Histoire des arts ,Ni l'un ni l'autre

"Qu'est-ce que la réussite? C'est rire beaucoup et souvent; C'est gagner le respect des gens intelligents Tout autant que l'affection des enfants; C'est mériter l'appréciation des gens honnêtes Et supporter la trahison de faux amis; C'est apprécier la beauté des êtres; C'est trouver en chacun le meilleur; C'est apporter sa contribution, aussi modeste soit-elle: Un enfant bien portant, un jardin en fleurs, Une vie qu'on a rendue plus belle; C'est savoir qu'on a facilité l'existence De quelqu'un par notre simple présence. Voilà ce qu'est la réussite."Emerson.

STREET ART

—–

STREET ART=ART DE LA RUE= Mouvement artistique subversif,contestataire aux  pratiques multiples qui inscrit l’art dans la rue, dans l’espace publique= accessible à tous (citoyens et non citoyens de la ville).=un musée ouvert.

« un mot fourre-tout » C215

« un phénomène quasi universel. »…Sa propagation est planétaire à divers titres. »…Ces extension et expansion planétaires ont été thématisées par des artistes français de réputation mondiale comme Space Invader, variant indéfiniment sa chasse à l’alien envahisseur, et JR dont les photographies urbaines collaboratives mobilisent des « communautés » transnationales. Pour Epi2mik, le street art est proprement viral, et se répand de mur en mur dans une contagion visuelle sans limite. En cela le street art dissout les frontières nationales, patiemment composées et arrêtées par les hommes politiques. »

 

  •  art non officiel= clandestin=non -conformiste= s’oppose à la loi de la cité.

 

  • EST- CE de l’ ART? un « ART BATARD »?
  • Différent du High art=art pur=art de race= art classique.  Déjà 1960,Discrimination dans le pop art.(Art populaire) car inspiration PUB/BD.Remise en cause de l’art.

See original imageSee original image

Banksy

See original image

 

Le débat qui cherche à déterminer si le graffiti est un art ou un acte de vandalisme existe depuis toujours.

See original image

LE TAG SANS MESSAGE SANS VOLONTE ARTISTIQUE  PEUT-IL ETRE INCLU?

  • Qu’est ce qui différencie un graffiti artistique et non artistique?
  • Qu’est ce qui définit valeur artistique?

LE REGARD SUR CET ART A CHANGE.

Une partie des tags et des graffitis a gagné une vocation esthétique

DU MUR A LA TOILE.See original image

DE LA RUE AU MUSEE

DE LA RUE AU MAGASIN DE LUXE

ART PASSE DE LA RUE A LA GALERIE
ENTRE DANS LE SYSTEME MARCHAND

De la rue à l’entreprise= JR l’artiste.Afficher l'image d'originekaractere-blog-narbonne-jr-pantheon (6)karactere-blog-narbonne-jr-pantheonAfficher l'image d'origine

JR au panthéon

Afficher l'image d'origine

Le photographe JR expose des anonymes au Panthéon.

LE STREET art est A LA MODE=L’ère Banksy

 

.=La STREET CULTURE=mode

See original imageSee original imageSee original imageImage result for graffiti et mode haute couturestreet art zevs Louis Vuitton See original imageImage result for graffiti et mode haute couture

Rencontre entre l’art de la rue et haute couture

 

Le graffiti entre dans les musés et est vendu. le Street-art glisse vers une institutionnalisation tout en s’embourgeoisant.

EST-ce ENCORE DU STREET ART?????

www.francetvinfo.fr › Culture

Le street art s’invite dans les galeries – Francetv info

www.francetvinfo.fr › Culture
26 avr. 2015

L’art de rue a acquis une certaine reconnaissance, et de nombreuses galeries lui ouvrent grand leurs portes ..

Urbacolors, l’application qui vous dit où trouver du street art.

Urbacolors, l’application qui vous dit où trouver du street art

www.konbini.com/…/urbacolors-application-streeta

28 janv. 2015

Urbacolors, l’application entièrement dédiée au street art compte aujourd’hui près de 7000 utilisateurs et

HORS ART ANTI SOCIALSee original image

 

réintégré dans le monde de l’art récupération????

N’Y A T’IL PAS  CONTRADICTION? POURQUOI?

 

À partir de 1980, les galeries et grands événements de l’art contemporain s’ouvrent progressivement à la scène underground et le graffiti acquiert ses lettres de noblesse en tant que discipline esthétique. Alors qu’ils sont tous deux invités à participer à la documenta de Kassel en 1982,

Keith Allen HaringAfficher l'image d'originekeith-haring-houston-nyc-2.jpgAfficher l'image d'origine

Keith Haring et jean michel Basquiat  aux= “picturo-graffitis” qui sont de véritables murs peints à réelle valeur artistique.

L’exposition Street Art présentée à la Tate Modern en 2008

l’exposition TAG au Grand Palais en 2009

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

T.A.G. au Grand Palais.

T.A.G. au Grand Palais : plus de 80 000 visiteurs en un moisLe T.A.G. au Grand Palais : c’est de la bombe !

.A.G. au Grand Palais. Plus de 80 000 visiteurs en un mois.
Collection Grand Palais, François Tomasi – See more at:

 

See original image

EXPOs musées.

Pressionnisme

 

Pressionnisme

L’exposition rassemblera près d’une centaine d’œuvres, réalisées dans les années 1980 et 1990 par les plus grands maîtres du graffiti sur toile

See original image

Ventes aux enchers

 

LE LUXE RENCONTRE LES GRAFFITI

See original image

JonOne tags up Eric Cantona’s Rolls-Royce for Artcurial

IL PEUT ÊTRE UNE STRATEGIE POLITIQUE

GAGNER LA POPULARITE  auprès DES JEUNES ELECTORALEMENT

INTEGRATION DE LA CULTURE URBAINE DES 1981 LA GAUCHE AU POUVOIR=DEMOCRATISATION DE L’ART.François Mitterand Président  SOCIALISTE.=idéologie de GAUCHE=peuple.

la démocratisation culturelle

See original image

Jacques lang <ministre de la culture=création de la fête de la musique=le citoyen participe à la création.

See original imageAfficher l'image d'origine

André Malraux, Ministre d’État, chargé des Affaires culturelles de juillet 1959 à juin 1969,

  • Il faut permettre à tout un chacun d’y accéder à l’art.

Jack Lang, Ministre de la Culture de mai 1981 à mars 1986 puis de mai 1988 à avril 1992.

  • l’élargissement de la sphère de la culture légitime, c’est-à-dire l’intégration dans cette notion de culture de critères qui n’y figuraient pas auparavant, à l’image de la promotion de la BD au festival d’Angoulême, des graffiti…

Jacques lang <ministre de la culture=création de la fête de la musique=le citoyen participe à la création

 

LE Graffiti:C’est quoi?

inscription:Apposer sa marque, sa signature, son siglet sur un mur,marquer l’espace urbain pour communiquer à l’aide de mots , d’images.

Le mot italien graffiti dérive du latin graphium (« éraflure ») qui tire son étymologie du grec graphein (???????) qui signifie indifféremment écrire, dessiner ou peindre. Ecrire avec un outil agressivement contre un mur (écrire avec un poinçon) 

ITALIEN SGRAFFITO  ou SGRAFFITE= Coup de griffe,égratignure.

See original imageSee original image

 

DES 1960 REVALORISATION

REVALORISATION D’UNE FORME D’ART « Sauvage », « Brut »

« ART BATARD DES RUES MAL FAMEES » Brasaï en 1933.“Du mur des cavernes au mur d’usine”,

Intérêt , regard artistique sur ce qui n’était pas de l’art.REGARD NOUVEAU.

En 1960, le photographe Brassaï publie le livre Graffiti, fruit de trente ans de recherches,

Les Surréalistes quelques peu héritiers du “Mouvement Dada” publient l’oeuvre de Brassaï sur les graffitis, dans “Minotaure”,

 

See original imageSee original image

See original imageSee original image

“THE LANGUAGE OF THE WALL”

Intérêt pour les écritures automatiques  proche de l’appariton du tag, qui n’est qu’une signature rapidement posée sur n’importe quel support.

Expression de la pulsion, de l’inconscient.Valorise la spontaneité

LE TAG ET GRAFFITI associé à l’impure/ les lieux du refoulé.

 

LE GRAFFITI C’EST PAS NOUVEAU:Naissance dès l’antiquité (Agora Athènes), Pompei, dans l’espace publique.

 

Inscription espagnole au El Morro National Monument, 1605, avec des graffitis ultérieurs.

Graffiti d’un vaisseau romain en provenance de la villa du Viély à Cucuron daté du 3e quart du Ier siècle.

  • les graffitis sont par essence éphémères et disparaissent, soit parce que leur support a disparu, soit parce qu’ils ont été effacés ou recouverts manuellement ou qu’ils ont été victimes de l’érosion naturelle de leur support.

 

POURQUOI FAIRE DES GRAFFITI SUR UN MUR

1)Le mur est un lieu de la parole refoulée.(grossière)..Les mur ont la parole, parole interdite, autorisée.Le mur est légiféré.Loi DE 1881.

obscènes, scatologiques ou satiriques.

Ce récent article du Daily Telegraph nous montre que les Romains n’avaient pas leur langue dans leur poche, et que la plupart des grossièretés que nous employons aujourd’hui ne datent pas d’hier. Entre les « m… à celui qui lira » très premier degré et les « va te faire… » divers et variés, les murs de la Rome antique étaient criblés de graffitis tout aussi crus que les nôtres.

See original image

Rome, iie siècle, un âne crucifié. Le commentaire Alexamenos adore son Dieu suggère que ce dessin raille un Romain converti au christianisme.

Planche de graffitis romains

Caricature d’un homme politique, découverte dans l’atrium de la Villa des Mystères à Pompéi.

 

« Dans des villes de plus en plus déterminées par la calculabilité du monde, des routes, des immeubles, dans des villes conditionnées par la maximisation des transports et la gestion programmée des flux de personnes, où les voies de communication portent mal leur nom, le street art introduit de l’imprévisiblité et de la communication directe. Il réintroduit de l’incertitude dans un urbanisme déterministe. D’où, pour les pouvoirs publics, une version « allégée » qui consiste, dans les nouvelles zones urbanisées à en faire un décor urbain pour donner unvisage à des façades mortes, et les rendre vivables et conviviales. »

 

2) Transmettre un message lisible de tous qui fera réfléchir/

Interpeller.= messages politiques, =expressions sexuelles = réalisations ludiques.

UN MESSAGE ENGAGE=LE MUR EST UNE TRIBUNE=LIEU DE LA PAROLE=DE LA LIBRE EXPRESSION= Espace publique=espace du débat démocratique=Espace de la publicité (Habermas) = La parole n’est pas entendue???l’artiste utilise son art comme un medium de communication afin de déclarer son mécontentement envers la société et les hommes politiques.Il peut apporter une conscience citoyenne et être favorable à une paix sociale »

LIBERTE D’expression de la rue du peuple.

 

1/ Un street art contestataire et radical rejette le système moral, économique et politique en place.Ce street art est alors une éthique comme un vecteur de propagande politique. Anticonformiste, parfois clandestin, il ne reconnaît ni « système » ni le marché de l’art qui en est une manifestation.

 

« Il veut le renverser pour un autre monde, au nom d’une visée révolutionnaire, libertaire et altermondialiste, ou réactionnaire, identitaire et régionaliste.

il est la mauvaise conscience du capitalisme, sa dénonciation cynique en vue d’un renversement des valeurs, »

Ces activistes revendiquent le vandalisme et l’illégalité.

Street art: art ou contestation ? un outil de révolte devenu ornement urbain.

ANTI -GUERRE, CONTRE LA DOMINATION DU POUVOIR

See original imageSee original imageSee original imageBanksySee original image

banksy-theme-park-dismaland-2See original imageSee original image

Son déroutant parc d’attraction parodiant Disneyland.

 

Sujet sur la vie dans la ville, dans la cité.Contestation sur la gestion de l’espace urbain.

 

Afficher l'image d'origine

Sujet sur le « vivre ensemble », le racisme, l’intolérence.La question de l’identité

Messages politique contestataire=Quoi de mieux pour exprimer son avis que de l’imposer aux passants.PROBLEME DE l’IDENTITE NATIONALE ET DU COLONIALISME

See original image

Contre les préjugés

See original image

combo

 

LE FEMINISME: Engagement pour la place de la femme dans la société.

 

, critique.Afficher l'image d'origineMiss Tic Flash back galerie Lelia Murdoch du 6 nov au 30 janvier 2016

 

Afficher l'image d'origine

La pochoiriste MissTic a dû renoncer à utiliser la rue comme support d’art après avoir reçu deux amandes d’environ 2000 euros. Sa mairie lui a mis à disposition une salle d’exposition où elle peut exposer légalement ses pochoirs.

ReAfficher l'image d'originevendication:CONTRE LES INSTITUTIONS,

 

Ouvrir les yeux sur une société nécrosée par le matérialisme, l’individualisme et le bourrage de crâne des médias.Contre un discours ambiant.

 

 

L’ETATAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

LE MUR EST un espace critique.Il interroge notre vie dans la cité.

espace de propagande/contrepropagande

LE MUR COMME ROLE EDUCATIF CONTRE LA DROGUE: KEITH HARING

Afficher l'image d'origine

Contre la drogue l’artiste de la rue s’engage, participe au débat politique.

BANKSY

Afficher l'image d'origine

Le street art britannique (et pas que Banksy) détourne les JO

CONTRE LA SOCIETE DE CONSOMMATION: LE MUR EST L’ESPACE DE LA PUB affiches

Afficher l'image d'origineDe la publicité à l’expression publique : Grenoble première grande ville européenne à libérer l’espace public. Explications.

Grenoble libère l’espace public et développe les expressions citoyennes

Grenoble se libère de la publicité !Au total, ce sont 326 panneaux publicitaires qui vont progressivement disparaître du paysage urbain. Le groupe JCDecaux  commencera leur démontage au mois de janvier, pour trois mois environ.

la ville comme lieu de l’image commerciale.See original imageAfficher l'image d'origineZStreet art EVS Coca ColaAfficher l'image d'origine

ZEVS TAKES ON MCDONALDSAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

LE STREET ART EST TRANSGRESSION/PROVOCATION

le street art est une révolte contre la nudité du vide, une révolution sociale. Le graff ou le tag n’est pas une marchandise d’art qui se cherche à vendre. Ils ne sont pas médiatisés et ne s’achètent pas. Ils rejettent totalement la société de consommation.

 

 

“J’veux qu’ça plaise pas à me mère” – Honet

ART TRANSGRESSIF

 

LE TAG ET GRAFFITI associé à l’impure/ les lieux du refoulé

  • 2)être reconnue comme art,:à partir de quel repère une intervention de rue devient art ou cesse d’en être ?????
  • Le concept est de montrer que l’art mural est « in situ » FAIRE DE L’ART dans la rue.Apporter de la beauté dans la rue =D’un mur gris sans intérêt, on apporte une nouvelle dimension. Réesthétiser la ville.La faire voire différemment artistique.

Le tricot de rue ou l’art de manier les aiguilles en ville Gauche : Jessica Alberg - Droite : Collectif France Tricot

Gauche : Jessica Alberg - Droite : Collectif France Tricot

 

  • APPORTER DE LA COULEUR
  • 3)Le graffiti est une façon de s’impliquer dans sa ville, de se faire plaisir et de faire plaisir.

 

See original imageSee original imageSee original image

4)L’ART DOIT TENIR COMPTE DU DECOR, S’INTEGRER, Utiliser le lieu. Détourner les éléments de la rue.Surprendre le passant/ Interrompre sa marche et lui permettre de regarder sa rue comme lieu possible d’un imaginaire.

Transformer la rue, les éléments urbains, signalétique qui règle la rue.Perturber.

dérégler les codes.

 

Cet artiste français vous donne le sourire à chaque coin de rue grâce à ses mises en scène délirantes

oak-oak-street-art-bruce-lee

oak-oak-street-art-otarie

oak-oak-street-art-prisonoak-oak-street-art-spider-man

oak-oak-street-art-trompe

QUESTIONNER LE PASSANT EN PERTURBANT SON QUOTIDIEN

Afficher l'image d'origine

  • 4)C’est une  pratique de rue à finalité identitaire.
  • Affirmer une identité artistique ;L’œuvre et sa signature sont un pseudonyme « un blaze » qui donne à l’artiste une identité. Le graffeur est « reconnu » par ses pairs, c’est-à-dire que chaque graff est assigné à un auteur. Le tag et le graff c’est « se faire connaître », « se faire reconnaître »

LE TAG pas artistique devient artistique

JE TAG DONC JE SUIS:Le graff refuse d’être anonyme : derrière chaque signature il y a quelqu’un qui a voulu laisser sa trace, une jeunesse délaissée

 les tags et les graffs comme des :

« cris de la jeunesse exilée, marginalisée et sans perspective ».

les graffs permettent de s’évader et de se sortir de l’échec scolaire, la galère, la violence, le manque de repères et de travail.

 

  • Quel est le contexte de création du graffiti?

Le graffiti urbain s’est développé souvent dans un contexte de tensions politiques : pendant les révolutions, pendant la guerre d’Algérie, en mai 1968 au Quartier Latin, sur le Mur de Berlin…

Afficher l'image d'origineDescription de cette image, également commentée ci-après

ETIQUETTES à COLLEES PARTOUT« Camarades enragés, découpez ces étiquettes et collez-les partout !… Nous vous recommandons le dos des C.R.S. Si vous n’avez pas de colle, clouez-les ! », L’Enragé, no 1, 1er mai 1968.

Envahir l’espace publique pour contester…manifester.. l’espace de la publicité

Paris en juillet 1968.

En France, les événements de mai 1968 offrent un contexte propice à une expression transgressive et provocatrice. Les messages sont politiques, culturels et sociaux, non dénués d’une certaine poésie et surtout, contestataires.

Afficher l'image d'origineMur de berlinAfficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

BerlinBerlinAfficher l'image d'origine

Traverser le mur

 

LE STREET ART ET LE PROBLEME DE L’ESPACE PUBLIQUE:L’espace publique est réglementé.

 

Zevs décide alors de faire du street art ‘propre’, de manière à ne pas salir les murs de la ville : il s’initie au Reverse Graffiti !Il utilise un Karcher pour réaliser ses œuvres et va même jusqu’à écrire des messages invisibles à l’œil nu, que seul la lumière noire (ultraviolette) est capable de révéler.street art zevs reverse graffitiStreet art Zevs invisible-graffitistreet art Zevs W-hotel Paris

Afficher l'image d'origine

 

 

DONC PAS TOUJOURS RECONNU PAR AUTORITES PUBLIQUES.Il est à noter qu’en France, il arrive que les afficheurs ne respectent pas la législation

 

Supports?Le but premier du graffiti est qu’il se voit et qu’il existe.

Quels sont les supports principaux et privilégiés des writers ?un désir d’exploration du territoire urbain.

La rue est avant tout un espace public, un lieu de passage ou encore un lieu de vie. Pour le graffeur elle représente plus que ça : un espace infini de liberté et de découvertes multiples. Mais elle est aussi un espace d’interdits et de possibilités ce qui attire d’autant plus les graffeurs qui finalement recherchent avant tout l’affranchissement.

 

 

À l’origine, la rue:Les années 1950=des artistes se saisissent de la rue comme d’un atelier.

l’idée du « Recyclage poétique du réel urbain » Pierre RESTANY

Les années 1960 marquent la naissance de l’art urbain dans son acception la plus générale. Aux États-Unis, la démocratisation de la bombe aérosol transforme les villes de New York et Philadelphie en un terrain de jeu où les artistes Taki 183, Tracy 168…

Graffiti moderne ? Né dans les années 60=Cette forme d’expression urbaine est née à New York, rejoignant ainsi le mouvement Hip-hop.la culture Hip Hop naît et connaît un essor important sous l’ère Reagan.

Afficher l'image d'origine

sur les métros de la ville. Seul moyen de se faire

« Il est issu de la culture Hip-Hop aux valeurs de paix, d’amour et d’unité »

Le terme “hip-hop” exprime “le fait d’élever son esprit en utilisant sa créativité, son intelligence et son potentiel physique (voix, articulations, mains, oeil, etc …) pour ouvrir de nouveaux champs artistiques et créer de nouvelles sensations”. 

Le Tag(1), le Graffe(2) et le Hip-Hop sont nés dans les grandes cités, les quartiers défavorisés et les ghettos noirs aux Etats-Unis, plus particulièrement dans le “South Bronx” (Sud Bronx), à New-York au début des années 70.

 

Le South Bronx est appelé aussi “Boogie Down” respectueusement, en référence à ce territoire d’infortune et de prédilection qu’il représente pour le Mouvement hip-hop, pour cette culture noire si inventive qui a explosé artistiquement et économiquement aujourd’hui, au niveau mondial !
“Boogie Down Production” était aussi le nom du groupe de rap dont KRS-One était membre.

Hop est une interjection qui fait penser au saut, en anglais « to hop » veut dire sautiller, le hop apporte le mouvement. Le hip-hop prend tout son sens dans ses différentes approches, il est donc défini comme « l’intelligence en mouvement ».

 

 

Afficher l'image d'originevoir et connaître.

Si on date l’origine du graffiti moderne à New York dans les années 70, on y date aussi l’origine de sa répression…

La signature comme marque d’un territoire égo-centré.

TAKI 183 en  1971= imitation par les adolescents = appartenir au crew

TAKI est un diminutif de Démetrius. Je ne me sens pas célèbre, dit-il, mais mes amis me donnent cette impression quand ils me présentent. TAKI dit aussi que l’été dernier, lorsqu’il écrivait son nom et le numéro de rue sur des camions de glace, personne ne faisait quelque chose de similaire

inspiration bd et pubAfficher l'image d'origine

culture de rue

style de vie quartier de Harlem et bronx

 

Afficher l'image d'origine

 

Jean-Michel Basquiat (1960-1988), la référence

Peintre figuratif américain, Basquiat a vu le jour à Brooklyn, né d’une mère portoricaine et d’un père d’origine haïtienne. Très jeune, il fréquente régulièrement le MoMa et s’imprègne des courants artistiques qu’il observe avec passion. Délaissant les études, il commence à couvrir les murs de Soho et de Manhattan de graffitis qu’il signe SAMO (« same old shit« ). Il est considéré dès lors comme le pionnier de la mouvance Underground newyorkaise, née dans la rue et dans le métro.

Afficher l'image d'origine

Basquiat american school graffiti andy city 1988

une démarche d’appropriation directe du réel :

Basquiat

 

TAG=étiquette de bagages = puis signature=marque

bom stylisé rapide=pseudo +numéro de rue TAKI 183 à Manhathan, monochrome=réalisé par un gest rapide.

bombe, marqueur=C’est une signature codée rapidement exécutée, formant un dessin d’intention décorative sur n’importe quelle surface : mur, voiture de métro … avec des outils divers : bombe aérosol, marqueur … Le tag est aussi un moyen de communiquer grâce à des surnoms, de s’affirmer en tant que jeune créateur et de marquer son passage. TAG est le nom d’un des premiers crews (groupe) de tagueurs dans les années 70 à New-York, qui signifie « Tuff Artist Group », et qui a donné son nom au tag

See original imageSee original image

Taguer, c’est un peu comme braconner sur des terres d’État.

Vandalisme???? dans le lieu de l’art

35

 

30

LAIDEUR???POLLUTION VISUELLE???

Les tags, c’est sale

L’urbanisme moderne est étroitement lié à l’hygiénisme. La propreté de l’espace publique reflète alors un idéal politique de cohésion sociale.

 

Mise en péril de la cité?

« quand le propre d’une ville devient la propreté comme image unificatrice, tout ce qui ne concourt pas manifestement à un tel objectif exprime la menace de la dégradation. La propreté est donc une expression vivante de la sécurité publique. La saleté est prise comme figure de la violence » (Jeudy, 1991 :

« La culture occidentale accorde à la propreté sous la forme du blanc une place prédominante pour en faire l’étalon de la couleur, une sorte de figure sublime de l’absoluité ; la chromophobie plus que la chromophilie en fait. Dans ces conditions, la ville doit avoir une peau lisse et immaculée. » (Milon, 2003 : 130).

  • La souveraineté du propre.
  • Une propreté sans identités
  • incantation du propre
  • Le propre, c’est le propre de soi, le propre de la ville, d’un lieu, d’un monument, d’un espace public.
  • tend à uniformiser l’espace+une indistinction spatiale.
  • assure une analogie de fait entre l’identité et l’identique.
  • prendre soin de son corps se donne pour une véritable symbolique de la ré-appropriation de soi.
  • Tout ce qui menace cet équilibre des corps devient l’expression de la dangerosité.
  • nouveau ” civisme finit par se fonder sur une idéologie de la propreté et de la sécurité 

BUT : marquer son territoire, Ecrire le plus grand nombre dans le plus d’espace possible (dans des lieux difficiles d’accès)

See original image

See original image

ON EST PROCHE DE LA CALLIGRAPHIE=Maitrise gestuelle=rapport du corps a l’espace

52

Bando

“C’est même pas écrire pour communiquer, c’est écrire pour le plaisir d’écrire. C’est vraiment fendard”

9

GraffAfficher l'image d'origine

Fresque dimension artistique

LE THROW UP ou FLOP ou BUBBlE

style de lettrage comprenant le bubble

entre tag et graff= lettrage plus grand et volumineux+Ombrages+Bicolore  FORME RONDE plus difficile que BLOCK style

pas seule gestuelle

See original imageSee original imageSee original imageSee original image

Graffiti+Bubble+1Graffiti+Bubble+5

GRAFFITI LETTERING

graffiti+lettering+3graffiti+lettering+10graffiti+lettering+7

See original image

 

 

BLOCK style

 

 

WILD STYLE =style sauvage + élaboré= lettrage illisible+ flêches, Lettres compiquées style typo et calligraphie japonaise , arabe

See original image

 

graffiti creator wildstyle

graffiti creator wildstyle

 

graffiti creator wildstyle

3D+ Tri colore+Cloud (fond)+out line (ligne de contour)+caracter (personnage)+high ligne+Coulure.+chevauchement

AVEC CARACTER

See original image

 

 

See original image

Graffiti, Couleur, Coloré, Décoratifs, Spray, Art

Graffiti, Sprayerin, Fille, Musicien, Couleur, Coloré

Graffiti, Couleur, Coloré, Décoratifs, Spray, Art

 

RecognizeTagger

Comment reconnait -on un tagger?

WRITER= artiste pratiquanr le street art

Blaze= le nom

TOY= le graffer qui prépare les surface et bombes

Creww = équipe ,bande, groupe hip-hop

Masterpiece= fresque murale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fixe =le store métallique des magasins.

le mur de la ville/les murs de la ville

friches industrielles/

lieux abandonnés/ illégaux/terrain vague

65

Sonick – Paris

Lieux inaccessible= défi= voyant= pas accessible pour effacer

Le métro:

Afficher l'image d'origine

Keith Haring

le graff comme revivifacation du lieu

  • mobile:le camion/es camions des marchés parisiens.

8325540298_bdca1f4f9c_o

le train (travail vagabond)=parcourt la ville=wagons du métro usa

« Peindre un mur c’était pour les toys ».JOJONE graff NY

le support idéal dû à son histoire et à sa prise de risque

28

New-York, 1981 – âge d’or du graffiti, avant la politique de Buffing des métro

15

Dondi, monument du graff new-yorkais

Une fresque sur un wagon peut prendre des formes multiples.

le « panel » =sous les fenêtre de vagon

See original image

 

See original image

le « top-to -botom » qui utilise toute la hauteur wagon

See original image

le « whole-car » ou « wole-train »=recouvre tout le train

See original image

See original image

support idéal car risque et beaucoup de visibilité.

See original image

Nécessaire de réaliser un SKETCH en amont

Image result for graffiti train sketch

Créateurs sont des GRAFFER/ TAGER/WRITTER

OUTILS:aérosols de peintures “émaillées”, originellement destinées à la peinture d’automobiles

 

.TECHNIQUES a. Le pochoir =une nouvelle forme d’expression urbaine.  depuis 1980

Afficher l'image d'origineUn bon artiste est un artiste mort © Miss Tic ADAGP 2016Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

« Femme de l’être », Miss.Tic enchante Paris depuis plus de vingt-cinq ans avec ses pochoirs rêveurs et ironiques, poétiques et cinglants. Rencontre.

Afficher l'image d'origine

NemoAfficher l'image d'origine messager

Il permet un travail rapide et la répétition

De nos jours on peut évidement citer le phénomène Banksy à propos du pochoir. Le street-artiste anglais Banksy est aujourd’hui une des nouvelles légendes du Street Art. Originaire de Bristol, en Angleterre,

Afficher l'image d'origine

B)SPRAY CAN ART=BOMBE

C)Le sticker=Le mot « sticker » est anglais et vient du verbe « to stick » c’est à dire « coller ». On traduit donc ce mot en français par le mot « autocollant »

D. L’affiche

Autrefois résumé à la bombe graffiti, la notion de Street-art se complexifie avec l’apparition dans ses rangs d’artistes plasticien de formation, comme Mark Jenkins qui inscrit des mannequins à échelle humaine dans le réel pour interpeller de façon intempestive le quotidien urbain.

posted by penhouet in Non classé and have No Comments

No comments

You must be logged in to post a comment.