Comment les femmes vivent-elles face aux normes physiques imposées par la société ?

Quels sont ces critères physiques ?

Actuellement, la minceur est un critère de beauté. D’après un sondage fait en classe, 67.5% des jeunes filles se trouvent grosses.

Être mince signifie correspondre aux normes physiques imposées par la société d’aujourd’hui.

Les mensurations véhiculées dans la société par les agences de mannequinat sont très strictes :

  • Tour de poitrine : 80 à 90 cm
  • Tour de taille : 55 à 65 cm
  • Tour de hanches : 85 à 95 cm
  • Taille : 172 à 185 cm

En outre, plus des trois quarts des pages de couvertures des magazines féminins possèdent des titres sur la minceur par des régimes, des programmes sportifs ou même de la chirurgie esthétique. La plupart des femmes utilisent du maquillage, des crèmes et des vêtements pour s’embellir. Mais pour un certain nombre de femmes, cela ne suffit pas. Certaines passent par un acte chirurgical pour ressembler aux canons de beauté d’aujourd’hui qui sont véhiculés par les médias, en particulier les stars, car oui, le milieu de la mode n’est pas le seul à ne montrer que des « maigres » : les médias participent aussi à la diffusion de cette apparence. La plus grande partie des actrices mondialement célèbres sont minces même anorexiques. Le regard intransigeant des autres (recruteurs, fans, journalistes…) les oblige à avoir un physique parfait.

Les femmes réagissent de deux façons différentes : soit elles suivent le diktat, soit elles le combattent.

Les adeptes de ce diktat

Actuellement le diktat de la beauté est associé au diktat de la minceur. La diffusion des femmes à l’apparence parfaite se répand de plus en plus de nos jours sur les réseaux sociaux, ainsi que dans les médias. La plupart divulguent, avec l’intention  de vous faire envier, des images retouchées, qui mettent en avant leurs atouts. Les femmes qui tiennent un discours sur l’acceptation de soi ne se l’appliquent pas pour autant à elles-mêmes. Toutes les filles sont plus ou moins complexées, même celles que vous admirez !

Les personnes qui luttent contre le diktat de la beauté  :

  1. Et si on s’acceptait telle que l’on est, sans s’attacher à l’apparence physique??

Une idée simple que deux Américaines ont transformée en mouvement, le Body Positive. Ciblant toutes les morphologies, il invite les femmes à s’assumer et à adopter une attitude indulgente vis-à-vis de leur corps.

Mais le Body Positive ne s’arrête pas seulement au combat contre les diktats de la minceur.

«  Il redonne de la visibilité à tous ceux qui sont exclus des normes de beauté actuelles, comme les personnes en situation de handicap, âgées, transsexuelles, intersexes, mais aussi poilues ou couvertes de cicatrices », explique la blogueuse Olga Volfson, membre du Body Positive en France.

Assumer son corps tel qu’il est passe par les mots mais aussi par les actes.

  1. Les moyens entrepris pour lutter :

* A Paris, des cours de yogras (appelé fat yoga, en anglais) démontrent que l’on peut être en surpoids tout en restant souple. Réservées aux femmes, ces séances sont adaptées à toutes les morphologies.

« En France, la discrimination envers les personnes au physique hors norme est très présente, ces cours leur permettent d’échanger, de se faire du bien sans crainte d’être jugées », explique Daria, du collectif Gras Politique, à l’origine de ces cours.

*Il y a également des séances de natation ouvertes à tous, en dehors des carcans discriminatoires tels que l’âge, le genre, l’origine ethnique ou encore l’apparence physique. Des collectifs féministes s’inscrivent dans ce mouvement.

*En mars dernier, le premier festival « body positif », a vu le jour en France. Il propose deux jours d’ateliers, de conférences et de concerts pour valoriser l’image de soi, sans tabou ni stéréotype.

Morgane Tardy, Océane Biscarrat et Coline Demotz

novembre 27, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *