#balancetonours

La femme de Bébert est allée passer quelques jours à la montagne dans sa tanière secondaire transalpine. Quelques jours de repos loin de l’agitation ordinaire de la forêt natale. La neige tombe, le calme règne, d’immenses stalactites tombent négligemment du plafond de la grotte. Les grands sapins sont recouverts de pyramides blanches et dominent la vallée avec majesté.

            Des jours et des nuits qu’il neige dans la montagne mais la femme de Bébert n’hiberne pas. Elle n’en a plus le temps. Les oursons, devenus grands, lui demandent pourtant encore une énergie folle et la sollicitent comme aux premiers jours. En âge de quitter le foyer familial, ils s’y refusent, trouvant bien plus confortable de se laisser encore entretenir par leurs parents, jusqu’à ce qu’ils fondent eux-mêmes leur famille.

            Mme Bébert voudrait tant pouvoir s’isoler longuement et se contenter de contempler les sommets enneigés ! Du fond de la grotte, réfugiée dans un recoin qui lui sert de cabinet de toilette, elle peut observer à souhait le désormais gros ours qui se prélasse sur un lit de feuilles en attendant le dîner du soir, son mari Bébert. Il a bien changé ces derniers temps : moins hardi, moins entreprenant, il ne sort que rarement de sa tanière, se goinfrant de pots de miel et absorbant des litres d’hydromel sucré. Bébert est moins attentionné, moins prévenant et les silences s’allongent et s’étirent inexorablement au fil des saisons. Ô pourtant bien des amies ourses de Mme B. sont bien plus à plaindre qu’elle ! Combien ont eu à déplorer des regards appuyés par des ours inconnus, dans les sentiers forestiers, au restauours ou lors du bain dominical à la cascade municipale ! Combien ont été frôlées par des pattes velues lors de rassemblements festifs tels que Le Printemps des Ours, combien ont essuyé des propos d’ours mal léchés les reléguant à des rôles de mère, d’ourse au foyer, sans aucune vergogne et sans que personne ne s’en  offusque dans les bois ! Etre une ourse n’est pas toujours facile, même au XXI° siècle…

            La preuve en est : les ours les plus célèbres ne sont-ils pas que des mâles ? Winnie l’ourson, Colargol, Frère des ours, Petit Ours brun, Teddy Bear, Paddington Brown, le héros de L’Ours de Jean-Jacques Annaud, Nounours et même l’Ours de Berlin ne sont que des dignes représentants de la gent masculine ! Pas l’ombre d’une digne représentante oursonne à l’horizon ! Mme B., desperate ourswife qui n’a même pas de prénom dans cette histoire, le constate amèrement.

            Seule devant une pierre polie qui lui renvoie son reflet pâle, elle s’examine et le constat est sans appel : elle vieillit. Car oui, les ourses vieillissent aussi. Ses poils sont moins luisants et grisonnent près de ses petites oreilles rondes, son regard paraît moins vif, ses traits sont plus tirés et des ridules s’obstinent à s’installer durablement autour de sa gueule maintenant moins tendue. Elle a même l’impression de rapetisser. Qu’elle envie ces jeunes oursonnes au teint frais, à la robe éclatante qu’elle croise en déambulant dans les chemins escarpés ! Leurs griffes brillent et elles rayonnent, inconscientes qu’elles sont du dépérissement qui les guette. Jeunes et vieux ours n’ont d’yeux que pour elles, alors que Mme B. passe désormais inaperçue.

            Ses oursons réclament leur pitance, son mari ses pantoufles…mais elle, que désire-t-elle ?

            Seule au fond de la grotte, Mme B. regarde les flocons blancs et vaporeux s’écraser sur le sol immaculé.

            Mais quand fondra la neige, que restera-t-il ensuite ?

                                                                                                          Cécilia Racaud

                                                                                                          #metours

mars 16, 2018

  • Quelle métaphore excellente et extrêmement réelle ! Cet article est vraiment très intéressant , que de réalité caché sous un bel humour , quelle comparaison et quelle caricature !

    Tous mes compliments

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *