Histoire de famille

24 03 2010

Un jour une petite fille demande à sa maman:

« Dis maman, comment ils sont nés les tous premiers parents?

-Hé bien lui répond sa maman, c’est Dieu qui a crée les premiers parents humains, Adam et Ève. Adam et Ève ont eu des enfants qui plus tard sont devenus parents à leur tour et ainsi de suite. C’est ainsi que s’est formée la famille humaine. »

Deux jours plus tard, la fillette pose la même question à son père. Celui-ci lui répond:

« Tu vois ma fille, les singes ont lentement, très lentement évolué jusqu’à devenir les êtres humains que nous sommes aujourd’hui. »

La petite fille toute perplexe retourne aussitôt voir sa mère.

« Maman!Maman! Mais comment c’est possible que tu me dises que les premiers parents ont été crées par Dieu et que papa me dise  que c’étaient des singes qui ont évolué?

Et la mère de lui répondre très calmement tout en souriant:

C’est très simple ma chérie…moi je t’ai parlé de ma famille..et ton père de la sienne! »

http://www.gifimili.com/gif/singe/3.gif

Je remercie mon cher papa de ce petit clin d’œil glissé dans ma boîte mail 😉

Heuh..rectification matinale…je remercie ma chère maman qui dès hier soir revendiquait ses droits de transmission…erreur due à une même adresse mail et à une interprétation un peu trop rapide de ma part de l’auteur-expéditeur du courrier…

L’histoire continue donc dans la vraie vie!

😉

Partager




Dis maman…

10 03 2010

Conversation dans le métro…entre fille et mère…

http://emodecoco.e.m.pic.centerblog.net/2ihgsruy.gif

« Dis maman, est-ce que deux femmes peuvent se marier?

– Oui, c’est possible.

– Et comme ça, elles peuvent avoir 2 fois plus de bébés!

– Pourquoi?

– Ben, elles ont deux ventres!

– Pour « faire » un bébé, il faut toujours un homme et une femme.

– Même si les deux femmes font l’amour?

– Oui, même si elles s’aiment. Deux femmes peuvent vivre en couple mais ensemble, elles ne peuvent pas avoir d’enfant.Un bébé vient de la rencontre d’un spermatozoïde « homme » et d’un ovule « femme ».

– Alors elles peuvent trouver un bébé abandonné?

– Oui, l’une des deux femmes peut adopter un enfant qui n’a plus de mère ou de père et toutes les deux décident de l’aimer et l’élever, comme leur propre enfant.

– Mais alors, l’une des deux femmes, c’est comme le papa?

– Non, elles sont toutes les deux des femmes donc des mamans, elles ne peuvent pas être « papa ». Un papa, c’est forcément un homme.

– Comme papa?

– Oui, comme papa, ou comme ton oncle, ou comme ton grand-père…Allez, on est arrivé, on descend là! »

Partager




Lettre à mon père

21 06 2009

Lettre à mon père

Je te cherchais depuis longtemps
tu m’as laissé en t’en allant
un grand paquet de mots d’amour
et ce silence encore si lourd
le souvenir de ces chimères
que tu fuyais pendant la guerre.
Les bateaux, les trains, les camions
les quais de gare et les wagons
la frayeur de ces années noires
je la lisais dans ton regard
avec l’horreur, le désespoir
et le travail obligatoire.


Peut-être un jour si tu m’attends
on parlera de tout ce temps
qu’on a perdu sans rien se dire
ne pas savoir se sourire.
Quand je sentais venir la fin
je me revois tenir ta main
et te parler pendant des heures
en regardant battre ton cœur.


A ta façon, tu nous aimais
mais tous les mots qu’on attendait
restaient enfouis bien trop profond
en souffrance dans leur prison.
De la haut, si tu nous entends
reviens vers nous de temps en temps!
As-tu enfin trouvé la paix?
Et le repos là où tu es?


J’avais tout juste 50 ans
tu m’as légué en t’en allant
ce regard triste et douloureux
un portrait d’enfant malheureux
qui n’a pas pu trouver sa place
enfermé dans sa carapace
et sur qui les fées ni les dieux
n’ont jamais dû poser les yeux.


Après avoir tant bien que mal
grandit à l’ombre d’une étoile
sans pour autant trouvé le nord
il t’a fallu partir encore
marcher de nuit à travers champ
mais dans tes lettres avec le temps
de ces souffrances et de ces peurs
il ne reste que le meilleur.

hum…

A ta façon, tu nous aimais
mais tous les mots qu’on attendait
restaient enfouis bien trop profond
en souffrance dans leur prison.
De là haut, si tu nous entends
reviens vers nous de temps en temps
as-tu enfin trouvé la paix?
et le repos là où tu es?


Toi mon père que j’aimais tant
je te cherchais depuis longtemps
mais tu voyages désormais
près de moi bien plus que jamais.
Repose en paix dans nos mémoires
le plus tendre de notre histoire
se sont les mots qu’on a pas dit
c’est à toi que je les dédie.

Yves DUTEIL

Album Sans attendre




Des mères et des pères

18 10 2008

Un texte fort et sensible à la fois, brut sans être brutal.

Une langue merveilleusement travaillée avec des mots percutants.

Ce n’est ni la fête des mères ni celle des pères…et alors?

Image de prévisualisation YouTube