Exposition Alain Keler

Exposition Alain Keler –  Visa Pour l’Image

« Le journal d’un photographe »

Alain Keler est un photojournaliste né en 1945 à Clermont-Ferrand. D’origine juive et polonaise, ses grands-parents furent déportés à Auschwitz dans le convoi n°66 (il en fera un documentaire, The Last Journey, 2014).

Il commence la photographie dès l’âge de 16 ans et en 1975, il  travaille pour l’agence Sygma et  parcourt le monde avec son 50 mm. Il est présent dans divers conflits comme la guerre au Liban, en Irlande du Nord, au Salvador, à Tian’anmen en Chine, lors de la révolution iranienne et bien d’autres. Il tient depuis plusieurs années Le journal d’un photographe où il poste régulièrement un texte sur un sujet avec l’une de ses photos.

En 1989, il rejoint l’agence Gamma,  pour laquelle il travaille pendant 19 ans puis il cofondera le collectif Odyssey Images.

En 2008, il rejoint l’agence M.Y.O.P.

Photos présentes à l’exposition :

 

                 L’attente devant l’immeuble où habite Aldo Moro, Rome, Italie, Vendredi 21 Avril 1978

Le choix d’un titre et d’une légende se fait selon l’événement (ou bien dans la chronologie de plusieurs faits venant d’un conflit ou d’un mouvement politique) où se trouve le photographe.

Notes du photographe :

Vendredi 21 avril 1978.

« Rome est en ébullition. Des petits groupes se forment dans le centre de la ville. Parfois les échanges sont vifs, mais la plupart du temps les gens sont comme abasourdis par la situation. Devant le siège de la Démocratie Chrétienne, parti dont Aldo Moro est l’un des responsables, des badauds guettent les allers et venues des dignitaires, espérant sans doute glaner des informations qu’ils retransmettront ensuite à d’autres, histoire de se donner un peu d’importance et de s’imaginer un court moment qu’ils participent au bal des puissants.

Plus de nouvelles d’Aldo Moro depuis l’épisode du lac de la Duchesse. Les Brigades Rouges jouent avec les nerfs des politiques italiens dont les réunions succèdent aux réunions. L’impuissance de l’Etat apparaît dans toute sa splendeur. »

Informations qui nous manquaient :

Aldo Moro (1916-1978) fut un homme d’Etat italien appartenant à la Démocratie Chrétienne, dans les années 70. Il était à la tête d’un mouvement qui allait réunifier l’Italie, car le pays était séparé entre deux partis : le Parti Communiste Italien et la Démocratie Chrétienne.

Le 16 mars 1978, il est capturé par un groupe terroriste d’extrême gauche (les Brigades Rouges) alors qu’il était en chemin pour une session de la Chambre des Députés. Il est détenu pendant 55 jours et le 6 mai, il est retrouvé mort dans une Renault 4l grâce à des appels venant de personnes de la Brigade Rouge.

                     Patrouille de l’armée britannique, Portadown,Irlande du nord, Mercredi 6 juillet 1986

Notes du photographe :

Mercredi 6 juillet 1988.

Patrouille avec des soldats de la RUC – Royal Ulster Constabulary.

[ La police royale de l’Ulster (anglais : Royal Ulster Constabulary, RUC) est une émanation de la police royale irlandaise. Elle maintint l’ordre en Ulster du 1er juin 1922 à 2001, date à laquelle elle devient le Service de police d’Irlande du Nord. Elle affronta l’IRA provisoire et perdit de nombreux policiers dans des attentats au cours du conflit nord-irlandais. Son recrutement essentiellement protestant ou unioniste lui fut souvent reproché.]

« C’est une situation de guerre civile qui prévaut en Irlande du Nord depuis vingt ans. Je suis dans cette province du Royaume Uni pour un mois, accrédité auprès de différents organismes ou groupes politiques, la police, le RUC, Sinn Feinn, le centre de presse républicain etc.

Le RUC accepte que je fasse une patrouille avec les soldats. Je les accompagne dans les rues, me déplaçant dans leurs véhicules, principalement dans les quartiers catholiques, plus susceptibles d’incidents. Les Anglo- saxons ayant une attitude plutôt ouverte à l’égard des journalistes, cela me libère du coup de toute contrainte. Ce sera une journée calme, ce qui était assez rare à cette époque. J’aurai un aperçu de ce qu’était la vie quotidienne d’une ville en crise, où parfois il ne se passe rien, mais aussi où tout peut basculer très vite. »

Informations qui nous manquaient :

La situation de l’Irlande durant le XXème Siècle fut tumultueuse car il y eut trois guerres civiles. Cette photo fut prise durant la guerre nord irlandaise (1968-1998), qui a pour cause les différents entre les catholiques et les protestants se trouvant dans cette partie de l’Irlande.

                 Le Pianiste, Quartier général de l’Armée Russe, Grozny, Tchétchénie, janvier 1995.

Notes du photographe :

« Crise existentialiste ou recherche identitaire, ou les deux à la fois, Vents d’Est est le premier travail d’une série sur la vie- et les origines- de ma famille. Effectué entre 1993 et 2000, Vents d’Est est partagé en quatre parties, les quatre saisons, à l’intérieur desquelles sont mélangées les problématiques des minorités dans l’ex-monde communiste d’Europe. Les frontières y ont été supprimées car il n’y a pas de différences dans la souffrance entre l’Albanais du Kosovo sous le régime de Milosevic et le tchétchène de Russie sous les différents régimes de Moscou. Chaque saison représente un degré dans la situation de ces minorités telle qu’elle était lors de mes voyages. Dans l’hiver, j’ai regroupé toutes les minorités qui se trouvaient dans une situation désespérée. Le printemps voit arriver l’espoir, l’été le calme et l’automne la fragilité d’être membre d’une minorité dans un environnement politique instable où toute situation peut basculer très vite pour des raisons électorales. C’est après avoir commencé ce travail que je me suis aperçu que ce que je faisais n’était pas autre chose qu’une recherche de mes racines. »

Vents d’Est, 2000

Informations qui nous manquaient :

En 1994, la Fédération de Russie (ex-URSS/CCCP) attaque la Tchétchénie, pays qui avait déclaré son indépendance trois ans plus tôt suite à la dissolution de l’URSS. Cette guerre a duré deux ans (1994-1996). Une deuxième guerre a eu lieu entre 1999 et 2009. La guerre fut un échec pour l’armée rouge car peu entraînée dans des combats urbains et face à une résistance des plus farouches. Les soldats présents sur la photo n’attendront que le début de l’année 1995 pour arriver à la capitale tchétchène.

Loane Huyghe – Inès Imamame – Nathan Silhol

 

 

octobre 17, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *