Devoirs du soir pour parents « zens »

15 09 2010

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, il y a comme un air de déjà vu déjà vécu

Image de prévisualisation YouTube

Bon, c’est pas tout, mais nous sommes mercredi et les devoirs m’appellent…

😉


Partager

Tags : ,

Actions

Informations

6 réponses à “Devoirs du soir pour parents « zens »”

15 09 2010
yendi (18:21:32) :

nous sommes tous aussi irrités face aux devoirs de nos enfants, impatients, exigeants, critiques. Pourtant, je sais qu’un encouragement vaut 10 fois plus d’effort de la part de mes enfants qu’une remarque negative.

15 09 2010
Ostiane (19:29:00) :

Oui, pas facile pour eux de se remettre au travail après une journée de classe. Pas facile pour nous parents de faire preuve de patience et d’empathie quand on a une journée bien remplie derrière soi. Juste envie de paix familiale et de plaisirs à savourer. Mais…les devoirs sont coriaces, ils viennent se glisser dans nos salons, nos cuisines, nos espaces de vie.
Pourtant, je suis frappée chaque année de constater que de nombreux parents sont très inquiets lorsque leurs enfants n’ont pas de devoirs. Peur du retard pris sur le sacrosaint programme? Peur de l’inactivité?
Je termine souvent ma réunion de parents par ce petit conseil: Surtout, n’oubliez pas de laisser vos enfants s’ennuyer..l’ennui est créateur et source d’intimité et de retour sur soi. Précieux moment de (re)construction personnelle. précieux moment où l’imaginaire prend son envol. Précieux moment oui, trop souvent oublié…

16 09 2010
Laurent Dubois (06:54:30) :

En réaction sur la problématique des devoirs : http://home.adm.unige.ch/~duboisl/didact/devoirs.htm

18 09 2010
Ostiane (13:55:00) :

Merci Laurent pour ce lien qui fourmille de réflexions et de propositions.
je retiens ce passage:
« Selon certains enseignants, les devoirs sont un bon moyen de dialoguer avec la famille, de laisser transparaître quelques informations au sujet de l’école et de la classe, d’assurer un lien, une continuité. Les devoirs sont aussi, dans certains cas, un bon passeport. En effet, certains parents jugent de la qualité d’un enseignement, d’après les devoirs qu’ils voient arriver à la maison. C’est donc souvent une attestation du sérieux du travail de l’enseignant. On aurait presque envie de dire que, plus qu’un réel dialogue entre la famille et l’enseignant, les devoirs sont surtout porteurs de messages interprétés au gré du vécu, des représentations, de l’expérience de chacun.
Toutefois, lorsqu’on examine quelles tâches sont données en devoirs, on ne peut que constater qu’elles sont peu représentatives des changements survenus depuis dix à quinze ans dans l’enseignement primaire. Elles correspondent plus au vécu des parents, qu’aux nouvelles pratiques pédagogiques en vigueur.
Dès lors, quels messages donnent les devoirs ? Ils laissent certainement croire que l’école n’a changé ni dans ses objectifs, ni dans ses méthodes… (Richard, 1990). Ils ont même tendance à dégrader l’image de l’école (Baeriswyl, 1990) et des enseignants. On se demande même si le but réel (et contradictoire) des devoirs n’est pas celui de créer une sorte d’écran, de zone tampon entre la famille et l’école (Steffen, Favre, p.113), d’établir une distance entre ce qu’on montre aux parents, la part la plus pauvre des programmes et du travail scolaire (Perrenoud, 1995) et ce qui se fait dans la classe (domaine exclusif des enseignants).
En plus, lorsqu’on voit, que ce type de dialogue avec les parents ne sert qu’à les stresser, les culpabiliser, les transformer en répétiteurs, empoisonner les soirées familiales, mettre beaucoup de parents dans des situations d’incompétences ou de toute puissance (Perrenoud, 1995), on peut se demander, s’il ne serait pas temps de trouver une autre voie pour communiquer. »

A suivre et à débattre!

5 10 2010
bouge-toi (14:02:46) :

Il y a bien longtemps que je n’étais passée par ici, et paf, je tombe sur ce sujet en plein dans LE débat à la maison en ce moment…He oui, parce que chaque soir, les fistons rentrent en râlant contre les devoirs ( et les profs qui les donnent…), parce que chaque soir la question revient  » à quoi ça sert de toute façon ? »…parce que chaque soir on finit par s’énerver…

Enfin non pas chaque soir, car là y’a eu recadrage et tout se déroule à merveille depuis.

En fin de compte, les devoirs étaient devenus le moyen de s’opposer à maman pour lui faire passer un message qui n’avait rien à voir avec l’école, mais bon voilà…j’ai beau être à temps plein à la maison, j’étais passée à côté,…

Mais pas toujours évident d’expliquer le rôle de ces fameux devoirs à ses rejetons …

Merci pour le lien, très intéressant .

10 10 2010
Ostiane (15:59:59) :

Hello Bouge-toi!Heureuse de te lire!
Oui pas facile comme tu dis…Bon courage avec ta petite tribu! Et reviens de temps à autre échanger…comme dans le bon vieux temps 😉

Laisser un commentaire