« L’infirmière des tableaux »

Le mardi 5 février 2019, lors d’une sortie scolaire, dans le cadre de l’éducation morale et civique, notre classe de 1ere ES 3 s’est rendue au musée Albert-André de Bagnols sur Cèze, dans le but de rencontrer le personnel du musée qui, à cette date était fermé pour cause de récolement. Le personnel était alors à notre entière disposition pendant deux heures.

Au préalable, nous avons créé de petits groupes de travail, afin que chacun se concentre sur un métier en particulier. Notre petit groupe à nous était composé de trois filles, Eva, Laurine et Lisa. Nous avons choisi de nous intéresser au métier de régisseur. Lors de cette sortie nous avons pu interroger la régisseuse de ce musée Laure Morand.

© C. Huguet – Laure Morand – 05/02/2019

Laure, qui travaille en tant que chef de service et attachée de conservation à la conservation départementale du Gard depuis 7 ans, nous a alors amenées avec elle dans une des salles du musée consacrée aux œuvres du peintre Albert André. Puis elle nous a proposé de nous asseoir au sol afin de nous mettre à l’aise pour donner lieu à un échange plus chaleureux. Nos premières questions portaient sur la nature de son travail. Elle a commencé par nous expliquer que dans sa profession il y a deux aspects bien distincts. Un premier lié à la conservation des œuvres (vérification de l’état des tableaux, des sculptures… et restauration si besoin) et un second lié à leurs déplacements. En effet, elle a souligné à plusieurs reprises le fait qu’il était difficile de manipuler les œuvres à cause de leur fragilité. Il existe des techniques spécifiques pour les déplacer afin de préserver leur état. De plus, le régisseur doit veiller à ce que chaque œuvre ait une caisse appropriée lors des prêts et qu’elle soit adaptée au moyen de transport qu’elle emprunte. Elle est comme « l’infirmière de ces tableaux ». Elle précise : « Si je suis l’infirmière, le restaurateur est le chirurgien. Il faut que les lecteurs comprennent que je suis là pour m’assurer de leur bonne « santé », mais que je n’interviens pas directement sur les œuvres. Ça, c’est le travail du restaurateur. »

Lorsque nous lui avons demandé de décrire une journée type, il a été alors difficile pour elle de nous en décrire une, car elle s’occupe de plusieurs musées en même temps : entre autres, le musée d’art sacré du Gard à Pont-Saint-Esprit, mais aussi le musée Pierre-de-Luxembourg à Villeneuve-lès-Avignon. Elle effectue un grand nombre de déplacements entre chaque musée et nous a confié qu’en moyenne elle parcourait jusqu’à 200 à 250 km par semaine. Le plus souvent, elle se déplace pour contrôler que les œuvres vont bien, exercer un contrôle visuel de leur état de conservation et des conditions dans lesquelles elles évoluent. Les journées de montage ou démontage d’expositions temporaires sont plutôt consacrées à l’emballage précautionneux des œuvres.

Laure n’est pas seulement régisseur, elle est également chef du service « Gestion et valorisation des collections ». A ce titre, elle supervise également le travail de Guillaume et Cordélia, les médiateurs, en lien avec Béatrice et Fanny les conservatrices, qui déterminent notre politique culturelle (événementielle notamment). 

Suite à cela, nos questions se sont tournées sur l’évolution de son métier. Selon elle, le métier de régisseur ne cesse d’évoluer notamment grâce aux découvertes scientifiques qui sont permanentes. Les évolutions concernent aussi la féminisation de la profession ainsi que les instruments de travail. En effet, aujourd’hui, les œuvres sont toutes enregistrées sur support informatique. Le thermomètre est devenu le thermo-hygromètre pour effectuer le suivi du climat dans les salles d’exposition et les réserves.

« C’est le plus beau métier du monde », nous a-t-elle dit. Car c’est un métier varié et à responsabilité, car il faut faire en sorte que les œuvres soient bien préservées. Travailler dans l’art, c’est conserver les œuvres pour pouvoir transmettre aux générations futures le patrimoine culturel. 

Pour exercer le métier de régisseur il faut faire preuve de bon sens, de rigueur, de réflexion permanente et de réactivité.

Lisa Leflamand, Eva Bautista, Laurine Couderc (1ES3)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *