Casey Anderson et son ours

Une forte amitié unit Casey Anderson, un naturaliste américain de 42 ans, et Brutus, un grizzli. Cet ours, qui fait partie de sa vie, a été le témoin du mariage de Casey.

Brutus est né en 2002 dans l’Idaho, dans un parc animalier surpeuplé. Il était condamné soit à rester dans une cage toute sa vie soit à être euthanasié car il lui était impossible de pouvoir se débrouiller seul dans son environnement naturel s’il était relâché.

Casey Anderson a alors décidé de sauver cet ourson et l’a adopté quand il n’avait que deux semaines. Il a mis depuis en œuvre un projet permettant de sauver d’autres grizzlis, eux aussi condamnés à la captivité.

Pendant sept ans que Brutus a joui de sa liberté avec d’autres compagnons en ayant une famille « humaine » en parallèle.

L’homme et l’animal ont partagé à peu près tout : la pêche, des balades, des repas… tout ce que feraient deux humains ensemble.

Le grizzli est réputé pour être un excellent pêcheur. Mais Brutus n’a pas profité de l’apprentissage maternel. C’est donc à son ami bipède qu’est revenue la mission de lui apprendre à pêcher les saumons ou encore à nager…

  1. Anderson est à la fois le père et l’ami de Brutus. Entre deux balades, Brutus a longtemps profité du jacuzzi et de la piscine. Maintenant qu’il a atteint sa maturité sexuelle, Brutus vit dans un parc avec ses congénères et bénéficie toujours de l’affection de Casey.

Les ours et notamment les grizzlis ont la réputation d’être dangereux. A  travers cette belle amitié, le naturaliste veut également éduquer le public en démontrant que l’homme peut parfaitement cohabiter avec l’ours à condition qu’il y ait un respect mutuel de l’espace vital.

L’ours est un animal très intelligent qui ne devient agressif que si on le provoque. Casey Anderson fait par exemple remarquer que Brutus est très réceptif à ses états émotionnels. Quand il est triste, l’ours est plus doux comme s’il voulait le consoler.

Bien que cela puisse être dangereux, plusieurs hommes sont amis avec des ours. C’est le cas de Mark Dumas, un canadien de 60 ans, qui vit avec un ours polaire. Cet homme a une complicité incroyable avec son animal, qui vit en liberté et non dans une cage. Lui aussi l’a domestiqué lorsqu’il avait quelques semaines.

L’ours fut considéré comme un double de l’Homme, un ancêtre, un symbole de puissance et même de royauté car symboliquement il fut le roi des animaux en Europe. L’ours est surtout le symbole de la transition entre la pulsion animale et la maîtrise humaine.

Ces deux hommes montrent qu’avec de « l’éducation » peu de temps après leur naissance, l’ours peut devenir le meilleur ami de l’Homme.

Roxane Papini

avril 6, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *