De la nécessité de l’extériorité

11 04 2011

Carême pédagogique

Jour 32

Pensée 32

« Si l’on veut philosopher, il faut aller à l’extériorité même du champ philosophique. »

François Dagognet

De la même manière, il me paraît incontournable d’envisager l’enseignement au-delà des seules grilles de références liées aux compétences professionnelles, aux programmes et aux différents cadres règlementaires émis par et pour le système et qui trop souvent nous enferment et nous engrillagent. La fragmentation des disciplines, de l’emploi du temps, des tranches d’âges ne sont-elles pas en parfaite inéquation avec ce qu’est la vraie vie, c’est à dire la vie hors du cadre scolaire?

Enseigner se résume-t-il à assimiler puis mettre en place un nombre pré-établis de techniques professionnelles spécialisées?

Enseigner se résume-t-il à dérouler le tout dernier programme officiel?

Enseigner se résume-t-il à transmettre des objets de savoir savamment sélectionnés?

Enfin, question insolente s’il en est, enseigner est-il le monopole de l’enseignant? Et l’enseignant n’est-il qu’un professionnel agent du service public d’éducation?

Enseigner, n’est-ce pas aussi et même surtout s’inviter soi-même et inviter l’enfant et l’adolescent à aller au-delà de ce qui est prévisible, tangible, transmissible, programmé, programmable, raisonné, raisonnable, enseignable?

Enseigner, n’est-ce pas finalement faire du hors-sujet un sujet véritable d’intérêt, d’émerveillement, de découverte inédite et donc d’apprentissage?

De ce point de vue, enseigner la curiosité n’est-il pas un enjeu essentiel? Mais la curiosité s’enseigne-t-elle? ou bien est-elle le fruit d’une posture, indéfinissable et indomptable?

Autant de questions qui nous poussent à aller voir ailleurs, à laisser venir ce qui vient d’ailleurs, à revisiter nos pratiques et nos postures en vue d’une extériorité formatrice et régénératrice…

Partager




Mano solo, je ne t’oublie pas

8 02 2010

Lu (et approuvé)  hier dans le Nouvel Obs:


« Une colonne! Une seule colonne pour annoncer le décès de Mano Solo! Quelle plaisanterie, et macabre! Un grand chanteur français vient de mourir, et voilà la place que le Nouvel Obs lui consacre! A côté de ça, il y a quelques temps, des tartines sur Johnny Hallyday! Je sais bien qu’on ne peut les situer sur le même plan: Johnny dit quelque chose de la société française, alors que pour Mano Solo il s’agit de poésie. Et je sais que la poésie n’est pas -pour reprendre une expression journalistique- un sujet « très sexy » C’est bien là tout le malheur de n’avoir qu’une colonne réservée à Mano Sol!

J-A Mazaud (internet) »


Je n’ai rien contre Johnny, je suis même assez fan, mais le fait est que le silence qui entoure la disparition de Mano Solo est troublant et révèle lui aussi, d’une certaine manière, un je ne sais quelque chose évocateur de la société française…

Mano, joue encore pour nous, chante pour nous, moi je te trouve très sexy!

http://www.dailymotion.com/video/xpdea





Boules de neige

17 12 2009

Petits et grands, parents, enfants, c’est le moment d’enfiler vos gants!

Tous à vos postes, attention…5…4…3…2…1…partez!

Image de prévisualisation YouTube




Venus d’ailleurs

3 06 2009

Les Espoirs de Coronthie

à découvrir…

Profitez-en, en tournée mondiale, ils seront à Paris le Vendredi 2 juin pour un concert unique!

En cliquant sur la photo, vous pourrez savourer quelques-unes de leurs mélodies!

Parmi mes préférées… »Babadi » et « soulier »

Et pour en savoir plus sur le concert, rendez-vous sur…

Sur Facebook




Du bleu plein les yeux

14 03 2009

Un regard qui vous attire, c’est fleur bleue On se met du cosmétique c’est fleur bleu  un rendez-vous à l’automne c’est fleur bleue  un doux parfum qu’on respire  c’est fleur bleue  Deux grands yeux qui s’abandonnent c’est fleur bleue  une chanson qu’on fredonne c’est fleur bleue  on envoie des pneumatiques  à Fleur Bleue les dimanches sont poétiques  tout fleur bleue  des mots difficiles à dire c’est fleur bleue 

Comme c’est beau oui parbleu!

http://video.google.com/videoplay?docid=-8044608422139800701




Hors sujet

11 02 2009

Une nouvelle rubrique sur blog bleu primaire, celle de tous les possibles…

Hors sujet, telle est son titre…

Hors sujet…huuum, ça me rappelle bien des errements, bien des égarements…Tenez en philo par exemple, qui n’a pas fait le douloureuse expérience du 5/20 éliminatoire?

Et pourtant quels délicieux hors pistes que ceux du hors sujet, non?

Sortir du cadre pour en mieux cerner les limites. Partir pour mieux revenir. Quitter les chemins balisés et apprendre à se repérer. La construction intellectuelle n’a-t-elle point besoin, pour se forger une identité personnelle des ces temps d’évasion, de ces espaces d’exploration?

La pensée qui défile, qui mord à l’hameçon et qui laisse filer les pensées. La conviction qui prend le pas sur le conformisme. L’expression qui détrône la raison. Quelle douce sensation…

Je sais, ce n’est pas très convenable. Il existe des règles tout de même; règles et choix d’écriture imposés par le sujet lui-même. Non, ce n’est pas convenable. C’est vrai. Mais c’est parfois, souvent si bon.

On a tous en nous quelque chose de rebelle, quelque chose de nous-même qui ne répond pas forcément aux canons de la pensée présupposée construite. Ce quelque chose, parce qu’il n’est pas conforme ici et maintenant est-il pour autant illégitime en toutes circonstances? Rares sont les espaces réservés à la digression assumée, constructive, libératrice. En famille? difficile…Dans le milieu professionnel? dangereux. A l’école? impossible!

Toujours répondre avec justesse, selon des critères précis, respecter avec rigueur et la forme et le fond, observer avec discernement les contours de son propos; surtout rester dans le sujet, surtout ne pas sortir du sujet. Attention, danger d’expression! « Ce que vous dites est bien joli, mais ce que vous dites n’a pas de valeur puisque vous ne dites pas ce à quoi on s’attend… » Non conforme au sujet. Débordement illégal. Elucubrations aléatoires.

Et pourtant! Le hors sujet est une porte ouverte sur le labyrinthe de l’intériorité, une précieuse ouverture sur des mondes intérieurs inexplorés. Sans hors sujet, sans ces détours intellectuels, sans ces fausses notes formelles, sans ces dérapage d’humeur, sans ces dé-raisonnements imprévus, il ne reste guère que le convenu, l’attendu, et bien souvent le déjà vu…

Mais je m’égare! Revenons à notre sujet du jour: le hors sujet.

Voilà, nous y sommes; parce qu’il n’y a pas que l’école dans la vie, mais également pourrais-je dire parce que tous les chemins mènent ou ramènent à la culture et donc à l’éducation, je m’offre le luxe de mettre en ligne cette nouvelle rubrique. Hors sujet. Il y sera question de tout ou de rien. Peu importe, il y sera question d’autre chose. Et qui sait, de cet autre chose naîtra de nouvelles zones de contact, de nouveaux points de rencontre, traits d’union entre vous, nous, ils.

A bientôt donc!