Winnie l’ourson en URSS

Winnie l’ourson est un personnage de bande dessinée créé en 1926 par Alan Alexander Milne. Les illustrations des ouvrages sont l’œuvre d’Ernest Howard Shepard et la première traduction française a été faite par Jacques Papy en 1946. L’auteur, voyant son fils Christopher jouer avec ses peluches, a eu de l’inspiration. Ses personnages ont ensuite été repris dans des livres et des dessins animés.

Winnie est très connu dans la littérature jeunesse. L’univers dans lequel évoluent les personnages est gentil et joyeux. Winnie l’ourson est le véritable ami de tous les enfants, il leur permet de voyager, d’entrer dans diverses aventures. Mais avant tout Winnie et ses amis donnent des enseignements aux enfants.

Winnie l’ourson est une œuvre typiquement anglaise. L’écrivain a avoué qu’il n’a pas eu à inventer quoi que ce soit et qu’il s’est inspiré des Anglais pour créer ses personnages.

L’adaptation russe de Winnie the Pooh est très différente de la version de Walt Disney, notamment en ce qui concerne la personnalité des personnages.

Les premiers lecteurs soviétiques vont connaître Winnie l’ourson en 1960 grâce au traducteur et écrivain Boris Zakhoder.

Suite à trois animations, ils deviennent connus :

?????-??? (1969) — Winnie l’ourson, basé sur le premier chapitre du livre

?????-??? ???? ? ????? (1971) — Winnie l’ourson rend visite

?????-??? ? ???? ????? (1972) — Winnie l’ourson et le jour des soucis

Fiodor Khitrouk s’est lancé en 1962 dans la réalisation d’animations, il a voulu créer son propre style mais avec de nombreuses différences par rapport à la version originale notamment dans le physique et le caractère de la peluche. Cette mythique peluche apparaît alors en 1969 dans le paysage audiovisuel en URSS. .

Les studios russes « Multiplicateurs Soyuzmultfilm » ont effectué plusieurs modifications pour créer de nouvelles images des héros avant d’être satisfaits du résultat. La peluche n’est absolument pas semblable à celle des Américains, le dessin animé ressemble plus au peuple russe et à son caractère.

Vladimir Zuikov peint l’ours avec des oreilles saillantes et le nez froncé.

Les artistes qui ont participé à la création des personnages ont suggéré d’affubler Pooh de longs poils et de lui tordre le nez et les oreilles. Porcelet est gros à l’origine mais Zuikov Dorisoval va amincir son cou et il va complètement changer physiquement.

La reprise de ce dessin animé a suscité de nombreuses réactions très variées surtout en occident. Les Américains ont cru que l’Union soviétique voulait fausser le sens de leur travail mais ils ont vu qu’en fait l’ourson était resté le même : bon et intelligent.

Weded El Bouazzaouy

avril 6, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *