Une journée au Centre du Patrimoine Arménien de Valence

Le 8 octobre 2019 a eu lieu une sortie pédagogique pour les groupes et classes participant au projet mis en place par Mme Huguet et Mme Racaud : le projet « croiser les regards ». (?)

La sortie s’est déroulée au Centre du Patrimoine Arménien (CPA), situé en plein cœur de Valence (Drôme). Ce centre, inauguré en 2005, s’intéresse aux problématiques de notre siècle, et plus particulièrement aux flux migratoires que nous connaissons actuellement, et cela au travers de l’histoire de la diaspora arménienne, qui eut lieu entre 1915 et le début des années 1920. En tant que Photo-pôle, il organise également des expositions temporaires de photographes de presse comme prochainement Stanley Greene, ou des clichés plus contemporains.

La journée s’est déroulée en deux temps : 2 groupes ont été formés afin de les faire participer à des activités diverses.

La matinée à été consacrée à la découverte du « pourquoi ?» de la diaspora arménienne, et par conséquent du génocide des Arméniens, qui a eu lieu d’avril 1915 à juillet 1916. Le visionnage du documentaire «Mémoires Blessées : Le génocide des Arméniens», composé exclusivement de témoignages de proches ou de personnes ayant vécu ce traumatisme, permet de prendre conscience de l’ampleur du massacre, notamment sur les « marches de la mort » ou encore sur les nombreuses rafles qui ont eu lieu dans nombres de villages arméniens. Pourtant, cet événement est encore nié encore aujourd’hui par une grande partie de négationnistes.

S’en est suivie une activité qui permettait de mettre en parallèle les données extraites du documentaire ainsi que des informations données avec des planches de bandes dessinées, afin d’en déduire les différentes manières utilisées par les dessinateurs pour traiter ce sujet si sensible.

L’après-midi était quant à elle consacrée à l’analyse de photos de presse iconiques comme Napalm Girl de Nick Ut ou encore Marathon Girl. Cette première analyse nous a permis de dialoguer sur des sujets d’actualité comme la crise migratoire ou les révoltes civiles, mais surtout sur la façon dont ces photographes ont travaillé ces mêmes sujets au travers de leurs clichés.

D’un avis purement personnel, cette sortie m’aura permis d’en apprendre plus sur cet événement si peu enseigné dans les écoles qu’est le génocide des Arméniens, tant il me parait important de connaître ses tenants et ses aboutissants afin de mieux comprendre les schémas qui ont malheureusement conduit à trop de  meurtres de masse similaires.

Sacha Roux

Etaient présents : les BTS CIRA2, les TAPH, les TAPR et le club presse (Premières et Terminales

générales et technologiques)

novembre 6, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *