Intervention de Pierre Bonnet aux Journées des mémoires

Le mardi 12 novembre nous avons assisté aux Journées des mémoires à l’amphithéâtre du lycée Albert Einstein. Nous étions présents pour l’intervention de Pierre Bonnet. Pierre Bonnet travaille en tant que diplomate au Ministère des Affaires Etrangères. Un diplomate est une personne qui représente son pays à l’étranger et qui défend les intérêts de son pays à travers le monde. Pierre Bonnet est quant à lui chargé des relations franco-rwandaises. Son intervention portait principalement sur l’explication de la construction d’une politique mémorielle entre ces deux pays. En effet les relations franco-rwandaises sont assez tendues. Un génocide a eu lieu au Rwanda en 1994. Ce génocide orchestré par les Hutu contre les Tutsi aurait pu être semble-t-il évité, du moins c’est ce que pense le gouvernement rwandais. Les Français avaient lancé à cette époque une opération appelée l’opération Turquoise, qui consistait à créer une zone humanitaire au Rwanda. Sauf que beaucoup de génocidaires ont pu fuir et le nombre de militaires français mobilisés lors de cette expédition aurait suffit à arrêter le génocide. Les Rwandais conservent donc un fort ressentiment à l’égard de la France.

Pierre Bonnet a donc construit son intervention autour de la politique mémorielle de la France vis-à-vis du Rwanda. Il nous explique son métier : il doit rechercher des actions à faire faire au Président français ou aux différents ministres français, son service écrit des notes qui sont transmises au Ministre des Affaires Etrangères ou directement au Président si la mission est importante. Ces notes vont être lues et si elles sont acceptées, elles entraîneront une modification de l’agenda ministériel ou présidentiel. Il y a par exemple des notes où l’on demande au Président d’être présent à une inauguration pour améliorer les relations de la France avec le pays où a lieu l’inauguration. Pierre Bonnet et son service cherchent aussi des projets à faire comme par exemple une commission d’enquête pour déterminer la vraie participation de la France dans le génocide rwandais.

Pierre Bonnet nous a aussi expliqué la politique mémorielle vis-à-vis du Rwanda. Cette politique est très difficile à mettre en place car les relations franco-rwandaises sont très compliquées. Ces relations ont commencé à s’améliorer, nous dit Pierre Bonnet, entre 2009 et 2011 car le Président français de l’époque s’est rendu au Rwanda (en 2009) où il a admis que la France avait commis une erreur d’appréciation face au génocide (s’ensuivra sous le président Hollande un gel des relations diplomatiques entre les deux pays). Il va y avoir une nouvelle impulsion à partir de 2018 : Emmanuel Macron et Paul Kagame (président rwandais) veulent aller de l’avant. Ils ont donc instauré une politique mémorielle entre les deux pays : la France a autorisé une équipe d’historiens impartiaux à accéder aux archives françaises, pour connaître la véritable implication de la France dans le génocide. Paul Kagame est venu à Paris (ce qui n’était pas arrivé depuis 2015). La France aide aussi le Rwanda à améliorer son image internationale et l’appuie sur la reformation de l’Union Africaine. Pierre Bonnet finit son intervention par : La France est-elle coupable ou non ?

Cette intervention était très enrichissante, elle nous a permis de mieux connaître la diplomatie et les relations internationales entre la France et le Rwanda. L’humour de monsieur Bonnet rendait son intervention plus vivante et intéressante. Nous avons donc trouvé cette dernière très pertinente pour les Journées des mémoires.

Virgile Fernandez

Matéo Perrier

 

décembre 9, 2019

  • Répondre à Mourier-Fernandez Annuler la réponse

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *