Le Palais Idéal du facteur Cheval : Visite au cœur de l’imaginaire

La face ouest du palais, c’est par là que le facteur Cheval a débuté sa construction. Il a abouti cette partie du palais au bout de vingt ans de travail. Noémie Carnet 2019, Hauterives.

10 000 journées

93 000 heures

33 ans d’épreuves

C’est ce qu’il a fallu à Ferdinand Cheval pour bâtir son Palais Idéal. A cela s’ajoute une volonté et une persévérance sans faille et une patience surhumaine. Cent-sept ans après que la dernière pierre a été posée à l’édifice, celui-ci est toujours debout. A présent classé monument historique et ouvert au public, il ne cesse d’étonner  par sa splendeur et sa magnifique histoire.

De facteur à artiste

    Portrait de Ferdinand Cheval, réalisé des années après sa mort par Bernard Pras en 2014. Noémie Carnet 2019, Hauterives.

Ferdinand Cheval nait en 1836 à Charmes sur l’Herbasse, non loin de Hauterives, dans la Drôme. Cet homme bon mais un peu rustre, a eu une vie semée d’embûches. Il connait de nombreux décès au sein de sa famille qui l’accableront tous autant les uns que les autres. Après le décès de sa première femme Rosalie Revol en 1873, il confie son fils à ses parrain et marraine. Solitaire, il apprécie son métier de facteur qui lui fait faire entre trente et quarante kilomètres à pieds par jour pour effectuer sa tournée.

Quelques années plus tard, il se remarie à Claire Philomène Richaud qui lui donnera une fille, Alice Marie Philomène. C’est cette même année que l’idée du Palais lui vient, lorsqu’il  tombe sur une pierre à la forme étrange. Il débute alors sa construction au grand bonheur de sa fille. Malheureusement cette dernière sera emportée par la maladie quinze ans plus tard, un véritable drame pour Ferdinand qui ne s’en remettra jamais. Peut-être est-ce le chagrin qui lui donne la force de continuer son œuvre, car en 1922 après trente-trois ans de dur labeur, le facteur Cheval achève enfin son palais. Cependant il n’eut pas le temps de se réjouir bien longtemps car quelques mois plus tard, c’est son fils aîné qui décède, suivi deux ans après par le décès de sa femme.

Il ne fait aucun doute que Ferdinand Cheval était un homme brisé par le chagrin, mais la beauté de son âme et son imagination débordante se reflètent dans chaque centimètre de la merveille dont il est à l’origine

Un hymne à la diversité des cultures

Il suffit d’admirer ce palais qui, bien qu’inhabitable, est le résultat d’un travail colossal, pour réaliser à quel point le facteur Cheval était un grand rêveur. Au sein même de son architecture, cohabitent de nombreuses techniques toutes propres à une époque et un style différents. Cela va des colonnes grecques aux remparts médiévaux en passant par les statues romaines.

Ces sculptures géantes représentent César, Vercingétorix et Archimède. Noémie Carnet 2019, Hauterives.

Cheval était inspiré tantôt par la nature, tantôt par des cartes postales qu’il distribuait, ou encore par des photos ou images qu’il pouvait voir dans les premiers magazines de l’époque. Ainsi, il a orné son palais d’un bestiaire riche et varié, mais également d’une végétation luxuriante. Il n’a pas laissé de côté la notion de la religion, sculptant des synagogues, des mosquées et des églises, le tout parsemé par de nombreuses phrases sorties de ses pensées et gravées dans la pierre pour l’éternité.

« Château du Moyen-âge » et  « Maison carrée d’Alger » Noémie Carnet 2019, Hauterives.

Ce qui fait la magie de ce palais, en dehors des innombrables détails qui le recouvrent, c’est l’impression que l’on a quand on en ressort, d’avoir fait le tour du monde et des époques, en seulement quelques instants.

Une leçon de vie gravée dans la pierre

Tout comme la lecture d’une fable, la visite de ce monument nous apporte une leçon de morale. Ce que nous retenons de ces moments au cœur de l’imaginaire, c’est que dans une vie, les notions de temps, d’âge, d’origines et de genres ne sont pas importantes, seule la volonté compte, et le désir de créer, et lorsque ces deux éléments s’emparent de votre esprit, tout devient possible, comme de bâtir un Palais Idéal à mains nues par exemple.

 

« Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait »  Mark Twain

Noémie Carnet

novembre 6, 2019

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *