« Soleil »

Soleil

Soleil, libre et sauveur de ses sinueux retours.

Les linons s’étalent en sillon de lumière d’or :

Surplombant le ciel, nous réduisent en corps

Volatiles, encore libres face au grand jour.

L’illusion de cette beauté est des plus laides.

La glace est lasse par les laides :

Les laits de nos effrois, de nos pauvres sentiments.

Des luxes qui supplient, appel à l’aide. Charmants.

Les longs obstacles perturbateurs

Font face à nos faibles malheurs :

Les nuits glissant sous les heures, vers nos stupeurs

Qui s’effacent, en souleur face aux douces heures.

 

Gustav Bourges

3 commentaires

  1. Encore une fois, très bien écrit !
    Va falloir que tu me donnes des cours de poésie… Ca pourrait m’être utile !
    Hormis ça, bravo Gustav, c’est magnifique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *