Frère des ours : l’ours plus humain que l’humain

C’est l’histoire de trois frères, Kenaï, Denahi et Sika vivant en Alaska et se rendant à une cérémonie qui est censée symboliser le passage à la vie d’adulte. Lors de cette cérémonie, Kenaï reçoit son totem, celui de l’ours qui représente l’amour. Après la cérémonie, Kenaï et ses frères se retrouvent face à un ours. Après une longue lutte contre l’animal, un des frères finit par se faire tuer. Fou de rage, Kenaï tue l’ours. Suite à cet acte meurtrier, Kenaï se fait punir et se transforme en son animal totem : l’ours. Il se retrouve ainsi tout au long de l’histoire dans le corps d’un ours et il doit vivre avec les contraintes de la vie de cet animal. Il voudrait redevenir humain. Au cours de son périple pour retrouver sa vie d’avant, il rencontre un ourson nommé Koda qui va l’aider tout au long de son aventure.

Ce dessin animé des studios Disney sorti en 2003 est réalisé par Robert Walker et Aaron Blaise. En Amérique ce film portait le nom de « Brother Bear ».Il n’a pas eu un grand succès à sa sortie mais il a finalement fait la joie des petits et des grands quelques années plus tard. Le film véhicule des sentiments forts entre le rire, la joie, les pleurs, la déception et la compassion. La morale y fait pour beaucoup. En effet le petit ours Koda va se rendre compte que sa maman a été tuée par son compagnon de route : Kenaï. Après cette découverte, Kenaï a la possibilité de se retransformer en humain mais il décide finalement d’élever Koda en prenant la place de sa maman. Ce retournement de situation est très touchant car Kenaï renonce à son désir de redevenir un être humain pour pouvoir s’occuper de Koda. En faisant ce geste, Kenaï fait une sorte de rédemption, son meurtre est lavé par son action purement humaine. On découvre alors un sentiment de gentillesse et de bonté chez Kenaï. Depuis le début, son animal totem est l’ours, qui est le symbole de l’amour mais aussi de la guérison autant sur le plan physique que spirituel. Ces valeurs se font très bien ressentir quand Kenaï élève Koda et permet à l’âme de la maman de pouvoir rejoindre une sorte de paradis. Kenaï se soigne aussi mentalement en lavant ses péchés, en prenant en charge Koda comme son propre enfant. Il est finalement plus » humain » lorsqu’il reste un ours…

Ce film partage tellement de valeurs qu’il serait presque impossible de toutes les citer et il est un mélange d’émotions. Alors pour les comprendre, n’hésitez pas à le visionner!

Charlotte Roualdes

avril 6, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *