Pensée, abstraction et apprentissage

7 04 2011

Carême pédagogique

Jour 28

Pensée 28

Pensée, abstraction et apprentissage

  • L’avis d’un médecin psychologue:

« En opérant exclusivement avec des représentations concrètes et évidentes, nous freinons et entravons le développement de la pensée abstraite dont la fonction dans le comportement enfantin ne peut être remplacée par aucun procédé « concret » » L.Vygotsky (1896-1934)

  • L’avis d’un peintre et sculpteur:

« Les vers, qui sont bizarrement ordonnés, qui ne répondent à aucun besoin, si ce n’est au besoin qu’ils doivent créer eux-mêmes ; qui ne parlent jamais que de choses absentes ou de choses profondément et secrètement ressenties ; étranges discours, qui semblent faits par un autre personnage que celui qui les dit, et s’adresser à un autre que celui qui les écoute. En somme, c’est un langage dans un langage. » Edgar Degas (1834-1917)

  • L’avis d’un poète, essayiste et philosophe:

« Entre tous les arts, le nôtre est peut être celui qui coordonne le plus de parties ou de facteurs indépendants : le son, le sens, le réel et l’imaginaire, la logique, la syntaxe et la double invention du fond et de la forme…et tout ceci au moyen de ce moyen essentiellement pratique, perpétuellement altéré, souillé, faisant tous les métiers, le langage commun, dont il s’agit pour nous de tirer une Voix pure, idéale, capable de communiquer sans faiblesse, sans effort apparent, sans faute contre l’oreille et sans rompre la sphère instantanée de l’univers poétique, une idée de quelque moi merveilleusement supérieur à Moi. » Paul Valéry (1871-1945)

Partager

Tags : , , , , ,

Actions

Informations

Une réponse à “Pensée, abstraction et apprentissage”

7 04 2011
christian Montelle (19:22:00) :

« Tout enseignement doit tendre vers l’abstraction. » nous dit Gaston Bachelard. L’abstraction généralisante à partir de l’expérience qui permet de sortir du cas particulier et d’imaginer des théories qui seules permettent d’agir sur le monde.
Passer par le concret, l’expérimentation réelle, bien sûr, il nous le répète sans relâche. Mais ne pas rester dans ce bricolage. Passer à la pratique du raisonnement, à l’audace de la transgression pour se libérer des lieux communs et des jugements de bons sens (la « bonne » transgression ;-)) )
Les manuels, en particulier, ceux de maths et de sciences, ont complètement oublié ces précautions. On en reste à l’observation, voire au ludique, sans s’extraire intellectuellement pour parvenir à la science véritable.

Laisser un commentaire