Les voitures électriques, une réelle solution ?

De nos jours la société et le gouvernement essaient de nous pousser à acheter des voitures électriques. En effet, l’interdiction de vente de voitures thermiques prévue pour 2040 et la construction de bornes de recharge en sont les principaux fondements.

Les voitures électriques sont dites  « écologiques » mais sont elles réellement bonnes pour l’environnement ? Nous sommes sceptiques, et en tant qu’étudiants fortement concernés par l’écologie, nous avons décidé de vérifier.

La Construction

Les véhicules électriques ont besoin de matériaux dont l’extraction est souvent polluante, par exemple le lithium qui est nécessaire pour les batteries consomme beaucoup d’eau et de produits chimiques afin d’être extrait, ce qui provoque des problèmes de manque d’eau, et de pollution de l’environnement dans les pays exploitants comme la Bolivie, le Chili et L’Argentine.

Un véhicule électrique aura à la sortie d’usine rejeté plus de dioxyde de carbone qu’un véhicule thermique. Il faut rouler environ 40 000 kilomètres soit en moyenne 3 ans pour qu’un véhicule électrique soit moins néfaste pour l’environnement qu’un véhicule thermique.

Les sources d’énergie

La pollution dépend aussi fortement de l’origine de  l’énergie qui recharge la voiture.

Si l’énergie provient majoritairement de sources renouvelables (solaire, éolien) ou peu carbonées (nucléaire) comme en France ou en Norvège, la voiture électrique peut obtenir un bilan carbone inférieur à celui d’un véhicule thermique.

Cependant si l’énergie est principalement produite par des énergies fossiles (gaz, pétrole, charbon) comme c’est le cas dans de nombreux pays (Chine, Etats-Unis), le véhicule électrique permet de réduire la pollution de l’air dans les villes, mais le rejet de dioxyde de carbone subsiste indirectement : il est uniquement déplacé.

Le Recyclage

Il faut aussi penser au recyclage de ces véhicules, le parc français de véhicules électriques était de 124 000 en 2018 et la part de véhicules électriques va considérablement augmenter dans les années à venir pour atteindre, en 2030, 50% des véhicules vendus.

La durée de vie d’une batterie est de 8 à 10 ans. Actuellement peu de monde s’intéresse au recyclage de ces batteries car il est compliqué et il est plus rentable d’extraire de nouveaux métaux dans les mines. Cependant d’ici 2030 la quantité de batteries usagées pourrait atteindre 100 000 tonnes par an, ce qui est loin d’être négligeable.

Donc les voitures électriques c’est bien mais ça pourrait être bien mieux, en améliorant l’extraction des métaux nécessaires à leur construction, en développant les énergies peu polluantes et en accentuant le recyclage des batteries.

Il faut aussi prendre en compte que la forte augmentation de véhicules électriques se traduira par une demande électrique importante et quotidienne, qui devra être étalée, mais surtout ce sera compliqué de la garantir avec des sources d’énergie renouvelable qui sont majoritairement intermittentes.

Tous ces challenges nous concernent nous, les jeunes lycéens qui devons nous soucier plus que quiconque de l’écologie.

février 25, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *