La fête des fous

31 03 2011

Carême pédagogique

Jour 21

Pensée 21

Trêve de mi-Carême!

Le Roi des fous (Quasimodo) à notre-Dame de Paris

Gravure Louis Boulanger et W. Finden, 1878

Au Moyen Âge, la fête des fous était célébrée à Noël. Depuis, la tradition s’est transformée et a bien évolué…

Pour en savoir plus sur cette étrange fête de la plus belle grimace, je vous invite à vous rendre sur le site suivant à qui j’ai emprunté l’illustration ci-dessus.

Bonne journée à tous!

Et surtout, si vous croisez aujourd’hui un enfant qui vous fait la grimace

n’en prenez pas ombrage pas et rendez-la lui de plus belle 😉


Partager

Tags : , , ,

Actions

Informations

3 réponses à “La fête des fous”

31 03 2011
Ostiane (21:30:36) :

Petit problème de programmation…l’article n’a pas été mis en ligne en temps et en heure et je ne m’en aperçois que maintenant…ayant été hors blog toute la journée! Eh oui, il m’arrive de décrocher 😉
A demain!

1 04 2011
alain l. (11:30:00) :

Rebonjour Ostiane
La fêtes des fous
Y aurait-il plusieurs fêtes ou le s dans le titre correspond-t-il à une orthographe de vieux français ? à mons qu’il ne s’agisse d’un « poison » d’avril 🙂 …

alain

4 04 2011
christian Montelle (03:21:19) :

La fête des fous nous vient des Celtes qui avaient une conception pendulaire du temps. Six mois dans un sens, six mois dans l’autre sens. D’où des fêtes spécifiques aux solstices. A la fin du mois de décembre on remettait le soleil dans le bons sens, vers les jours qui allongent, en faisant tout à l’envers. Les enfants ou les « fous » (le roi des fous) commandaient. On célébrait la messe des ânes. On mangeait la nuit (messe et repas de minuit) et on dormait le jour. On mettait les habits à l’envers… Cela durant les douze jours qui vont de Noël aux Rois. L’Eglise a récupéré et sanctifié toute cette fête des lumières, ainsi que les autres fêtes de transgression.
Cette fête servait aussi, comme le carnaval à décompresser le chaudron social. La fête terminée, les choses reprenaient leur cours, la transgression était terminée, l’interdiction de la licence (sexuelle, en particulier) redevenait la règle.
Au solstice d’été, on célébrait le feu, la chaleur du soleil qui allait diminuer.

Laisser un commentaire