Questions d’apprentissage

1 11 2010

J’ai 10 ans, j’ai 15 ans, j’ai 35 ans, j’ai 90 ans…

Pourquoi est-ce j’apprends?

Pour qui est-ce que j’apprends?

Comment est-ce que j’apprends?

Avec qui est-ce que j’apprends?

Qu’est-ce que j’apprends?

Pour en faire quoi?

Et au final…est-ce que véritablement j’apprends?


Qui peut me dire quels ont été mes apprentissages?

Un maître? Un ami? Un parent? un collègue? Un inspecteur?

Et sur quelles grilles de lecture se fondent-ils? Sur quels critères?

Un contrôle? Une évaluation? Un certificat d’étude?

N’y a-t-il donc d’apprentissages que visibles?

N’y a-t-il donc d’évaluations que formelles?

La somme de nos apprentissages se résumerait-elle un unique diplôme?

La preuve de ces apprentissages serait-elle incarnée par le seul statut social ?

La réussite personnelle ne serait-elle que la suite logique de la réussite scolaire?

Et cette même réussite scolaire serait-elle le seul fruit de mes apprentissages scolaires?

Et si nous revenions au point de départ?

Et si nous revenions là où tout a commencé pour chacun d’entre nous?

Pour lui, pour toi, pour elles, pour vous, pour moi…

J’ai 90 ans, j’ai 35 ans, j’ai 15 ans, j’ai 10 ans…

Je viens au monde, je respire, je sens, je ressens, je vois, je goûte, je touche, je vis, j’ai peur, j’aime, je ris, je pleure…

J’apprends!

Mais oui bien sûr j’apprends, je le sais, je l’expérimente chaque seconde, je le découvre à chaque instant, je ne peux le prouver par aucun document officiel, je ne sais encore ni lire, ni écrire ni parler mais comment serais-je là aujourd’hui si je n’avais appris par moi -même toutes ces choses qui font la vie et qu’aucun professeur ne m’a jamais ni appris, ni demandé?

Ou si rarement…

La vie n’a-t-elle donc aucun rapport avec l’apprentissage?

Et si l’école peinait tant à enseigner parce que justement elle avait perdu le sens de ce qu’apprendre signifie?

Et si elle peinait tant à transmettre parce que justement elle avait perdu de vue ce que seule  la vie est capable d’enseigner?

  • Un texte en réponse aux multiples injonctions d’évaluations quantitatives chiffrées, orthonormées, désincarnées.

    Partager

    Tags : , ,

    Actions

    Informations

    17 réponses à “Questions d’apprentissage”

    1 11 2010
    Ostiane (17:01:26) :

    Une très belle citation…Merci Nadia 😉
    « L’essence de la théorie des intelligences multiples est le respect des nombreuses différences parmi les individus, les innombrables variations dans leurs manières d’apprendre, les différents modes par lesquels ils peuvent être évalués, et les manières presque infinies par lesquelles ils peuvent laisser leur trace dans le monde. » citation de Howard Gardner traduite par Bruno Hourst dans A l’école des intelligences multiples et se référant aux travaux d’Howard Gardner

    1 11 2010
    Nadia Revaz (17:51:39) :

    A mes yeux, l’école idéale du XXIe siècle devrait davantage s’ouvrir aux intelligences multiples, tenir compte des avancées théoriques sur l’apprendre à apprendre et intégrer la notion de complexe dans le champ de la connaissance. Un vaste programme qui laisserait un peu moins de place aux évaluations chiffrées, mais si les progrès individuels sont plus nets…

    http://www.mieux-apprendre.com/
    http://www.ldes.unige.ch/
    http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001177/117740fo.pdf

    2 11 2010
    Christian Montelle (08:43:35) :

    « Un texte en réponse aux multiples injonctions d’évaluations quantitatives chiffrées, orthonormées, désincarnées.  »

    Un beau texte qui me comble de joie ! Merci, Ostiane ! Je m’occupe d’un GIC (Grand Invalide du Contrôle), en ce moment. Entré en sixième cette année. Laminé, broyé, anéanti. Tête obstinément baissée vers son nombril, mutique, écriture illisible.
    Des avancées, des reculs, j’essaie…

    2 11 2010
    Ostiane (09:54:38) :

    ça me touche que tu viennes ici pour partager cette expérience Christian et si ce texte résonne en toi aujourd’hui plus particulièrement j’en suis doublement touchée…Il faut être suffisamment solide pour absorber la souffrance d’un jeune sans être soi-même anéanti et en même temps suffisamment sensible pour entrer en relation avec lui. Tu as ces qualités et bien d’autres…Bonne chance à tous les deux. Emmène-le marcher, respirer, sentir, ressentir…il retrouvera certainement les énergies vitales que l’école lui a semble-t-il ôté…

    4 11 2010
    Christian Montelle (18:54:44) :

    Marcher, respirer, sentir, ressentir… Je tente de prendre cette voie. Il y a un grand-oncle-homme des bois qui adore la nature. Mais il est terriblement bougon et négatif sur le monde actuel. Je vais peu à peu tenter des explorations dans notre merveilleuse vallée. Avec le tonton, si l’enfant le veut, sinon avec un frère qui prépare son CAP et qui est plus ouvert. Le père est violent. Il vient de se déclarer en faillite après une année de tentative d’auto-entreprise (quel piège à c..s !). La mère est partie. La banque saisit. C’est la fête !!!! Regarde ailleurs :
    Correspondances

    La Nature est un temple où de vivants piliers
    Laissent parfois sortir de confuses paroles;
    L’homme y passe à travers des forêts de symboles
    Qui l’observent avec des regards familiers.

    Comme de longs échos qui de loin se confondent
    Dans une ténébreuse et profonde unité,
    Vaste comme la nuit et comme la clarté,
    Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

    Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants,
    Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
    — Et d’autres, corrompus, riches et triomphants,

    Ayant l’expansion des choses infinies,
    Comme l’ambre, le musc, le benjoin et l’encens,
    Qui chantent les transports de l’esprit et des sens.

    Oui, oui, le bonheur existe : il est dans la beauté et l’émerveillement !

    Mais comment convaincre quand les nuages sont si lourds !

    4 11 2010
    Ostiane (22:23:36) :

    Émerveille-toi, tu apprendras…tel fut le point de départ d’un atelier philosophique mené en tout début d’année.
    Les enfants eurent beaucoup à dire sur ce sujet!

    5 11 2010
    bouge-toi (15:56:08) :

    Comment convaincre ? Peut-être ne s’agit-il pas de convaincre, mais d’entrouvrir une porte, de montrer d’autres horizons, d’autres chemins possibles qui un jour apparaîtront comme une bouffée d’oxygène, comme un rayon de soleil au milieu de tous ces nuages noirs qui entoure cet enfant. Christian, je suis sûre que tu lui apporteras beaucoup, tu seras un petit rayon pour lui…Mais il ne s’en rendra peut-être compte que bien plus tard ?

    5 11 2010
    bouge-toi (15:56:58) :

    Zut : tous ces nuages noirs qui entourENT…

    Autant pour moi !

    6 11 2010
    Christian Montelle (21:39:29) :

    Pour s’émerveiller, il faut apprendre à voir, puis observer et aussi à nommer.
    Voir d’abord. J’ai longtemps habité en appartement, puis j’ai acheté une maison avec un grand jardin. J’entendais des oiseaux, des insectes, mais je ne les voyais pas. Il m’a fallu des années pour voir ces animaux, pour les reconnaître, même de loin, même en vol.
    On ne voit que ce que l’on connaît, ce que l’on peut reconnaître grâce à un nom attaché à de nombreux traits pertinents. Ces traits sont isolés grâce à l’observation in vivo.
    L’école élémentaire développe-t-elle suffisamment les compétences qui permettent de voir, observer et nommer ?
    Je suis étonné de constater que des enfants de paysans ne savent reconnaître pratiquement rien dans leur biotope. Ils ne savent même pas ce qui existe autour d’eux.
    Le spectre de perception semble singulièrement rétréci chez l’homme moderne, au moins en ce qui concerne la nature !

    8 11 2010
    bouge-toi (09:37:51) :

    Notre école est située en milieu rural, et pourtant comme tu le dis Christian, beaucoup de nos élèves ne voient pas ce qui les entourent, ne l’appréhendent pas : pour eux c’est juste un décor, c’est là et c’est tout…C’est pourquoi , avec la complicité de parents, des visites découvertes de la ferme, de la forêt, de la vie d’un étang, etc…sont régulièrement organisés. Ces visites sont mener dans le cadre de véritables projets très riches.

    Dans le cadre d’une de ces sorties, mes élèves devaient relever non seulement ce qu’ils voyaient, mais aussi ce qu’ils entendaient ( et là se sont rendus compte que le silence était rempli de petits bruits ! Bruits dont ils ont dû chercher l’origine…), ce qu’ils sentaient …tous leurs sens en action ! Action mise en mots oralement d’abord, puis mots enrichis par la suite pour rendre compte de toutes les découvertes à l’écrit.

    Pour s’émerveiller et émerveiller, il faut en effet montrer, offrir les outils nécessaires , outils parfois déjà disponibles mais laissés à l’abandon ou ignorés pour x raisons.

    Merci pour les liens donnés, ils m’intéressent beaucoup.

    8 11 2010
    bouge-toi (09:39:23) :

    rezut : ces visites sont menées.

    8 11 2010
    Christian Montelle (17:54:50) :

    Samedi dernier, il y avait une belle émission sur Arte : Aux origines de l’humanité (1 et 2 puis 3, samedi prochain). Des paléontologues supposaient que le cerveau des hominiens est passé de 400 cc à 900 cc quand des catastrophes climatiques terribles ont mis l’espèce en péril. La plupart des hominiens ont disparu, à l’exception de ceux qui on su observer, déduire, prédire, migrer….

    Je me suis alors demandé avec quelle fréquence un petit enfant d’homme a l’occasion d’observer la nature par tous ses sens (en mettant de côté le cas rare des élèves de Bouge-toi). Et pourtant, il procède de la nature dans laquelle réside sa sauvegarde vitale. En fait, il regarde les choses sur un écran, sans les toucher, ni les sentir, ni les écouter réellement, ni réfléchir à leurs fonctionnements et interdépendances. Un flux ininterrompu empêche tout arrêt réflexif, sauf si un adulte est là pour éteindre le poste.

    Question : fabriquons nous de petits aveugles de tous les sens, qui ne peuvent voir le monde que sur un écran sans se confronter à la vie réelle et à ses risques ? Qui tremble de tout sans connaître rien.

    Je suis effaré de constater la cécité sensorielle de l’enfant dont je m’occupe actuellement. Il est comme un animal dans une cage. A toute question, il répond :
    – J’sais pas !
    C’est terriblement triste et sans lueur d’espoir. Je continue tout de même !

    8 11 2010
    Ostiane (19:32:28) :

    Triste oui, sans lueur d’espoir, NON!!!
    La preuve, tu continues…Et la photo? Objectif en main, il pourrait pendre des photos de ce qu’il voit? Il serait alors amené à focaliser, à observer et puis plus tard, à renommer, détailler, redessiner, re-parcourir le chemin effectué. Ton aide en ce domaine peut lui être d’un grand secours. Une autre piste, avec un microphone, aller à la chasse aux bruits. Puis, pourquoi pas, associer photos et sons ainsi collectés et établir une sorte de carte sensorielle de vos promenades. Les jeunes sont souvent friands de technologie, ça les rassure. Ce sont juste des idées..je ne sais pas, comme toi, je cherche des solutions en sachant que seul le temps, la persévérance et la confiance permettront une lente reconquête d’une estime de soi qui semble bien émiettée…il faut qu’il soit en mesure d’être fier de lui, d’une manière ou d’une autre, de réussir quelque chose, aussi infime soit elle. Pour croire à nouveau en sa propre « éducabilté ».

    8 11 2010
    bouge-toi (20:58:10) :

    Et en utilisant de petits jeux de ce style :
    -mettre dans des sacs opaques: des feuilles , de la mousse, des aiguilles de sapin,des plumes, des petites pierres (ou pourquoi pas de petites fourmis noires inoffensives?)
    -l’enfant doit alors associer ce qu’il touche à des mots ( donnés si besoin sur des étiquettes préparées au préalables )
    – puis nommer ce qu’il croit être dans le sac. ( ou le dessiner ?)

    Ou un jeu de piste : tu enregistres une promenade qd tu es seul, puis l’enfant doit tenter de retrouver le chemin que tu as parcouru en utilisant les indices entendus et d’autres indices bonus pour l’aider ( une photo d’une statue, d’un arbre ??? )

    Voilà quelques idées qui me viennent …

    Et cet enfant a t-il déjà eu l’occasion de s’occuper d’un animal ?

    9 11 2010
    Christian Montelle (18:25:44) :

    Pour le moment, il ne s’intéresse à rien, sauf le foot. Il est un assez bon buteur et c’est la seule chose qui l’amène à manifester une notable fierté.

    9 11 2010
    10 11 2010
    Christian Montelle (18:23:29) :

    Bon ! il ne faut tout de même pas trop désespérer ! Les vieux ont toujours eu des lunettes noires :)))
    Citations :
    « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture » (Babylone – 3000 av. J.C)

    « Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut pas être très loin » (Prêtre égyptien, 2000 av.J.C)

    « Je n’ai plus aucun espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain, parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible » (Hésiode, 720 av J.C)

    Laisser un commentaire