Interview de Marie-Christine et Jocelyne

Interview de Marie-Christine (grand-mère de Romane) et de Jocelyne (grand-mère de Thomas et maxime)

Comment vos petits-enfants vous ont-ils présenté le projet ?

MC : Ma petite fille m’a dit qu’elle avait un projet à l’école qui était sur les grands-mères et m’a demandé si ça m’intéressait d’y participer parce que ça pouvait être sympa.

J : Tout simplement en me disant que la prof de Français et celle d’Histoire avaient l’intention de faire un projet qui met en relation enfants et grands-parents. Ils m’ont demandé si j’étais d’accord d’y participer et j’ai dit oui car j’étais d’accord. Mais ils n’étaient pas très bavards, ils ne m’ont pas tellement expliqué.

Qu’est-ce qui vous a poussé à y participer, avez-vous hésité ?

MC : Non je n’ai pas du tout hésité parce que ça fait encore des souvenirs avec ma petite-fille et encore des bons moments.

J : Non, je n’ai pas hésité une seconde, parce que tout ce qui concerne mes petits-fils m’intéresse et un projet dans leur classe auquel je pouvais participer : j’ai dit oui directement.

Qu’avez-vous ressenti en vous replongeant dans vos souvenirs ? Dans les photos ?

MC : Que le temps passe vite et qu’il faut profiter de la vie. De ses petits-enfants parce qu’ils grandissent trop vite !

J : J’ai ressenti un peu de nostalgie, mais la nostalgie n’est pas un mauvais sentiment. C’est le retour sur des périodes heureuses de ma vie que ce soit au lycée, que ce soit pendant nos premières années de mariage avec [le grand-père des jumeaux] par exemple. Mais c’est également avec un cœur un peu serré que j’ai vu l’une des photos de ma meilleure amie qui est décédée à l’âge de 50 ans. Là c’était un peu plus dur… A part celle de Nicole, voir toutes les autres photos évoquait des années de bonheur. C’était beaucoup de joie et peu de tristesse.

Est-ce que vous vous êtes préparées pour la prise de vue dans Bagnols-sur-Cèze ? Si oui comment ?

MC : Non, je ne me suis pas préparée parce que je savais que ce serait sympa, je prends les choses comme elles viennent.

J : Non j’y suis allée assez sereinement,  je ne me suis pas préparée, je n’étais pas inquiète.

 Est-ce-que ça a changé vos rapports entre vos petits-enfants ?

MC : Cela n’a pas changé nos rapports car ils ne peuvent pas être moi que ce qu’ils sont déjà, ça ne peut que les renforcer.

J : De les voir avec leurs profs et leurs camarades de classe c’était nouveau pour moi. Je ne les connaissais pas dans ce cadre-là, je les connaissais plutôt dans le cadre familial, donc ça m’a plu de voir qu’ils avaient des amis et qu’ils étaient sympathiques. Les rapports avec leurs profs étaient assez faciles, plus faciles qu’avec ceux que j’ai connus. Moi, quand j’étais au lycée, par exemple, on ne faisait pas ce genre de projet alors ça m’a plu

Le projet vous a t-il angoissée?

MC : Non pas du tout, je n’étais pas du tout stressée.

J : Non pas du tout, ça ne m’a pas angoissée

 Avez-vous aimé participer à ce projet ? au shooting ?

MC : J’ai beaucoup aimé y participer, il y avait une bonne ambiance.

J : Oui. Bon mercredi, c’était un peu long ! Il faisait chaud, il y avait des marchands pas très sympas, on était fatiguées… mais bon ça c’est dû à notre âge… Mais sinon, c’était sympathique, on a parlé avec les commerçants, les profs, les élèves, c’était sympathique !

Est-ce-que cela vous a demandé beaucoup de temps ?

MC : Non pas du tout parce que j’ai tout mon temps, je suis à la retraite.

J : Non, non ! Lorsqu’on est retraité on a beaucoup de temps et passer du temps avec mes petits-fils c’est du temps agréable, je n’ai pas eu l’impression d’avoir perdu du temps ; ça m’a beaucoup plu ce projet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

octobre 6, 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *