7371.14

Nous sommes en novembre, peu avant les fêtes de Noël.

Cédric, expert-comptable, haïssait sa famille, celle-ci étant pauvre. Cédric, lui, gagnait bien sa vie, du moins, c’est ce que l’on pensait quand on voyait sa grande demeure familiale, composée d’un étage et d’un toit plat. Pourtant, il n’avait toujours pas de femme. Rien d’étonnant puisqu’il n’était pas sociable « Il est très solitaire » nous disait-on, quand on essayait d’en savoir plus sur lui et « il se pense au-dessus de tout,  rien ne peut lui arriver », ce qui fut une belle erreur…

Un mercredi soir, alors qu’il rentrait du travail après avoir mangé, et qu’il s’apprêtait à aller au premier étage pour dormir, son téléphone fixe se mit à sonner. Il alla le décrocher :

– Service d’achat et d’installation d’alarme, bonjour. Cela vous intéresse-t-il d’avoir une alarme ?

– Combien de fois vais-je vous le redire, je n’ai et je n’aurai jamais d’alarme !

Deux jours après l’appel téléphonique, en fin de semaine, Cédric, fatigué, monta se coucher. Soudain un bruit venant de la cuisine retentit, mais Cédric était déjà endormi et ne l’entendit pas.

Ce bruit provenait d’un voleur qui entrait par effraction dans la maison. Ce cambrioleur adorait sa famille contrairement à Cédric. Il avait commencé à voler les maisons du quartier pour avoir assez d’argent pour gâter son fils à Noël. Il chercha une alarme, en vain. Et s’étonna de ne pas en trouver dans une maison aussi luxueuse. Il commença à fouiller le rez-de-chaussée, puis le premier étage en prenant par ci, par-là, des objets et de l’argent.

Alors qu’il s’apprêtait à partir, il aperçut un autre escalier. Il le monta et se retrouva dans un grenier au toit en pente. Pourtant, lorsqu’il avait fait le repérage de la maison, cette dernière avait un toit plat et seulement un étage ! Le grenier était un peu poussiéreux et plutôt grand. Il commença à chercher ce qu’il pouvait dérober, quand soudain il vit une magnifique Rolex. Il s’en saisit aussitôt ainsi que de quelques jouets pour ses enfants.

Il inspecta plusieurs fois le grenier et alors qu’il allait partir, ses yeux s’arrêtèrent sur une simple calculatrice. Elle n’avait vraiment rien de spécial, mais sans trop savoir pourquoi, il la vola et partit aussitôt pour rentrer chez lui. Il ne se rendit pas compte que la calculatrice scintillait.

Le lendemain, après avoir amené son fils à l’école, le voleur alla chercher dans la cave de sa maison son butin de la nuit, en triant ce qu’il garderait et ce qu’il vendrait. Après le tri, il fit une estimation des objets à vendre. Une fois qu’il eut fini, il voulut connaître le montant total. N’étant pas très fort en mathématiques, il allait abandonner l’idée, mais il se souvint alors de la calculatrice. Il l’a pris et l’alluma, content de voir qu’elle fonctionnait. Il tapa son calcul. Au moment où il appuya sur la touche « entrer », son visage prit une expression de joie, quand les chiffres « 7371,14 » s’affichèrent.

Dix secondes après avoir appuyé sur la touche, il y eu un bip sonore venant du téléphone du voleur. Il regarda son portable, et son visage  jusqu’à présent joyeux passa à la stupeur. On pouvait lire dans ce message « Un virement de « 7371,14 » euros vient d’être réalisé sur votre compte à partir d’un compte anonyme » …

Romain BOURRIER

 

janvier 20, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *