« Il s’appelle Président… »

« Il s’appelle Président… » Gaël Faye, Pili pili sur un croissant au beurre*

Tes beaux discours nous ont tous trompés

Maintenant tu te crois au-dessus de tout le monde

Maintenant tu penses que le monde est à tes pieds

Maintenant tu penses que tu es devenu immortel

Je m’adresse à toi Monsieur le Président ou dois-je dire le dictateur

Tu es né dans l’amour mais tu es allé vers la haine

Tu es devenu ce tyran à nos yeux

Le ciel a pleuré ta naissance

Car les étoiles et la lune se sont confondues

Le peuple rit de l’obscurité

Ton existence ne fait que nuire à notre bonheur

Je pense que tu ne sais pas ce que vaut réellement la vie

Tu penses que la vie s’arrêtera à ton règne

Autour de moi les gens ne cessent de souffrir

Autour de moi les arbres se sont effondrés

Qui es-tu donc pour nous imposer ta loi?

Qui es-tu donc pour nous enlever notre liberté de penser ?

Qui es-tu donc toi pour exercer ta force sur nous?

Tu es un homme comme les autres

Mais tu penses avoir tout contrôlé

Tu nous avais promis un bonheur

Je vis dans un monde sans liberté

Un monde où les murs parlent entre eux

Un monde où les objets sont devenus les ennemis de l’homme

Je n’arrive pas à croire qu’un seul l’homme fait taire tout un peuple

Tu forces les peuples à t’aimer, à t’obéir

Crois-tu que cet amour est sincère?

L’assassinat est devenu ton métier

Sache que ton règne n’est pas éternel

Il tombera quand les peuples se relèveront

Il tombera quand la terre redeviendra ronde

Dis à tes démons que leur règne prendra fin le jour où il pleuvra.

Aminata Dicko

* Ce poème s’adresse au Président du Mali, en hommage à la chanson de Gaël Faye.

janvier 6, 2020

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *