Parler Math, ça sert à qui, à quoi?

23 06 2010

 » Quand t’étais petite, t’as appris à parler Math?

– Parler Math?

– Oui, parler Math!

– Ben je sais pas, j’crois pas, t’as pas un exemple pour voir?

– Ok, je vais te poser une colle, une énigme quoi, à toi de la résoudre.


Parmi ces propositions, trois sont fausses

2 + 2 = 4
3 x 6 = 17
8 / 4 = 2
13 – 6 = 5
5 + 4 = 9

– Alors? As-tu la solution?

– Oui, j’y suis presque… »

Une demi-heure plus tard


« Alors? T’en est où?

– Ben, y a un truc qui va pas dans ton énigme, il manque forcément une proposition!

– Non, tout est là, devant toi. Il ne manque rien. Mais moi, en revanche, j’ai la réponse à ma question, on ne t’a jamais appris à parler Math!

– Oui, bon, heu…ça va hein! Tu vois ce que je veux dire!

– Non, je ne vois pas ce que tu veux dire mais c’est normal, on ne parle pas le même langage! « 


Image de prévisualisation YouTube

« Les maths à la Grecque »

penser

raisonner

conceptualiser

abstraire

argumenter

poser des hypothèses

prouver

convaincre

Image de prévisualisation YouTube


Partager

Tags : , , , ,

Actions

Informations

27 réponses à “Parler Math, ça sert à qui, à quoi?”

23 06 2010
David (11:25:30) :

Tout dépend dans quelle base le problème est posé… Si c’est en base 8 les propositions sont bonnes…
Au fait on écrit « demi-heure »

23 06 2010
Ostiane (11:51:33) :

Oui David, j’ai bien noté mon erreur orthographique en mettant l’article en ligne, mais curieusement depuis ce matin, je n’ai plus accès à mon administration interne et ne peux plus rien corriger!
En attendant que les choses reviennent dans l’ordre, auriez-vous la bonté de nous faire une petite démonstration en ligne afin de nous éclairer sur votre proposition de base 8?
Je connais votre rigueur et vous laisse sans hésiter la parole.

23 06 2010
David (13:25:36) :

En base 8, le nombre 8 s’écrit 10
Ainsi les nombres de 1 à 20 s’écrivent:
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 10
11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 20
21, 22, 23, 24.
En base 8
3 x 6 = 22 (lire 2.2)
5 + 4 = 11 (lire 1.1)
8 / 4 ne peut pas s’écrire (8 s’écrit 10)

Seules sont justes
2 + 2 = 4
13 – 6 = 5 (lire 1.3 et non treize!)

23 06 2010
Ostiane (14:30:11) :

Pourtant dans les propositions il est bien écrit 8/4
Cherchez donc encore…un indice supplémentaire…cette énigme se résout bien en base 10 ( je vous aide!)

23 06 2010
David (14:32:20) :

Devinette.
Chaque lettre remplaçant un chiffre, résoudre:

U N E
+ D E U X
_________________
T R O I S

Les élèves de CM1 sont très capables de résoudre…

23 06 2010
David (14:34:44) :

NB Je m’aperçois que le présentation n’est pas bonne… Il faut bien sûr aligner à droite.

23 06 2010
David (14:36:39) :

8/4 en base huit est une proposition fausse…

23 06 2010
David (17:00:40) :

Suis vraiment impatient de voir votre démonstration qui se résouT en base 10…

23 06 2010
Ostiane (17:18:39) :

Pas de connexion Internet. Difficile de travailler à partir d’ un écran tactile… Risque important de fautes de frappe…je vous laisse mariner encore un peu… Le temps pour moi de retrouver une connexion Valide et pour vous de mobilser toutes vos connaissances et vos compétences!
Allez…un petit effort encore, vous n’êtes pas homme à vous laisser abattre à la première difficulté! Je compte sur vous David…

24 06 2010
David (12:52:59) :

Evidemment, pas évident d’écrire avec un iPhone…
je maintiens néanmoins ma solution de 3 propositions fausses si on écrit en base 8… de même qu’il y a comme résultats 3 nombres premiers : 2, 5, 17.
En base 10 il y a 3 propositions JUSTES.
Il y a certainement un « truc » que vous allez m’expliquer sans tarder !

24 06 2010
Marc Viot (13:58:16) :

Il y a en fait 6 propositions :
1 proposition d’ensemble qui est fausse
et 5 propositions individuelles dont 2 sont fausses.
Ce qui fait 3 propositions fausses

24 06 2010
Marc Viot (14:05:01) :

PS : La solution de changement de base est une erreur. Elle consiste à adapter l’environnement pour le faire cadrer à sa problématique. Bien entendu on pourrait adapter l’environnement de multiples façons et pas seulement en base 8.
Cela dit, c’est un peu l’habitude de l’homme face à la nature, non ?

24 06 2010
David (15:36:51) :

Je me doutais qu’il y avait anguille sous roche… mais le titre de ce post est « parler math »…
J’ai adapté mon raisonnement au titre du post…

24 06 2010
David (15:53:31) :

Je ne vois pas pourquoi le changement de base serait une erreur ?
Dommage que nous ne puissions pas demander à D. Guedj… Paix à son âme.
Réponse à M. Viot : de votre côté aussi vous adaptez l’environnement pour le faire cadrer à la problématique… mais contrairement à vous je ne dis pas que c’est une erreur…

24 06 2010
Ostiane (16:22:35) :

Bravo Marc, l’ensemble et les parties…un truc qui m’a toujours posé problème en maths!
David, vous avez été beau joueur et j’avoue que je n’avais pas anticipé votre réponse…pourtant, j’aurais dû savoir, avec vous…il faut toujours prévoir deux coups d’avance 😉 C’est un peu comme avec les enfants, avant de donner une consigne, en imaginer toutes les interprétations qu’elle est susceptible d’engendrer…on n’y arrive heureusement jamais tant leur capacité de relecture personnelle est grande!
Merci à vous deux…mais la partie n’est pas finie…un autre article est déjà en ligne! La connexion est enfin revenue…

24 06 2010
Marc Viot (16:59:40) :

>Je ne vois pas pourquoi le changement de base serait une erreur ?

Erreur : acte volontaire inadapté à une situation.

Evidemment, ce n’est pas une erreur mathématiques au sens large. En mathématiques, vous pouvez obtenir le résultat que vous voulez à partir du moment où vous adaptez le référentiel et/ou les opérateurs.

C’est une erreur de contexte.

Ainsi, « ma » solution se contente d’utiliser les outils disponibles, simples et maitrisés par le public cible (des enfants) pour aborder une notion à la base des mathématiques : les ensembles. CàD, Le plus petit moyen pour le plus grand effet 😉

Mais, faire une erreur n’est pas négatif. C’est même le fait de faire des erreurs qui fait de nous des êtres humains (seule la perfection est « démoniaque »)

Voyons, vous pensez avoir cadrer le « Parlons mathématiques » : OK

– À qui ce blog s’adresse ? ou plutôt comment montrer comment aborder les mathématiques avec un public profanes. Comment être efficient ? – Devons nous utiliser des outils complexes pour aborder les mathématiques et surtout, vais-je être capable de susciter leur intérêt connaissant leur niveau approximatif ?

Vous avez fait une erreur de contexte, c’est un fait …
Et contrairement à vous, je le dis et je dis même chouette, c’est une erreur ! – positivons là !

Puisque vous abordez le problème en base 8. Vous pourriez nous montrer comment de cette « erreur », vous aborderiez le problème des bases avec des enfants 😉

24 06 2010
Marc Viot (17:14:43) :

>Je ne vois pas pourquoi le changement de base serait une erreur ?

erreur : acte volontaire inadapté à une situation.

L’erreur est à plusieurs niveaux :
– de cible
– d’efficience

De cible, puisque le public naturel du blog sont les enfants et qu’il me semble que la base 8, ne fait pas partie des outils qu’ils maitrisent au point de l’utiliser ici.

D’efficience, puisque la solution retenue permet d’aborder une notion de base extrêmement importante en mathématiques, celle des ensembles : petit moyen pour grand effet 😉

Contrairement à vous, je dis que c’est une erreur, chouette !
Positivons là !

Comment aborderiez vous le concept de base 8, dans l’exposé de la solution que vous présentez ?

24 06 2010
devanssay (17:14:52) :

Zut alors, j’avais trouvé mais ne croyais pas que c’était cela car si on compte « l’affirmation consigne » comme étant une des trois propositions fausses, elle devient vraie et ne peut donc plus être comptée comme fausse… Suis-je claire ?

24 06 2010
Marc Viot (18:01:07) :

@devanssay
Si l’on s’en tient à une logique aristotélicienne, la consigne pose effectivement un problème.
Mais pas si l’on aborde le problème selon le système de pensée de la « sémantique générale » 😉
http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9mantique_g%C3%A9n%C3%A9rale

25 06 2010
David (11:17:11) :

A ce cher Viot…
Vous écrivez :
« Evidemment, ce n’est pas une erreur mathématiques (sic) au sens large. »
MERCI
« De cible, puisque le public naturel du blog sont les enfants… »
GROSSIERE ERREUR ! LE PUBLIC DE CE BLOG N’EST PAS L’ECOLIER …

Désolé de vous dire que la problématique des ensembles est complètement passée de mode et a largement montré son INEFFICACITE…

Mais bon, on ne va pas épiloguer éternellement… Gardez vos « démonstrations » (qui n’en sont pas), je garde les miennes…

Vous écrivez également :

« En mathématiques, vous pouvez obtenir le résultat que vous voulez à partir du moment où vous adaptez le référentiel et/ou les opérateurs. »

Allez donc écrire cela sur un blog consacré aux mathématiques… vous allez vous faire étriller ! On voit très bien que les mathématiques ne sont pas votre domaine de prédilection !

Cordialement

25 06 2010
David (11:26:46) :

Pinaillons, pinaillons…

« ces » est employé comme démonstratif PROCHAIN pour désigner ce qui vient APRES… et n’est donc pas inclus dans votre belle théorie des ensembles dans laquelle vous voulez nous enfumer…
Votre belle démonstration tombe donc à l’eau !

PLOUF !

25 06 2010
David (11:36:32) :

@ M. Viot

Désolé, je n’avais pas vu que vous étiez « fana » d’ésotérisme et d’alchimie… (cf. blog)
Ceci explique cela…

Pourriez-vous nous donner la recette de la transmutation du plomb en or ?
En ces temps de crise mondiale ce serait une bonne idée !
Merci. BATCH

26 06 2010
Ostiane (16:31:39) :

Pinaillons encore…D’un point de vue grammatical David, vous avez raison le CES démonstratif désigne ce qui suit. Néanmoins dans le cas présent, il est tout à fait admissible et raisonnable, compte tenu du contexte énigmatique et compte tenu de la virgule qui suit le mot proposition, de considérer le groupe de mots « trois sont fausses » comme une proposition à part entière. D’un point de vue sémantique, cela fonctionne. « trois sont fausses » peut donc être accepté comme une affirmation fausse et donne ainsi raison à notre ami Marc.
Re Plouf 😉

26 06 2010
David (19:22:39) :

Re-pinaillons… (j’adore !)
Parlons de théorie des ensembles -il en est fortement question ici…- comment peut-on (objectivement) mettre le substantif « proposition » dans le même ensemble alors qu’il y a ici deux sortes de propositions; l’une mathématique, l’autre sémantique… Alors comment mettre dans le même ensemble deux entités complètement différentes de par leur nature ?
Le sieur Viot et moi-même avons peut-être raison l’un et l’autre mais la problématique est vue de deux planètes différentes… Tout ceci afin de clore le débat qui pourrait s’éterniser ! (il y a tj moyen de pinailler…)

26 06 2010
Ostiane (19:43:07) :

« Il se peut que dans certains cas, on puisse démontrer une chose et son contraire…De même il existe des vérités mathématiques qu’il est impossible de démontrer… »
En langage mathématique cela s’appelle l’inconsistance et l’incomplétude.

27 06 2010
David (08:33:06) :

Vous écrivez :
« De même il existe des vérités mathématiques qu’il est impossible de démontrer…”
Ce ne sont pas des vérités, mais des conjectures…
Excellent article à lire:
http://www.a525g.com/mathematiques/conjecture.php

27 06 2010
David (14:47:03) :

Un peu de douceur dans ce monde de brutes…
http://vimeo.com/10470386

Laisser un commentaire