Apprendre en histoire, c’est chercher

19 06 2010

Hier sur le tableau noir de la classe

Vendredi 18 Juin 2010

Histoire


CHARLES DE GAULLE

….


  • Une heure plus tard, après un travail collectif et interactif ou chacun proposait des éléments de réponse, émettait  des hypothèses, échangeait ses sources d’information, argumentait à propos d’une date ou d’un événement, interprétait, réfléchissait,  justifiait, revenait en arrière, effaçait, validait plus ou moins partiellement…voilà à quoi ressemblait notre tableau noir devenu tout coloré, tout fléché, tout dessiné, tout annoté…

IMG_0901

  • Après ce premier braimstorming, j’ai effacé le tableau, tout en ayant pris soin d’en garder une trace, puis nous avons fait une pause de 20 minutes.
  • De retour en classe, je leur ai distribué une feuille de classeur et leur ai demandé le travail individuel suivant:

A partir de la séance précédente, vous allez lister:

1/ Ce que vous pensiez savoir sur Charles de Gaulle

2/ Ce que vous avez appris sur Charles de Gaulle

3/ Les questions que vous vous posez encore

  • Une fois collectées les dernières questions qui restaient en suspend, nous sommes partis en salle informatique où, en équipe les élèves étaient chargés de rechercher de nouvelles informations, de les sélectionner, de citer leurs sources et de répondre sur une feuille de route aux dernières questions posées…Ainsi nous avons pu éliminer et valider certaines hypothèses restées sans réponse.

Il me semble qu’enseigner lhistoire, c’est partir des représentations de l’enfant et le placer dans des situations de communications et de recherches actives pour l’emmener à déplacer ses représentations, à les dépasser pour ainsi construire de nouveaux concepts historiques, de nouvelles échelles, de nouveaux repères spatio-temporels; c’est permettre au jeune, en partant de ce qu’il pense ou croit connaître, d’acquérir de nouveaux savoirs; c’est lui donner l’occasion de mener et d’expérimenter des démarches d’appropriation de ce savoir.  C’est ce que m’ont appris des auteurs comme Giordan ou De Vecchi. C’est également ce que m’enseignent mes élèves depuis 20 ans.

En focalisant l’enseignement sur le développement d’attitudes et d’aptitudes, on fait le pari d’une éducation durable qui prend alors appui sur l’acquisition de compétences transférables et mobilisables à tout moment par l’élève dans d’autres contextes, sur d’autres domaines d’apprentissage.

Apprendre, en histoire, tout comme en sciences, c’est donc avant tout adopter une démarche d’investigation. Dans ce contexte, c’est se saisir de cette histoire, la prendre en charge intellectuellement, la questionner, la revisiter, la réécrire pour mieux la comprendre et… l’apprendre.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube


Partager

Tags : , , , , , ,

Actions

Informations

3 réponses à “Apprendre en histoire, c’est chercher”

22 06 2010
Fares (14:56:58) :

L’Appel du 18 Juin S’EST passé le 22 Juin enfin c’est Ce qu’on a dit…

22 06 2010
Ostiane (15:50:52) :

Pour être plus exact, Fares, l’Appel à la Résistance du 18 juin 1940 a bien eu lieu à 22 heures précises. Mais, contrairement à celui du 22 juin, son enregistrement n’a pas été conservé. C’est pourquoi on confond souvent les 2 discours.
Il y a donc bien eu 2 Appels.
Celui qu’on peut encore entendre grâce aux archives de la radio est celui du 22 juin.
Les deux textes sont différents, nous l’avons observé en classe. Mais tu peux les écouter à nouveau sur ces deux vidéos.
Pour en savoir plus, voici un des liens que vous aviez trouvé en salle informatique:
http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/l-appel-du-18-juin.php

22 06 2010
David (17:23:09) :

Notre général de brigade aurait pu choisir une autre date que celle du 18 juin… surtout en parlant à Londres !
C’est AUSSI (hélas) la date de la défaite de Waterloo (1815)…

Laisser un commentaire