Le lac Victoria : un espace de vie et de mort

Lors de notre sortie pour le  «  Visa pour l’image » à Perpignan, nous avons dû choisir différentes photos du photojournaliste Frédéric Noy correspondant à la thématique suivante : Le Lac Victoria comme espace de vie et/ou de mort.

Cette photo nous apporte une notion de vie, le marché est un espace de rencontre où les gens viennent acheter de quoi se nourrir et partager leurs expériences. C’est un lieu de partage et de sociabilisation.

Sur cette photo, on perçoit une notion de vie car l’homme travaille pour produire de la nourriture mais également une notion de mort car pour créer ces plantations, les hommes ont détruit des milliers d’arbres et ont fait disparaitre de nombreuses espèces.

Cette photo nous montre une notion de vie avec la pêche qui permet à de nombreux habitants vivant autour du lac d’en vivre mais également une notion de mort avec la montagne de cadavres de poissons derrière l’homme, on peut imaginer un odeur pestilentielle qui s’en dégage. De plus, l’introduction des perches dans le Lac Victoria a détruit toute la biodiversité du lac étant donné que l’espèce s’est surdéveloppée et a fait disparaitre toutes les autres espèces de poissons du lac.

La photo ci-dessus nous montre une notion de vie avec les habitants qui se baignent et s’amusent dans l’eau après une dure journée. On a également une notion de mort car une maladie présente dans l’eau tue entre 20 000 et 200 000 personnes chaque année ; malgré cela les gens continuent de se baigner sans trop s’en soucier.

On a ici une notion de mort car les hommes polluent le lac autour duquel ils vivent en jetant des sacs plastiques dans l’eau dans laquelle les sacs se détériorent et polluent toute l’eau même dans les zones où l’eau semble « propre ».

On a ici la notion de la mort avec l’enterrement d’un homme qui travaillait pour le gouvernement afin d’identifier les pêcheurs illégaux. L’homme est mort par empoisonnement, il a été tué par des pêcheurs illégaux qui sont prêts à tuer pour pouvoir pratiquer la pêche et pouvoir en vivre et nourrir leurs familles.

Nous avons trouvé dans l’exposition de Frédéric Noy des photos montrant des notions de vie, de mort ou encore les deux à la fois sur la thématique du Lac Victoria. On ressent que la situation là-bas est assez précaire et que de nombreux dangers sont présents, que ce soit pour l’Homme ou pour l’environnement.

 

Photographies Lucas Schoch – Visa pour l’image – Perpignan – 16 septembre 2019

Lucas Schoch – Maëlys Delohen – Mathéo Depret

novembre 7, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *