentaire

– on dresse les familles contre les enseignants et vice et versa

– on mélange slogan électoraliste, publicité de bon marché et véritable traitement des problèmes

– on agite l’étendard de la violence scolaire mais on drogue nos jeunes d’émissions en tous genres et de jeux vidéos tortionnaires

BREF on supprime l’éducation et on la remplace par la répression!

Voilà pourquoi ces mesures sont intolérables!

BIEN SUR LA VIOLENCE A L’ÉCOLE EST INACCEPTABLE. BIEN ÉVIDEMMENT LA LOI VAUT POUR TOUS.

MAIS si les hommes politiques étaient à la fois courageux et responsables, s’ils voyaient un peu plus loin que le bout de leur mandat, s’ils étaient mobilisé par l’engagement politique et non par la soif du pouvoir….Ils accepteraient de considérer ce problème comme un problème de société et non comme LE problème des jeunes.

Si demain un ministre de l’éducation nationale décidait enfin de mettre le paquet à la fois sur la formation pédagogique du personnel enseignant, l’accompagnement pédagogique des équipes éducatives en place, le développement de structures sociales et de réseaux complémentaires, pour ne citer que 3 domaines où la pénurie se fait douloureusement ressentir(il y en a tant d’autres)…

Si donc un ministre de l’éducation s’autorisait cela, alors OUI, je serais toute prête à penser également et parallèlement des mesures plus immédiates voire plus radicales de sanction. La sanction fait partie de l’éducation, je n’ai aucun problème avec cela.

Ce qui est CRIMINEL, c’est de supprimer tout ce qui touche à la formation de l’être humain et d’instaurer petit à petit un cadre qui a tout du traitement en chaine du bétail.

Et encore, certains animaux sont bien mieux traités, même avant l’abattoir!!

Voilà P pourquoi ces mesures sont intolérables. Voilà pourquoi Julos, je suis en colère, voilà pourquoi David, parfois la politique fait son entrée sur le blog.

Pourtant, j’aurais bien mieux à faire…oui, j’aimerais qu’on nous laisse travailler en paix, qu’on nous soutienne au lieu de nous mettre la tête sous l’eau, qu’on aide nos élèves au lieu de les montrer du doigt.

Bon we!

6 06 2009
Pascaly (10:52:12) :

Coucou Ostiane,
juste un passage rapide pour d’une part te saluer et d’autre part pour te dire que tu viens d’acheter ton livre …
merci
bonne journée

7 06 2009
Ostiane (08:05:24) :

« tu » pour « je » j’imagine!
Merci pour ton passage Pascaly!

Et merci pour ton site…une mine d’infos!

Bonne journée à toi, et bonne lecture!

27 08 2010
BLOG BLEU PRIMAIRE » Blog Archive » La violence et le bonheur (14:05:37) :

[…] Médiations éducatives (1) […]

Laisser un commentaire