Carême pédagogique 2011 (J1)

9 03 2011

Petit clin d’œil pédagogique à notre calendrier du jour, en ce mercredi d’ouverture du Carême 2011, je vous propose une nouvelle chronique intitulée Carême pédagogique. Il s’agira, jour après jour, de nous retrouver ici même, de nous poser quelques instants de manière à partager ensemble une pensée personnelle, un précepte, une règle de conduite professionnelle, une citation, un proverbe, un dicton, une réflexion, un aphorisme, un adage, bref, un extrait de notre substantifique moelle pédagogique nous tenant particulièrement à cœur mais qui n’en demeure pas moins si difficile et parois même impossible à incarner au quotidien.

Entre ce que l’on croit, ce que l’on pense, ce que l’on dit, ce que l’on fait et ce vers quoi on tend, les écarts et les paradoxes sont malgré tout inévitables. Le manque de temps, l’usure du quotidien, la part des affects, la tentation de la routine, la surcharge de travail, etc sont autant de bonnes mauvaises raisons de mettre de côté les valeurs humaines et éducatives auxquelles nous sommes pourtant profondément attachés, et ce, quels que soient notre religion, notre athéisme, notre appartenance politique, culturelle ou sociale, car ce dont il est question bien avant tout, c’est de notre référence commune à des valeurs humanistes qui transcendent, elles, nos différences humaines.

Ainsi, de manière à nous rappeler à notre sens éthique et professionnel, je vous inviterai chaque jour, le temps d’une courte pause numérique, non pas à une célébration de pénitence collective (  🙁  ) mais plutôt à ce que j’appellerai une brève analyse de nos pratiques éthiques.

Qu’en pensez-vous?

Jour 1:

Pensée 1:

Éduquer, c’est renoncer à nos propres rêves d’excellence pour permettre à l‘enfant d’accéder à son excellence propre.


Partager

Tags : , , ,

Actions

Informations

4 réponses à “Carême pédagogique 2011 (J1)”

9 03 2011
Catherine muller (18:55:45) :

Bonjour,
j’aime bien cette idée de carême: donc 40 jours de réflexion et échange intensifs d’ici au samedi saint?
Avez vous préparé vos thèmes que l’on puisse s’y préparer?
Votre première pensée: »Éduquer, c’est renoncer à nos propres rêves d’excellence pour permettre à l’enfant d’accéder à son excellence propre. »
est la définition de l’adaptabilité de l’enseignant devant son élève. Principe ténu mais obligatoire pour un bon enseignant. Ténu car vite rompu par le fonctionnement de la classe et des contraintes subies par l’enseignant.
Bon carême à tous!

9 03 2011
Ostiane (20:16:26) :

Non, je n’ai rien préparé Catherine! on verra au fil des heures ce qui émergera de cette réflexion partagée, ce qui laisse un spectre de propositions très large!
Pour cette première pensée j’ai repris une partie d’un propos d’André de Perreti qui évoque le chemin qu’on doit emprunter aux côtés de l’enfant qu’on doit mener vers SON « excellence propre ». Ce qui signifie que l’enseignant ou le parent doit arriver (dur dur!) à se décentrer, à faire le deuil de ses propres désirs pour se centrer sur le potentiel en devenir et les besoins exprimés ou non de l’enfant ou de l’élève et non sur le projet qu’on s’est fixé pour lui et souvent sans lui. S’adapter, oui, se centrer sur cet enfant, sans le surévaluer ni le sous-évaluer…mais en restant à l’écoute pour entendre ce qu’il dit et non pas pour lui faire dire ce qu’on attend de lui… Complexe lorsqu’on a la charge d’un programme et d’une classe de 30, contraintes dont vous parlez très justement. Complexe pour un père ou une mère envahis de sentiments ambivalents, mélange de craintes, d’espoirs, de rêves. Rêves sans lequel l’enfant ne peut se construire! C’est là tout le paradoxe de l’affaire!

9 03 2011
David Batch. (22:47:03) :

Un Carême pédagogique ! Alors là c’est vraiment le comble avec tous les laïcards qui viennent vous lire… faut vraiment oser !
Initiative courageuse néanmoins. A ce titre je vous félicite.
Vous aurez certainement des retours mais vos fidèles lecteurs s’absientront du terme « Carême ». Avez-vous retenu les thèmes ? C’est la préparation au Samedi Saint, non ? … une sorte de traversée du désert qui est propice à la réflexion. Le côté religieux de votre initiative me laisse pantois…

10 03 2011
christian Montelle (05:38:09) :

Excellente idée (comme dab ;-), cette invite à se replonger dans les valeurs éthiques et humanistes.
J1. Il me semble que la problématique que tu poses comporte un aspect dialectique. Aider (ou conduire ?) l’enfant vers l’épanouissement ou simplement l’émergence de ce qu’il a de meilleur dans ses possibilités, oui, mais aussi lui transmettre ce que nous avons de meilleur en nous. En particulier nos savoirs et savoir-faire, ces outils qui lui ouvriront les chemins de la liberté et qui lui permettront de développer ses aptitudes.
Je ne pense pas que les choses se font toutes seules par un miracle psychologique pour la plupart des enfants (je mets de côté les Mozart et les Champollion). Chemin étroit, donc, entre la liberté nécessaire et l’apprentissage indispensable. Je suis pour une synthèse, non pour un affrontement de ces deux pôles de la pédagogie. Mais le dosage est bien délicat entre des moments différents et complémentaires!
Nous attendons avec gourmandise J2 !

Laisser un commentaire