Plaidoyer : Ensemble contre l’homophobie

« Dans le nuit du 18 septembre 2018, vers 22h environ, un étudiant sort accompagné de son partenaire dans les rues de Paris, tous deux alors main dans la main pour leur sortie. Un groupe de jeunes les interpellent alors et de violentes insultes fusent, jusqu’à ce qu’un membre du groupe se mette à frapper violemment un des deux étudiants à l’aide de son casque de moto. Les coups sont destructeurs pour le visage mais aussi pour la sensibilité du jeune de vingt-deux ans. Depuis, la photographie de sa figure meurtrie envahit la toile. « J’ai un ami qui s’est fait agresser en plein Paris au mois de mai. Un autre ami s’est fait aussi tabasser en province au mois de juillet […] On sait que du fait de notre homosexualité, on se fera agresser au moins une fois dans sa vie» a exprimé le jeune étudiant dans son témoignage pour France info.

Agression homophobe à Paris : un mineur mis en examen – Le Parisien  23.09.2018

Le témoignage de la victime avait été posté sur les réseaux sociaux. Instagram/@arnaudgagnoud

            Par quoi commencer? Je ne sais ce qui me révolte le plus dans ces événements, le fait que ce jeune ne soit même pas étonné de s’être fait agresser en plein Paris ? Le fait que son agression soit due à son orientation sexuelle ? Ou encore le fait que cela se passe en France ?

La France qui, on le rappelle, est un pays basé sur la liberté, l’égalité et la fraternité… Comment peut-il y avoir dans ce pays, encore aujourd’hui, de telles horreurs? Ce pays qui proclame la liberté pour tous, pas seulement pour les hétérosexuels. Ce pays qui prône l’égalité pour tous donc aussi pour les homosexuels. Ce pays qui revendique la fraternité et non les différences. Il m’est impossible de comprendre pourquoi ces personnes attirées par le même sexe devraient être battues, frappées, insultées, agressées ou encore tuées juste pour leur différence. Alors qu’au fond on est tous différents. Aucune femme n’est battue car elle préfère les tomates aux poivrons n’est- ce pas? Et pourtant leurs préférences sont différentes!

De plus, cet homme dit aussi à la fin de son témoignage que les homosexuels savent que lorsqu’ils s’affichent aux yeux de tous, ils s’exposent à des violences. Ces violences répétitives sur ces personnes les privent donc, à force, de liberté, la liberté de pouvoir aimer qui ils veulent, la liberté de vivre comme chacun le souhaite. Le jeune laisse sous-entendre dans sa dernière phrase qu’il devient normal de se faire battre pour des raisons d’homosexualité. Tout cela signifierait donc que les agresseurs peuvent avoir des droits sur la liberté de chacun. Sous prétexte qu’ils sont violents, il faut arrêter d’aller à l’encontre de leurs envies, par peur, peur d’être agressé? Auparavant on appelait ça la «loi du plus fort» car c’étaient les plus forts qui dominaient. Mais à l’heure qu’il est, ce sont les animaux qui pratiquent encore cette loi. Si vous laissez passer ces actes illégaux sans rien faire, vous laisserez donc dominer la France par un dictateur? Car au fond si vous n’agissez pas et si vous cautionnez cette violence, vous acceptez donc un pouvoir pris de force? Ce serait alors un énorme retour en arrière, pour la population française, pour le pays!

            Si la France, à l’heure qu’il est, est sans doute le pays le plus en avance sur ce sujet, cependant au sein de nombreuses familles, le sujet est encore tabou, certains parents n’acceptent pas cette différence. En effet des statistiques ont démontré que sur cent soixante témoignages, 80% des homosexuels ressentent une forme de rejet de la part de leur famille et 17% subissent même des agressions morales et physiques.

Aujourd’hui on connaît encore soixante dix pays qui condamnent l’homosexualité, alors qu’elle devrait être une simple liberté. Ces nombreux pays emprisonnent, massacrent, pourchassent,  pendent, infligent des châtiments horribles ou même torturent les hommes et femmes qui commettent le «crime» de l’homosexualité. Dans notre monde, sept pays donnent la mort à ces hommes et femmes qui ont une différence subtile.

            A présent, j’aimerais que vous vous mettiez à la place de tous ces parents. Ces parents qui voient leurs enfants tomber dans des états mentaux critiques, voient leurs enfants mutilés ou pire perdent leurs enfants. Ces enfants qui ont peur des moqueries, des jugements, du harcèlement,  peur d’être punis, peur d’être agressés ou encore peur de ne pas être dans la «norme», car leur attirance est différente de celle de la majorité des français, car ils sont une minorité.        

           

            Voilà pourquoi je suis là devant vous, pour vous demander à tous de ne pas accepter, ne pas laisser passer ces actes homophobes. Nous nous devons de faire évoluer la société dans ces mœurs et coutumes, car malheureusement certaines n’ont plus vraiment leur place aujourd’hui. Alors je vous en prie, ensemble faisons bouger les choses, ensemble, avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’une de ces horreurs touche l’un de vos proches ou vous touche vous- même.»

Lisa Leflamand, 1ES3

novembre 9, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *