Le « resell » de la sneakers, un business ?

Chaque année le business des sneakers (une chaussure de sport détournée pour un usage citadin) génère des énormes bénéfices pour les marques mais aussi pour les vendeurs privés. Des reselleurs (revendeurs) achetant au prix magasin des sneakers qui sortent en quantité limitée, arrivent à revendre les paires plus chères grâce à la forte demande. Pour exemple certaines paires sortent à 5000 exemplaires alors que 100 000 personne veulent la paire. Il y a donc une plus forte demande que la quantité produite par la marque. On va parler ici d’une hype (qui est à la pointe de la mode, qui voit un gros engouement autour de la paire). Elle va attirer tout le monde car quelqu’un qui aura cette paire aux pieds sera à la mode et bien vu par les autres (souvent les jeunes entre 16 et 25 ans).

Exposant au « Sneakers event « (événement annuel au Carrousel du Louvre) Source : sneakers.event.com

C’est notamment le cas de la marque Yeezy autour de laquelle il y a une hype énorme, chaque paire qui sort est limitée en quantité et la demande est toujours plus forte. Certaines paires peuvent se revendre jusqu’à 5 fois le prix magasin le jour de leur sortie. En voyant ça certaines personnes se sont dit qu’un business pouvait être monté et certaines personnes arrivent à en vivre, c’est devenu un métier à part entière. Des gens dorment dans la rue devant le magasin pour être le premier le lendemain matin, pour caresser l’espoir d’avoir leur paire (on appelle ça un « Camp out »). Certains viennent acheter des paires seulement pour le business même si la paire ne leur plait pas, il faut juste qu’elle se revende plus chère que ce qu’ils l’ont achetée. Des gens vivent même de ça et sont en contact avec les magasins pour être sûrs d’avoir leurs paires au prix magasin et les revendre pour se faire du bénéfice.

« Camp » devant un magasin avant la sortie d’une paire de YEEZY. Source : clee2017

  A la vue de ça, des passionnés de la sneakers organisent des événements autour de ce phénomène dans des salles où des vendeurs privés viennent vendre leurs baskets. Le « Sneakers event » est un des plus gros rassemblements de vendeurs et de passionnés, où l’on peut voir les paires les plus demandées qui sont souvent affichées à des prix exorbitants. Par exemple une paire très connue dans le monde des sneakers addicts,  la Nike Air Yeezy 2 Red October qui est sortie à un prix de 245 $ et qui aujourd’hui se revend près de 10 000 $. Si vous trouvez ce prix déjà énorme, attendez de voir le prix de la Nike Air Mag, fameuse paire de chaussures qui se lace seule, tirée du film Retour vers le futur où Marty McFly (personnage principal incarné par Michael J.Fox) porte la paire dans le film et on les voit se lasser automatiquement quand il les met. Une paire a été vendue à Hong Kong aux enchères pour 104 000 $. Cette paire est sortie à 89 exemplaires et pour pouvoir l’acheter, il fallait prendre un ticket sur internet qui coûtait 10 $. Il y a eu 89 gagnants qui on été tirés au sort pour avoir le droit d’acheter la paire. Tous les fonds collectés sont revenus à la fondation de Michael J.Fox qui lutte contre la maladie de Parkinson.

  Ce business peut choquer à la vue des prix ou des façons de faire, mais certains en vivent, d’autres en sont passionnés et certains arrivent même à en faire des bénéfices pour les reverser à des associations. Je trouve ça très bénéfique car tout le monde porte des baskets de nos jours, le marché est en constante expansion, car avant les gens avaient peu de chaussures, c’était une utilité. Maintenant c’est un accessoire de mode à part entière et certains n’hésitent pas à en avoir bien plus que leurs besoins.

Lucas Fattoretto

mars 29, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *