Mobilisation éducative

5 09 2009

http://www.curiosphere.tv/SITHE/SITHE22676_DYN//image/logo_res.gif

AFEV



François Dubet, parrain de cette seconde édition de la journée du refus de l’échec scolaire, donne son opinion sur les enjeux du collège, ses faiblesses et ses forces…
voir les vidéos


Rejoindre la mobilisation contre l’échec scolaire : contactez nos équipes


Enseignants, vous agissez contre l’échec scolaire ? Créez votre blog !

Comme l’année dernière, j’en serai…

parce qu’une bonne liaison Primaire-Collège est essentielle pour la cohésion des apprentissages!

Pour les accros des réseaux, joignez-vous à  l’événement sur FACEBOOK

Tags : , , ,

Actions

Informations

5 réponses à “Mobilisation éducative”

5 09 2009
Christian Montelle (18:16:07) :

Toujours pas un mot sur mes thèses et propositions, basées sur les travaux de pédagogues américains et sur ma (longue) expérience !
Voilà le mail que j’envoie à l’AFEV :
Je vous adresse un texte que j’ai écrit à propos de l’échec scolaire. Rien d’efficace ne sera fait contre ce fléau tant qu’on aura pas pris conscience qu’il trouve son origine première dans une inégalité linguistique et tant que l’on ne s’appliquera à combler cette fracture entre les nantis de ‘haute langue orale et les pauvres de langue. Les propositions d’Eveline Charmeux ou de Bentolila sont totalement insuffisantes. ce n’est pas en écoutant la lecture de textes littéraires que l’on se rend maître de la langue et qu’on en emmagasine suffisamment pour comprendre ce que disent les profs ou ce que contiennent les manuels. Il faudrait aussi apprendre aux enfants à interpréter les textes alors que tout est fait pour qu’ils se contentent de lecture rapides et superficielles. »

On répète en boucle la même chose à chaque rentrée, sans la moindre ouverture sur d’autres horizons. Et rien ne bouge, puisqu’on ne travaille pas sur l’essentiel: l’échec scolaire se construit massivement lors des premières années de la vie de l’enfant. L’école maternelle peut avoir un rôle de substitution pour combler les lacunes linguistiques et culturelles qui obèrent inexorablement la scolarité des enfants « sous-alimentés » de langue et de culture. Ce n’est pas si difficile à comprendre !!!! Et cela exonère passablement les enseignants que l’on rend seuls responsables de l’échec scolaire !

Oh ! et puis la barbe. Faites donc la fortune de Acodomia !

6 09 2009
Ostiane (08:04:08) :

Extraits de l’ouvrage de Christian

« La transmission orale de textes de la tradition n’est pas un moment de divertissement, mais un outil essentiel pour aider l’enfant à apprendre une langue et à construire son être psychologique ainsi que son être social. «

« Ils (ces textes) concernent un grand nombre de pédagogues, tous ceux qui sont en charge de transmettre notre patrimoine linguistique. »

« Pris en charge par le groupe de la classe, soudée par son référent culturel de contes,, de poèmes, de devinettes…, l’enfant en difficulté prendra beaucoup plus confiance en lui-même que s’il est questionné, testé, submergé d’exercices par une armée d’adultes… »

« La parole contre l’échec scolaire », un livre dense qui nourrit son lecteur de textes fondateurs et ouvre de nouvelles pistes pour lutter contre l’échec scolaire.
Publié aux éditions l’Harmattan

Christian, dans le cadre des fameux ateliers de soutien…l’année dernière, j’ai proposé grâce à tes interventions sur le blog, un atelier « Arbre à palabres » pour les enfants de Grande section et de CP. Bien sûr il faudra poursuivre cette année et surtout proposer au sein de chaque classe entière ces instants fondateurs et prometteurs!

http://www.sauv.net/montelle.php

6 09 2009
Christian Montelle (08:26:11) :

Pardonne ce mouvement d’humeur, Ostiane. Il ne te visait pas. je suis simplement exaspéré que chaque rentrée voit défiler les mêmes « spécialistes » qui répètent à l’infini les mêmes discours, les mêmes recettes qui produisent avec régularité les mêmes résultats nocifs. Toutes les procédures de « soutien » sont à peu près inefficaces tant qu’on n’a pas résolu le problème des insuffisances linguistiques et culturelles. Si les brèches ne sont pas comblées en maternelles, elles ne peuvent que s’élargir. Cela fait tout juste vingt ans que je tente de convaincre les plus hautes instances, sans résultat, sauf une récupération minable qui n’a rien compris et ne propose rien de sérieux.
Et ce n’est pas un hasard, mais une obstruction intentionnelle. Si tous les enfants se voyaient dotés par l’école d’une langue et d’une culture suffisantes au cours de leurs premières années de vie, l’ordre social serait bouleversé, la reproduction des inégalités n’aurait plus lieu avec le concours actif de l’école. Horreur !!!!
Mieux vaut faire du soutien aux pauvres, du « ludique », du vent qui ne change pas le cours des choses.
Les enfants démunis sentent cette barrière qui leur est opposée et c’est une source importante, si ce n’est déterminante, de la violence à l’école.
La culture s’acquiert par l’accès au symbolique, pas par des des QCM d’évaluation !

24 09 2009
Ostiane (18:25:59) :

En direct du Café, voici quelques contributions:

http://www.cafepedagogique.net/communautes/RefusEchec2009/default.aspx

28 09 2009
Ostiane (19:15:54) :

Sur le blog officiel de la journée, des pistes, des interventions, des pratiques..

http://blogedu.tv/echecscolaire/category/bonnes-pratiques-pour-lutter-contre-lechec-scolaire-3821

Laisser un commentaire